Nous suivre Info chimie

Lacq, 1er cluster français de la chimie

A Lacq, Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,

Le site industriel de Lacq dans les Pyrénées-Atlantiques est né en 1951 de l'exploitation d'une poche de gaz naturel par la SNPA, devenue Elf Aquitaine puis Total. Un « gaz difficile » qui n'obtiendrait probablement pas de permis d'exploitation aujourd'hui !
 

Plusieurs centaines de millions d'euros seront investies à Lacq pour pérenniser la plateforme sur les 30, voire les 50 prochaines années.

Cette production gazière à des fins énergétiques sera définitivement arrêtée en 2013. Heureusement, le groupe Elf avait commencé à se préoccuper de la reconversion du site dès 1975 avec la création de la société Sobegi, tournée vers l'accueil de nouvelles entreprises. Grâce à cette stratégie, la plateforme ne s'est jamais désindustrialisée, employant 7 600 personnes en 2012, contre 8 000 en 1988. Mais fin 2011, une nouvelle étape a été franchie, avec la confirmation d'un premier projet collaboratif de très grande envergure, destiné à pérenniser la plateforme sur les 30, voire 50 prochaines années. Baptisée Lacq Cluster Chimie 2030 (LCC30), ce projet, inauguré le 18 juin, représente un investissement de 154 M€, supporté par Sobegi (110 M€), Arkema (36 M€), et Total (8 M€). Et si l'on considère que Total est actionnaire de Sobegi, sa quote-part remonte à 66 M€. L'État, à travers Oséo, a apporté 6 M€ dans le cadre des Investissements d'avenir, auxquels se sont ajoutées des aides territoriales. Pour Total, le projet consiste à continuer d'exploiter le fond du gisement, à faible débit, pour valoriser non plus le méthane, mais de l'hydrogène sulfuré (H2S) destiné principalement aux unités de thiochimie d'Arkema sur le site. Le cœur de l'investissement de Sobegi/Total réside dans la construction d'une unité de traitement de gaz qui permet d'obtenir de l'H2S de plus grande pureté qu'auparavant, tandis que le méthane est valorisé en chaudière. Du coup, Arkema est tenu de reconfigurer ses installations pour accepter cette nouvelle matière première, avec notamment la construction d'une ligne de MeSH (méthylmercaptan), et des modifications d'unités de THT (tétrahydrothiophène) et de DMDS (diméthyl disulfure). En passe de substituer le bromure de méthyle dans des applications de fumigation des sols, le DMDS se prépare à de nouveaux débouchés en agriculture. Cette nouvelle application a été développée dans les laboratoires du GRL (centre de recherche de Lacq d'Arkema) qui jouxte la plateforme. Pour cette inauguration, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, n'avait pas fait le déplacement. Mais une autre occasion lui sera donnée le vendredi 29 juin. Cette fois, il s'agit d'inaugurer l'investissement de 100 M€ du groupe japonais Toray, visant à construire à Lacq une unité de production de polyacrylonitrile (PAN), matière première indispensable à la fabrication de fibres de carbone. Jusqu'alors importé du Japon, le PAN alimentera directement une usine de fibres implantée depuis plus de 25 ans sur la commune voisine d'Abidos (anciennement Soficar). Total doit livrer à Toray une parcelle de 16 hectares, sur un total de 224 ha. Et l'on murmure déjà que le projet pourrait faire des petits, avec une deuxième, voire une troisième tranche ? Des décennies de persévérance auront fini par payer et la plateforme de Lacq peut désormais revendiquer l'appellation de premier cluster de la chimie en France. Outre les sociétés déjà citées, de nombreux acteurs, comme Abengoa, Séché, Holis, OP Systèmes, Air Liquide... , y sont aussi implantés. Et ce n'est qu'un début. « D'autres industriels viendront nous rejoindre », assure François Virely, président de Sobegi.

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : Pas d’envolée prévue du cours du pétrole

Edito : Pas d’envolée prévue du cours du pétrole

  Avec une moyenne. 64,20 dollars le baril sur l’année 2019, le prix du pétrole s’est finalement installé dans la fourchette basse des estimations de l’Ifpen qui étaient comprises entre 60 et 80[…]

07/02/2020 | Cours du pétroleIFPEN
Edito : Cap sur les carburants aéronautiques durables ?

Edito : Cap sur les carburants aéronautiques durables ?

Edito : Pour des sites chimiques « clés en main »

Edito : Pour des sites chimiques « clés en main »

Edito : Halte à la dérive écolo

Edito : Halte à la dérive écolo

Plus d'articles