Nous suivre Info chimie

La mauvaise gestion des produits accroît les charges financières

A.F.

Sujets relatifs :

, ,

Le Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE) ne mâche pas ses mots pour qualifier la gestion mondiale des produits chimiques. Il a récemment publié un rapport pointant « le lourd fardeau économique que représentent les substances chimiques » et surtout leur gestion « non durable ». « La pollution et les maladies liées à l'utilisation, à la production et à l'élimination non durable des produits chimiques peuvent gravement entraver les progrès et l'accomplissement des objectifs clés de développement. En effet, cela affecte l'approvisionnement en eau, la sécurité alimentaire, le bien-être et la productivité des travailleurs », regrette Achim Steiner, secrétaire général adjoint de l'ONU et directeur exécutif du PNUE. La publication souligne également que les pays développés sont aussi bien concernés par ce problème que les pays émergents et les économies en développement. Par exemple, en Afrique sub-saharienne, les coûts induits par les intoxications aux pesticides dépasseraient le montant de l'aide publique pour les soins de santé de base (à l'exception du budget alloué au VIH). Selon le rapport, ce genre d'intoxication serait responsable d'un million de décès par an dans le monde. Au niveau mondial, la « mauvaise » gestion des composés organiques volatils occasionnerait des pertes économiques estimées à 236,3 milliards de dollars. « Sur les 140 000 produits chimiques présents sur le marché actuellement, seule une petite fraction a été soigneusement évaluée afin de déterminer ses effets sur la santé humaine et l'environnement », déplore également l'étude du PNUE. Pour pallier ces difficultés, le PNUE préconise plusieurs approches, particulièrement dans les pays émergents. Il promeut notamment une intégration complète de la gestion saine des produits chimiques dans les plans nationaux et économiques. « Les producteurs, les fabricants et les importateurs devraient être en première ligne en ce qui concerne la gestion sécurisée des produits chimiques, ils devraient aussi jouer un rôle actif dans l'élaboration des politiques gouvernementales », ajoute-t-il. En outre, le rapport souhaite intensifier la prévention des risques et la promotion des alternatives sûres par les gouvernements des pays émergents et en voie de développement. Enfin, il pointe un « besoin urgent » d'aides financières de la part des pays développés et des donateurs internationaux.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Restructuration : Clariant revoit son organisation

Restructuration : Clariant revoit son organisation

Le chimiste suisse Clariant a fait part de son intention d’adapter et recentrer son organisation après plusieurs désinvestissements. Cette opération aura pour conséquence la suppression d’un millier de[…]

25/11/2020 | RestructurationPanorama
Santé : Les bioplastiques répondent aux normes de sécurité

Santé : Les bioplastiques répondent aux normes de sécurité

Développement durable : Le Cefic planifie un ensemble d’indicateurs

Développement durable : Le Cefic planifie un ensemble d’indicateurs

Justice : Monsanto condamné dans le procès du Lasso

Justice : Monsanto condamné dans le procès du Lasso

Plus d'articles