Nous suivre Info chimie

La pharmacie au régime minceur

Cédric Ménard
L'annonce par Pfizer de l'un des plus vastes programmes de restructuration de ces dernières années dans l'industrie pharmaceutique a dominé de loin l'actualité du secteur la semaine dernière. Et pour cause. La fermeture du centre de recherche d'Amboise est une mauvaise nouvelle de plus pour l'industrie hexagonale. Le laboratoire américain avait déjà fermé un autre de ses laboratoires français en 2003.
En 2005, Serono et BMS avaient eux aussi renoncé, le premier à Evry, le second à Saint-Nazaire, à leurs centres de R&D dans le pays. Et il ne reste plus guère que les laboratoires tricolores pour oser encore investir dans de telles structures à l'intérieur de nos frontières. Cette fermeture, associée aux 350 postes de visiteurs médicaux que le groupe va supprimer en France, fait écho aux propos récemment tenus par le président du Leem, Christian Lajoux. Ce dernier déclarait lors de ses vœux que la situation de l'emploi dans le secteur était en train de se dégrader significativement (CPH n°368). À l'automne, Sanofi Aventis, avait lui-même décidé de réduire d'un demi-milliers le nombre de ses visiteurs médicaux. Dans ce métier, on peut logiquement imputer ces décisions aux récentes mesures gouvernementales sur la promotion des médicaments, comme l'a souligné Louis Couillard, président de Pfizer. Sans compter le fait que les nouveaux médicaments, pour la plupart, sont désormais destinés aux spécialistes, moins nombreux que les médecins généralistes. De nombreux observateurs n'ont pas manqué de souligner que la crise que traverse actuellement Pfizer montre les limites de la course au gigantisme du laboratoire new-yorkais, qui entre dans sa septième année de restructuration consécutive. En analysant le traitement de choc que la R&D du groupe va subir, on peut se demander pourquoi cette réorganisation n'intervient que maintenant. La spécialisation des sites de R&D par aire thérapeutique et leur mise en réseau a été la base de la stratégie adoptée par GSK au lendemain de la fusion Glaxo Wellcome-SmithKline Beecham. L'ouverture en grand de l'appareil de R&D est aussi une solution qui apparaît aujourd'hui incontournable et que certains comme Roche ont érigé en principe de longue date. Mais même les acteurs qui réussissent le mieux aujourd'hui ne sont plus à l'abri. La pharmacie, autrefois secteur relativement confortable, est assaillie de toutes parts, attaquée dans ses brevets par les génériqueurs, bousculée sur ses prix par les gouvernements, passée à la question sur l'efficacité et la sécurité de ses découvertes. Elle doit désormais s'affûter et se mettre en phase avec son nouvel environnement. De nombreux observateurs s'accordent par ailleurs sur son retard en termes de productivité par rapport à d'autres secteurs. Cette nouvelle donne ne fera pas que des malheureux: plus la pression sera forte sur les laboratoires, plus l'activité des sous-traitants du secteur sera importante, tant dans la production que dans la recherche. Pfizer semble désormais convaincus par cette nécessité. D'autres, traditionnellement réticents dans ce domaine, ont aussi fait ce choix. À l'instar de Solvay, qui a récemment signé deux contrats majeurs en chimie fine (CPH n°365). Et la tendance ne devrait pas faiblir: un autre géant, Sanofi Aventis, est loin d'avoir fait le travail de restructuration que tous ses pairs ont fait. D'autres mauvaises nouvelles sont probablement à attendre de ce côté.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Partenariat entre Safic-Alcan et Arkema

Partenariat entre Safic-Alcan et Arkema

Le 1er avril 2021, le spécialiste français du commerce chimique Safic-Alcan a officialisé un partenariat avec le chimiste de spécialités Arkema. Cet accord prévoit la distribution de tensioactifs[…]

Polystyrène : Ineos et Trinseo choisissent Recycling Technologies pour leur projet

Polystyrène : Ineos et Trinseo choisissent Recycling Technologies pour leur projet

Intelligence artificielle : Evonik devient membre du MIT-IBM Watson AI Lab

Intelligence artificielle : Evonik devient membre du MIT-IBM Watson AI Lab

Peintures : AkzoNobel lance la deuxième édition de « Paint the Future »

Peintures : AkzoNobel lance la deuxième édition de « Paint the Future »