Nous suivre Info chimie

Le Cefic appelle à une politique européenne plus mesurée et pas unilatérale

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

L'organe représentatif des industries chimiques dans l'Union européenne a publié sa feuille de route sur l'énergie. Baptisée « European chemistry for growth : unlocking a competitive, low carbon and energy efficient future », la feuille de route du Cefic appelle globalement à la mise en place rapide d'une politique européenne plus mesurée en matière d'énergie et surtout pas unilatérale et isolée en termes d'objectifs de réduction de l'empreinte environnementale. Le rapport insiste nettement sur le problème des prix de l'énergie. « L'UE doit décider maintenant si elle souhaite poursuivre une politique basée sur l'augmentation des prix de l'énergie ou si elle souhaite favoriser une énergie plus décarbonée et peu chère pour préserver la compétitivité européenne », juge William Garcia. Le directeur exécutif Énergie au Cefic estime que les « décideurs dans l'UE doivent poursuivre des objectifs à moyen et long termes via des mesures permettant de limiter les écarts de prix de l'énergie par rapport aux autres marchés mondiaux. Si les prix grimpent, il faut s'attendre à un cercle vicieux de baisse des investissements et de moindre innovation ». Le rapport note qu'actuellement les différences déjà observables en matières de prix de l'énergie et des matières premières entre l'Europe et les autres régions du monde mettent en péril la compétitivité de l'industrie chimique européenne et la chaîne de valeur qui en découle. Limiter le choix des mélanges de carburants ou restreindre à outrance la possibilité d'exploiter des gaz non conventionnels sur le Vieux continent pourraient aggraver ces désavantages, selon le Cefic. De quoi réduire les investissements et limiter parallèlement des possibilités en matière de réductions d'émissions de gaz à effets de serre (GES).

Sur le sujet de la réduction de l'empreinte environnementale, le rapport s'attache d'abord à souligner les apports de la chimie pour réduire les émissions de GES. La production 2010 de l'industrie chimique européenne aurait ainsi contribué à éviter plus de 1,5 milliard de tonnes d'émissions de GES durant l'utilisation de ces produits, soit 30 % des émissions totales rejetées en Europe en 2010, avance le Cefic. Le rapport a étudié des projections et des scenarii à long terme, sur la période 2020-2050. Le scénario optimal table sur des prix du carbone stables et des investissements et efforts pour réduire de 50 % les émissions de GES, ce qui permettrait à l'industrie chimique européenne de croître tout en atteignant les objectifs environnementaux visés. Le pire scénario se base sur la poursuite d'actions politiques européennes unilatérales, non suivies dans le reste du monde, lesquelles augmenteraient les prix du carbone et de l'énergie et seraient ainsi désavantageuses pour la chimie européenne. D'autant que si les émissions de GES étaient réduites unilatéralement en 2050 de 80 à 95 % par rapport à 1990 en Europe, elles seraient accrues ailleurs sur la planète, ce qui globalement ne changerait rien sur le plan des bénéfices environnementaux, tandis que les importations européennes seraient fortement augmentées pour répondre aux besoins.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

European Plasticisers s’investit dans le recyclage du PVC

European Plasticisers s’investit dans le recyclage du PVC

European Plasticisers, l’organisation regroupant les producteurs de plastifiants européens, organisait le 26 et 27 novembre plusieurs visites d’usines afin de présenter ses engagements en faveur du recyclage et rappeler[…]

Lubrizol : Le groupe veut agir en bon voisin

Lubrizol : Le groupe veut agir en bon voisin

L’OGCI met en place des programmes CCUS

L’OGCI met en place des programmes CCUS

Des produits domestiques interdits à la vente en libre-service ?

Des produits domestiques interdits à la vente en libre-service ?

Plus d'articles