Nous suivre Info chimie

Lanxess renforce ses positions en Orient

Juliette Badina

Sujets relatifs :

, ,
Lanxess renforce ses positions en Orient

Le groupe chimique allemand multiplie les annonces, tant en termes de production que de R&D. A la fois en France, et dans les zones émergentes en pleine croissance. Lanxess regroupe ainsi ses activités de R&D dédiées au caoutchouc nitrile à La Wantzenau (Bas-rhin), démarre la construction de sa première unité de production en Russie et relance son important projet de caoutchouc butyle à Singapour.

Présent depuis l'an dernier en Russie avec un premier bureau officiel de ventes (dédié essentiellement aux caoutchoucs, produits chimiques et plastiques de haute performance) à Moscou (CPH n°458), le chimiste allemand démarre aujourd'hui la construction de sa première usine dans le pays. L'investissement de « plusieurs millions d'euros » avait été annoncé via sa filiale Rhein Chemie. L'unité de production aura une capacité de 1 500 tonnes par an d'agents de réticulation pour polymères et d'agents de délivrance pour des applications dans les industries du caoutchouc et des pneumatiques (commercialisés sous les marques Rhenogran et Rhenodiv). Elle sera implantée à Dzerzhinsk dans la région de Nizhny Novgorod, à l'est de Moscou. Les produits seront commercialisés en Russie et dans l'ensemble de la Communauté des États indépendants (CEI). Jusqu'à présent, Rhein Chemie fournissait ses clients russes depuis ses usines allemandes. Le projet devrait être finalisé en 2011 et permettra de créer 50 nouveaux postes à moyen terme. Un investissement qui montre la volonté de croissance de Lanxess dans les BRIC (Brésil, Russie, Chine, Inde). La stratégie de Lanxess dans cette zone avait porté ses fruits en 2009. La part des BRIC dans le chiffre d'affaires est passée en 2009 de 16,1 à 20,1 %, soit 1,02 milliard d'euros.

Plus à l'est, Lanxess pose, enfin, la première pierre de son unité de production de caoutchouc butyle à Jurong Island à Singapour. Le projet avait en effet été reporté à cause de la crise (CPH n°494). Aujourd'hui, avec le lancement des travaux, le groupe parie pour une mise en service au premier trimestre 2013. Avec une capacité de 100 000 t/an et 400 millions d'euros d'investissement, il s'agit du plus gros projet du groupe. L'unité emploiera plus de 200 personnes. Le site a été choisi pour sa proximité avec les matières premières. La raffinerie voisine de Shell fournira l'isobutène nécessaire à la production. Marquant l'intérêt du groupe allemand pour l'Asie, le siège social de l'activité Butyl Rubber Monde et l'équipe de direction ont été rélocalisés à Singapour. En 2009, la part de la zone Asie-Pacifique dans le chiffre d'affaires est passée de 17,6 à 22,6 %.

 

« La part des BRIC dans le chiffre d'affaires est passée en 2009 de 16,1 à 20,1 % »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Avec près de 3 000 entreprises et plus de 168 000 salariés en France, la chimie a pu quasiment stabiliser ses effectifs totaux (production, recherche et sièges sociaux) en 2020. Et ce, malgré la crise[…]

25/06/2021 | PanoramaFrance-Chimie
Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

Plus d'articles