Nous suivre Info chimie

La métrologie s'applique aussi à l'analyse chimique

Sujets relatifs :

,
La maîtrise des processus de mesure est devenue un enjeu majeur pour de nombreux secteurs industriels. À l'origine de multiples analyses, la chimie n'échappe pas à la nécessité de garantir la qualité et la traçabilité de ses processus de mesure. D'où l'idée de lui faire adopter les principes de la métrologie.
CONCEPT « La pratique de la métrologie enseigne que sans une définition appropriée du mesurande, il est délicat, voir impossible, d'effectuer une bonne mesure. » Doit-on opposer une métrologie des analyses chimiques à une métrologie des mesures des grandeurs physiques ? Ou s'agit-il au contraire de la même métrologie ? Les notions d'étalons, d'étalonnages, de traçabilité et d'incertitudes de mesures sont-elles différentes, dans l'industrie chimique de celles de l'industrie mécanique ou électrique ? C'est pour répondre à ces questions que se tiendra à Lyon du 20 au 23 juin 2005 le XIIe Congrès international de métrologie. Ce congrès organisé par le Collège français de métrologie sur le thème de « la maîtrise des processus de mesure, vecteur du développement durable », réunira de 800 à 1 000 participants et les deux sessions dédiées à « la traçabilité et les incertitudes de mesures en chimie » permettront aux chimistes concernés par la mesure en analyse chimique de s'informer et d'échanger leurs idées avec les meilleurs experts français et étrangers du domaine de la métrologie. « Une analyse chimique est une mesure ; les concepts métrologiques sont donc pertinents, les principes métrologiques lui sont applicables. Le chimiste doit donc s'attacher à comprendre et utiliser les mots de mesurande, traçabilité, validation interne et externe, MR (matériaux de référence), MRC (matériaux de référence certifiés), incertitude », expliquait Alain Marschal, docteur en chimie, délégué français dans plusieurs instances internationales et aujourd'hui retraité, dans un récent article sur l'application des concepts métrologiques aux analyses chimiques, publié par l'Afnor. Voici, ci-après, un extrait de cet article. « En chimie, comme pour toutes les mesures, ces principes doivent être appliqués à bon escient, et pas uniquement pour la forme. La réflexion sur le processus analytique, faisant lui-même partie d'un processus plus vaste comprenant aussi la conception, les approvisionnements, la fabrication, la mise en service, l'utilisation quotidienne du produit ou du service, permet d'apprécier à sa juste valeur les efforts métrologiques qu'il convient d'entreprendre. L'impact des qualités métrologiques de l'analyse peut ainsi être apprécié quant à ses effets ; les causes de non-qualité sont alors disséquées pour en trouver les remèdes les plus efficaces. Un choix cornélien peut être rencontré : doit-on investir pour quantifier jusqu'où il est possible de s'écarter des conditions nominales, ou définir des spécifications pour retrouver toutes les conditions nominales dans lesquelles l'expérience a montré que cela marchait, au risque de rejeter ce qui n'était pas objectivement mauvais ? Ce problème est sans doute encore plus complexe si l'on considère les spécifications de métrologie chimique et de métrologie des matériaux d'une fabrication […]. La pratique de la métrologie enseigne que sans une définition appropriée du mesurande, il est délicat, voire impossible, d'effectuer une bonne mesure. De plus, on gardera en mémoire qu'une réponse exacte à une mauvaise question est une mauvaise réponse ; elle peut être néfaste si elle perturbe la compréhension de la bonne question. Dans le domaine des grandeurs mécaniques, il est rare que l'on détermine la masse d'un composant au lieu de ses dimensions, pour vérifier s'il peut être installé dans un emplacement défini. Dans le domaine de la chimie, le choix n'est pas toujours aussi trivial, en particulier pour l'utilisateur. Il est donc souhaitable de bien valider le choix de(s) l'entité(s) que l'on voudra doser, par exemple : élément silicium ? silice ? silicates ? silicone ? ou élément chlore ? ions chlorure ? dichlore ? organo-chlorés ? Le mesurande ayant été convenablement défini, il convient de s'assurer si la méthode d'analyse mise en oeuvre dose effectivement le mesurande ou plutôt un autre mesurande plus ou moins bien corrélé. Dans un mélange très simple, cette corrélation pourra être appliquée mais, dès que l'échantillon devient réel, sa complexité et sa variabilité peuvent générer des biais, voire des erreurs grossières. Le demandeur d'analyse aura parfois intérêt à demander à l'analyste à quelle caractéristique du mesurande sa méthode répond (atome, fonction, molécule, structure cristalline, faciès, etc.) et inciter ainsi l'analyste à être plus transparent sur sa prestation. La " revue de contrat ” est un exercice dans lequel les deux partenaires doivent s'investir au mieux et établir la liaison entre leurs connaissances et leurs informations ». Alain Marschal.POURQUOI UN COLLÈGE FRANÇAIS DE METROLOGIE ? La maîtrise du processus de mesure est devenue un véritable enjeu économique, commercial et réglementaire. En effet, c'est un outil de la qualité indispensable à la prise de décision (déclaration de conformité ou de non-conformité d'un produit manufacturé, diagnostic à la suite d'une analyse médicale, respect ou non de la législation en matière de sécurité, d'environnement…). La problématique étant similaire quels que soient le secteur d'activité et la grandeur mesurable, l'une des solutions pour progresser rapidement et à moindre coût est de s'intégrer dans un réseau de compétences afin d'échanger des expériences et de l'information. C'est ce principe fondamental qui a conduit à la création du Collège français de métrologie. Ses missions sont les suivantes : - identifier les besoins des entreprises et organismes ; - diffuser de la culture et les connaissances métrologiques dans le tissu industriel, scientifique et économique ; - organiser des forums d'échanges ; - contribuer à la cohérence des actions collectives nationales et régionales. Collège français de métrologie Tél. : 04 67 06 20 36 www.cfmetrologie.com info@cfmetrologie.com

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Comment  la chimie va y contribuer

Comment la chimie va y contribuer

Face au défi de la transition énergétique, l'industrie chimique peut contribuer grandement à la mise en place d'un système énergétique décarboné en travaillant sur sa[…]

BASF développe ses solutions pour le secteur de la construction

BASF développe ses solutions pour le secteur de la construction

« De l'amélioration continue, plutôt que de l'innovation de rupture »

« De l'amélioration continue, plutôt que de l'innovation de rupture »

La France se prépare à l'industrialisation de la G2

La France se prépare à l'industrialisation de la G2

Plus d'articles