Nous suivre Info chimie

Lanxess s'allie à Saudi Aramco pour ses caoutchoucs

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Les caoutchoucs de Lanxess seront donc pour moitié saoudiens. Engagé dans un vaste plan de restructuration depuis un an, le groupe allemand cherchait une solution pour ses activités de caoutchoucs. C'est chose faite. Lanxess a signé le 22 septembre un accord avec le géant pétrolier Saudi Aramco. Le projet prévoit que la filiale Aramco Overseas Company du groupe saoudien s'engage à parts égales avec Lanxess dans une coentreprise qui représenterait un chiffre d'affaires annuel de 3 milliards d'euros et qui serait valorisée à hauteur de 2,75 Mrds €. L'opération, qui doit encore recevoir l'aval des autorités de la concurrence, pourrait être finalisée au premier semestre 2016. Financièrement, Saudi Aramco verserait en numéraire à son partenaire allemand une somme de 1,2 Mrd €, représentative des 50 % de la coentreprise moins une reprise de dette et d'autres ajustements financiers. La future coentreprise établirait son siège social aux Pays-Bas. Le p-dg serait nommé par Lanxess, tandis que Saudi Aramco nommerait le directeur financier. Le conseil d'administration serait réparti à parts égales entre les deux groupes.
 

« Produire du caoutchouc au sein d'une chaîne de valeur intégrée »


La coentreprise réunira le leader mondial de la production de caoutchoucs synthétiques avec le leader mondial du pétrole et de l'énergie se réjouit Lanxess. Cette alliance permettra de produire du caoutchouc « au sein d'une chaîne de valeur intégrée depuis le champ de pétrole jusqu'au produit fini, nous établissant comme l'un des fournisseurs les mieux positionnés au monde », se félicite Matthias Zachert, le patron de Lanxess. Lequel doit se réjouir de ne plus contraindre son groupe à soutenir seul une activité jugée très cyclique et qui a plombé ses comptes et sa performance depuis deux ans en raison d'une demande plus faible qu'attendue. Ce projet marque d'ailleurs la troisième et dernière phase du plan de restructuration du chimiste allemand, après avoir raboté dans ses fonctions administratives et ses opérations de productions et commerciales. Côté saoudien, cette coentreprise est une aubaine car elle va lui permettre de considérablement enrichir ses activités chimiques, centrées jusqu'à présent sur la pétrochimie. En se diversifiant de la sorte, Saudi Aramco va lui aussi se positionner dans les caoutchoucs, comme son compatriote Sabic, toujours leader de la chimie saoudienne.
 

Techniquement, Saudi Aramco va apporter à la coentreprise un accès sûr et compétitif à des matières premières stratégiques. C'est tout ce qui est prévu à moyen terme. Lanxess apporte tout le reste. Soit ses divisions Tire et Specialty Rubbers (TSR) et High Performance Elastomers (HPE). Ce qui représente 3 700 salariés et 20 sites de production dans neuf pays. Cela représente des capacités installées d'environ 400 000 tonnes par an pour les caoutchoucs butyles et de plus de 1 Mt/an pour les caoutchoucs polybutadiène et styrène butadiène, pour la seule division TSR. HPE détient de son côté des capacités d'environ 450 000 t/an de monomères d'éthylène-propylène-diène (EPDM), plus de 130 000 t/an de caoutchouc nitrile butadiène (NBR) hydraté, plus de 60 000 t/an de caoutchouc chloroprène, et environ 15 000 t/an de caoutchouc éthylène-acétate de vinyle (EVM).
 

Financièrement, Lanxess déniche enfin dans l'opération des ressources financières pour se redonner de l'air. Sur les 1,2 Mrd € attendus, 400 M€ seraient investis pour soutenir la croissance de ses divisions Advanced Intermediates et Performance Chemicals. 400 M€ seraient utilisés pour réduire la dette. Et 200 M€ serviraient à un programme de rachat d'actions. De quoi voir l'avenir avec un peu plus de confiance.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : La chimie lyonnaise secouée par les municipales

[Édito] : La chimie lyonnaise secouée par les municipales

Avec Bruno Bernard élu à la présidence de la Métropole et Gregory Doucet intronisé maire de Lyon, quel traitement va être réservé à la Vallée de la Chimie dans les mois[…]

03/07/2020 | Edito Hebdo
[Édito glyphosate] : Bayer indemnise en Amérique

[Édito glyphosate] : Bayer indemnise en Amérique

[Édito] : La « flow chemistry », un tournant pour la chimie fine

[Édito] : La « flow chemistry », un tournant pour la chimie fine

Edito : Solvay dans un lent déconfinement

Edito : Solvay dans un lent déconfinement

Plus d'articles