Nous suivre Info chimie

Lanxess, le retour

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Lanxess, le retour

© Lanxess

Matthias Zachert l'affirme : « Lanxess est de retour sur la voie du succès » ! Trois ans après une vraie sortie de route et un vaste plan de réorganisation (CPH n°677), le chimiste de Leverkusen semble en bien meilleure posture. Le bon bilan de 2015 s'est ainsi confirmé l'an dernier, et les perspectives dressées le 15 mars lors de la présentation de l'exercice 2016 semblent prometteuses. Certes, comme à peu près tous ses concurrents dans le monde, Lanxess a vu son chiffre d'affaires baisser, en l'occurrence de 2,6 % à 7,7 milliards d'euros, en raison des effets prix. Et ce, malgré des volumes en hausse dans tous ses segments d'activité. Mais c'est surtout la rentabilité qui ravit le groupe allemand. En un an, son Ebitda avant exceptionnels a bondi de 12,4 %, à 995 M€, soit une marge passée de 11,2 % à 12,9 %. Son bénéfice net affiche aussi une franche amélioration, de 16,4 % à 192 M€. Pour 2017, fort d'un début d'année jugé très bon en interne, Lanxess entrevoit déjà de bonnes dynamiques pour sa rentabilité.

Dans le détail, la division Advanced Intermediates (1,74 Mrd € de ventes, -4,6 % en un an) a enregistré une contraction de son Ebitda avant exceptionnels de 3,8 %, à 326 M€, en raison à la fois d'un fort niveau atteint en 2015 et d'une conjoncture difficile qui perdure dans l'agrochimie. La branche Performance Chemicals (2,09 Mrds €, +2,7 %) a vu son Ebitda avant exceptionnels progresser de 14,7 %, à 374 M€, grâce à des volumes en forte hausse et à une meilleure utilisation des capacités. La division High Performance Materials (1,09 Mrd €, -2,7 %) a connu une envolée de 43 % de son Ebitda avant exceptionnels, à 159 M€ pour les mêmes raisons. Enfin, Arlanxeo, la coentreprise avec Saudi Aramco qui regroupe les productions de caoutchoucs, fait toujours face à une conjoncture délicate. Cette division affiche des ventes en retrait de 5,2 %, à 2,71 Mrds €, pour un Ebitda avant exceptionnels en recul de 4,6 %, à 373 M€.

La création d'Arlanxeo aura été l'un des moments clés de 2016 pour Lanxess, désormais soutenu pour ses caoutchoucs (CPH n°753). L'opération aura aussi apporté 1,2 Mrd € de liquidités dans les caisses. Ce qui a permis de considérablement alléger l'endettement financier net du groupe. De 1,2 Mrd € en 2015, ils ont été réduits à 269 M€ l'an passé. Lanxess s'est aussi engagé dans deux transactions majeures. D'abord avec la reprise des désinfectants de Chemours pour 210 M€ (CPH n°771), et surtout avec l'acquisition, en phase de finalisation, de Chemtura pour 2,4 Mrds € (CPH n°775).
 

« Un plan de 100 M€ sur trois ans en Allemagne »
 

Enfin, Lanxess retrouve aussi des couleurs question investissements. Cantonné à des dépenses d'investissements de l'ordre de 435 M€ depuis deux ans, le groupe vise de 450 à 500 M€ en 2017. Dans la foulée des résultats, Lanxess a annoncé un plan d'investissements de 100 M€ sur trois ans, centré sur l'Allemagne et sur ses intermédiaires industriels. À Leverkusen, 40 M€ seront injectés pour muscler dès cette année les capacités d'amines de spécialités, pour mieux répondre à la demande dans le domaine de l'automobile. La même somme sera engagée à Krefeld-Uerdingen pour renforcer les productions de menthols, pour les applications dans les arômes et la pharmacie, et celles de triméthylolpropane et d'hexanediol, afin de mieux servir les marchés de l'automobile, de la construction et de la fabrication de meubles. Les travaux de construction devraient démarrer courant 2017. À Brunsbüttel, Lanxess prévoit 15 M€ pour accroître cette année ses productions de MEA (2-méthyl-6-éthylaniline), un précurseur d'herbicides. Enfin, une enveloppe d'environ 5 M€ sera dévolue au site belge de Kallo/Anvers, pour muscler les capacités de spécialités pour les caoutchoucs.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Monsanto se fond dans Bayer

Monsanto se fond dans Bayer

La page se tourne. Le géant allemand a annoncé, le 7 juin, la finalisation de l'opération Monsanto. Pour environ 63 milliards de dollars, Bayer devient l'actionnaire unique du mastodonte américain des[…]

11/06/2018 | Bayer CropScienceBayer
Reach est loin d’être fini

Reach est loin d’être fini

Arkema, le meilleur allié des femmes

Arkema, le meilleur allié des femmes

IFF s'empare de Frutarom pour 7,1 Mrds $

IFF s'empare de Frutarom pour 7,1 Mrds $

Plus d'articles