Nous suivre Info chimie

Lancement du projet européen Nanogénotox

J.B.

Sujets relatifs :

, ,
Lancement du projet européen Nanogénotox

Les nanotubes de carbone sont déjà présents dans les produits de grande consommation.

© © Bayer

L'Afsset va coordonner le projet de trois ans qui réunit treize pays membres de l'Union européenne. Il vise à détecter la toxicité des nanomatériaux.

Peu de données existent actuellement sur les risques de toxicité des nanomatériaux, et les résultats des études déjà menées sont contradictoires. Pourtant, les nanomatériaux sont présents dans de nombreux produits de grande consommation : textiles, cosmétiques, alimentaires, équipements sportifs, matériaux de construction, etc. Selon une évaluation internationale, ils sont présents dans plus de mille produits de consommation courante.

A partir de ces constatations, un appel communautaire de l'Agence exécutive pour la santé et les consommateurs avait été lancé en février 2009. Aujourd'hui, l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) rend ses conclusions quant à l'exposition des consommateurs aux nanomatériaux. Au nom du principe de précaution, l'Afsset recommande de rendre obligatoires la traçabilité des nanomatériaux et la mise en place d'un étiquetage clair. Elle recommande également d'interdire certains nanomatériaux pour lesquels l'utilité est faible par rapport aux dangers potentiels. Et elle souhaite voir s'harmoniser les cadres réglementaires français, européens et internationaux. Ainsi, l'Afsset et le ministère français de la Santé et des Sports se lancent dans une action conjointe européenne à laquelle 13 pays membres sont ralliés. Dénommé Nanogénotox, le projet est coordonné par l'Afsset pour une durée de trois ans. L'objectif est de fournir à la Commission européenne une méthode alternative, robuste et fiable de détection du potentiel génotoxique des nanomatériaux susceptibles d'engendrer un risque de cancer ou de toxicité pour la reproduction chez l'homme. Les travaux permettront de tester 14 nanomatériaux. Outre l'Afsset, le programme implique d'autres organismes français, notamment l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments, l'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, le Commissariat à l'Énergie Atomique et l'Institut Pasteur de Lille. Le projet est doté d'un budget total de 6,2 millions d'euros, dont 45 % proviennent de la Commission européenne, les 55 % restants des organismes partenaires et des ministères des États membres participant au projet.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Nanomatériaux: Plus d'informations requises par l'UE

Nanomatériaux: Plus d'informations requises par l'UE

L'Agence européenne des produits chimiques (Echa) va demander plus d'informations aux producteurs ou importateurs de nanomatériaux dans l'Union européenne. Cette décision fait suite à[…]

Gestion trop faible des risques des nano-pigments

Gestion trop faible des risques des nano-pigments

L'Echa souhaite mieux cerner les formes nanos

L'Echa souhaite mieux cerner les formes nanos

Nanonmatériaux: 8 ONG demandent des mesures de précaution

Nanonmatériaux: 8 ONG demandent des mesures de précaution

Plus d'articles