Nous suivre Info chimie

Lanxess supprimera 85 postes en Belgique et Afrique du Sud

A.F.

Sujets relatifs :

, ,

Lanxess renforce son site de Geleen

Le groupe a intégré la technologie ACE dans le procédé de certaines lignes de production de monomères d'éthylène-propylène-diène (EPDM) de la marque Keltan situées à Sittard-Geleen, aux Pays-Bas. Annoncé en 2011 (CPH n°565), le projet a fait l'objet d'un investissement de 12 millions d'euros. Les nouvelles lignes disposent de capacités de production 95 000 tonnes par an, ce qui représente plus de la moitié du volume total de l'usine qui s'élève 180 000 t/an d'EPDM.

Le chimiste allemand a entrepris une réorganisation de sa business unit dédiée aux produits chimiques pour le caoutchouc.

Lanxess compte d'abord rationaliser la production de certains accélérateurs de vulcanisation. Des produits qui permettent d'améliorer la résistance du caoutchouc et qui sont essentiellement utilisés dans l'industrie des pneumatiques. Dans ce cadre, les accélérateurs de vulcanisation de la marque Vulkacit CZ, qui sont actuellement fabriqués à Kallo (Belgique), seront désormais produits sur le site de Bushy Park, aux États-Unis. En contrepartie, l'usine de Kallo prendra en charge la production des accélérateurs Vulkacit DZ et Vulkacit NZ qui était jusqu'alors réalisée à Bushy Park. Ces changements seront effectifs en 2014.

En outre, Lanxess va se désengager de certaines gammes de produits qui ont « atteint la fin de leur cycle de vie sur le marché ». Ainsi, le groupe de Leverkusen stoppera la production d'accélérateurs de vulcanisation de la marque Vulkacit MOZ dans l'usine de Kallo à l'horizon 2014. Dans ce cadre, 45 postes seront supprimés sur ce site belge, où sont actuellement employés 205 personnes. De même, il prévoit de fermer une unité située à Isithebe, en Afrique du Sud. Celle-ci est dédiée à la fabrication de produits anti-vieillissement pour le caoutchouc commercialisés sous les marques Vulkanox 3 100 et Vulkanox DPPD. 40 salariés seront impactés par cette fermeture. En revanche, le groupe a signalé que l'usine de Bushy Park ne subirait pas de réduction d'effectifs.

« Ces mesures nous permettent d'améliorer notre efficacité et notre compétitivité », a justifié Luis Lopez-Remon, responsable de la business unit dédiée aux produits chimiques pour le caoutchouc. Celle-ci emploie actuellement 560 salariés au niveau mondial et opère des unités de production en Allemagne (Leverkusen, Brunsbuttel, Krefeld-Uerdingen), en Belgique (Kallo), aux États-Unis (Bushy Park), en Inde (Jhagadia) et en Afrique du Sud (Isithebe).

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Glyphosate : Bayer va vers un accord dans l’affaire du Roundup

Glyphosate : Bayer va vers un accord dans l’affaire du Roundup

Le géant allemand Bayer confirme progresser dans le règlement du litige américain autour du glyphosate. La société allemande aurait pour l’instant conclu des accords verbaux pour un montant de 10[…]

28/05/2020 | PhytosanitairesChimie
Total et PureCycle Technologies scellent un partenariat stratégique

Total et PureCycle Technologies scellent un partenariat stratégique

Polyéthylène : Borealis stoppe un projet au Kazakhstan

Polyéthylène : Borealis stoppe un projet au Kazakhstan

Le complexe pétrochimique d’Erdemoglu Holding autorisé

Le complexe pétrochimique d’Erdemoglu Holding autorisé

Plus d'articles