Nous suivre Info chimie

Lanxess investit en masse en Chine

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Lanxess investit en masse en Chine

EPDM produit sur le site de Lanxess à Geleen (Pays-Bas).

© Lanxess

Le groupe allemand investira 235 millions d'euros pour construire une usine de monomères d'éthylène-propylène-diène (EPDM) à Changzhou. Plus grand investissement de Lanxess en Chine, ce projet est destiné à surfer sur la vague de la croissance automobile locale.

Même si la croissance commence de s'y essouffler, la Chine demeure un marché d'avenir avec de fortes demandes. Notamment pour le marché de l'automobile. Lanxess entend ainsi ne pas passer à côté d'une opportunité majeure pour ses caoutchoucs synthétiques. Et le groupe allemand y met les moyens. Il prévoit d'investir 235 millions d'euros, soit le plus grand investissement qu'il ait jamais engagé dans un de ses projets en Chine, pour construire de plain-pied une gigantesque usine de monomères d'éthylène-propylène-diène (EPDM). Les capacités, programmées pour entrer en service en 2015, s'élèveront à 160 000 tonnes par an, et les futures opérations sur le site de Changzhou, au nord-ouest de Shanghai, nécessiteront la création d'environ 200 postes. Sur place, Lanxess affirme qu'il bénéficiera d'excellentes infrastructures de stockage et d'acheminement par voie fluviale. La future usine sera aussi alimentée en matières premières (éthylène et propylène) par une usine adjacente et en construction de méthanol-to-olefins (MTO). A Changzhou, Lanxess est déjà présent et construit par ailleurs une unité de produits pour le cuir qui devrait démarrer au premier trimestre 2013.

Ce projet d'EPDM est majeur pour le chimiste allemand. Si la croissance globale annuelle de ce marché est estimée à 4 % pour ces prochaines années, elle est de 8 % en Chine, et le pays restera, au moins dans un proche avenir, le premier importateur mondial d'EPDM, affirme Lanxess. Qui n'entend donc pas rater le coche alors qu'il est devenu l'un des plus grands producteurs mondiaux notamment avec l'acquisition de la division DSM Elastomers du Néerlandais DSM en 2011. L'opération lui avait permis d'étoffer son réseau industriel alors existant (Marl en Allemagne et Orange aux États-Unis) avec l'ajout de deux sites à Geleen, aux Pays-Bas (160 000 t/an), et Triunfo, au Brésil (40 000 t/an). Au total, Lanxess dispose aujourd'hui de capacités combinées de 320 000 t/an d'EPDM et son projet chinois devrait lui permettre d'augmenter ce total de 50 % d'ici 3 ans.

L'EPDM du groupe, commercialisé sous la gamme Keltan, est essentiellement utilisé dans l'industrie automobile comme matériau d'étanchéité pour les portes ou les essuie-glaces. Les grades d'EPDM produits par Lanxess trouvent aussi des applications dans la modification de plastiques, la production de câbles, ainsi que dans les industries de la construction et des additifs pour pétrole. La future usine chinoise utilisera le nouveau procédé de production Keltan ACE qui permet de réduire les apports énergétiques, qui ne nécessite pas d'extraction catalytique, et qui permet de produire plus de grade de spécialités. Actuellement, Lanxess a d'ailleurs engagé un investissement sur son site de Geleen pour l'intégration de ce procédé dès 2013 dans 50 % de ses capacités de production.

Ce projet chinois s'inscrit enfin dans un très vaste plan d'expansion de Lanxess pour ses caoutchoucs de spécialités en Asie. Ces dernières années, le groupe y a engagé ses plus grands investissements. L'an dernier, le projet d'un complexe de caoutchouc polybutadiène néodyme (Nd-PBR) à Singapour avait été annoncé. La pose de la première pierre de ce complexe sur l'île de Jurong est prévue pour le 11 septembre, avec une mise en service envisagée en 2015. Sur le même site de Jurong, Lanxess finalise actuellement, en parallèle, la construction de son complexe de caoutchoucs butyles. Soit deux projets majeurs qui représentent respectivement des investissements de 200 M€ et 400 M€. Signe que l'Asie est devenue une composante primordiale de la stratégie de développement du groupe. Une stratégie qui ravit d'ailleurs les investisseurs. Le 24 septembre, Lanxess sera ainsi intégré au Dax, l'indice boursier vedette allemand, soit une entrée inédite dans les 30 plus fortes valeurs boursière outre-Rhin.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Hydrogène vert : BP et Ørsted s’associent

Hydrogène vert : BP et Ørsted s’associent

Le pétrochimiste britannique BP et le spécialiste danois des énergies renouvelables Ørsted ont signé, le 10 novembre 2020, une lettre d’intention pour un projet de production d’hydrogène vert[…]

13/11/2020 | HydrogèneChimie
BASF augmente ses capacités d’esters synthétiques en Chine

BASF augmente ses capacités d’esters synthétiques en Chine

BASF réaligne sa division Global Business Services

BASF réaligne sa division Global Business Services

Recyclage chimique : BASF investit dans Pyrum

Recyclage chimique : BASF investit dans Pyrum

Plus d'articles