Nous suivre Info chimie

Le Cefic veut se faire entendre

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Quatre ans après la fin du mandat de Christian Jourquin, le Conseil européen de l'industrie chimique (Cefic) a donc décidé de renommer à sa tête le patron en exercice de Solvay.

Comme pressenti, Jean-Pierre Clamadieu a été officiellement élu à la tête de la fédération lors de l'Assemblée générale annuelle qui s'est tenue la semaine dernière à Paris. L'actuel président et p-dg du géant belge n'envisage pas de rompre avec les orientations prises par ses prédécesseurs, notamment le sortant Kurt Bock, aux commandes de BASF. Les priorités fixées pour son mandat de deux ans s'inscriront « dans la continuité », a assuré Jean-Pierre Clamadieu, avec deux missions prépondérantes. En l'occurrence, continuer de « mettre clairement en valeur les forces de l'industrie chimique européenne », comme l'innovation et ses solutions pour parer aux enjeux climatiques notamment, et le devoir d'affronter des challenges et des décisions politiques à venir dont les impacts pourront être soit négatifs, soit positifs. Il n'y a pas de temps à perdre pour prendre à bras-le-corps ces deux missions. En premier lieu car l'industrie chimique européenne va se retrouver très prochainement face à des décisions politiques majeures. Le prochain Conseil européen se tient cette semaine à Bruxelles, les 23 et 24 octobre, avec à l'ordre du jour de fixer pour de bon les orientations en termes d'énergie et de climat jusqu'en 2030...
 

Le Cefic doit convaincre très vite les nouveaux décideurs politiques
 

Ces décisions à venir interviennent au délicat moment du renouvellement de la Commission européenne. À Bruxelles, le Cefic doit convaincre très vite les nouveaux décideurs politiques des apports de l'industrie chimique et les besoins du secteur pour rester compétitif. Ces dernières années, la fédération continentale avait su se faire mieux comprendre et entendre. Il ne faudrait pas inverser la tendance. Le fait que l'UE souhaite absolument renforcer la compétitivité de l'industrie européenne, et faire passer de 15 % à 20 % la contribution des secteurs industriels au PIB entre aujourd'hui et 2020 est déjà une orientation favorable. Reste à voir comment l'UE compte y parvenir et voir surtout les moyens alloués. En espérant qu'ils ne se transforment pas en obstacle, alors que l'industrie chimique européenne souffre déjà de réglementations conséquentes et de prix pas assez compétitifs pour l'énergie et les matières premières. Sur ce dernier point, le Cefic compte toujours appeler à poursuivre le débat sur les gaz de schiste en Europe. Surtout dans certains pays comme la France où le rouvrir est déjà perçu comme une priorité. Si la possible exploitation des hydrocarbures non-conventionnels sur le Vieux continent ne sera très probablement pas aussi prolifique et aussi rapidement applicable qu'en Amérique du Nord, et qu'elle ne sera pas non plus une solution pour revigorer totalement la pétrochimie européenne, elle demeure une piste privilégiée par le Cefic pour renforcer la compétitivité.
 

Sur le plan conjoncturel, l'assemblée générale a d'ailleurs permis au Cefic de faire un point. Mais un point à la baisse. Alors que la prévision de croissance de la production avait été revue à la hausse en juin, à 2 %, elle a été ramenée à 1,5 %. Avec une perspective de 1,5 % également pour 2015. Encore une fois, le rythme de la reprise de l'ensemble de l'économie européenne progresse plus faiblement qu'anticipé, impactant inévitablement la chimie. Si le Cefic espère qu'il ne s'agit que d'une situation temporaire, il n'exclut pourtant pas des risques de récession. Sur les six premiers mois de l'année, les exportations extra-UE affichent par ailleurs un recul de 1,9 milliard d'euros par rapport à l'an. Reste que la balance demeure positive, à 22,5 Mrds €.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Total garde (pour le moment) Cray Valley

[Édito] : Total garde (pour le moment) Cray Valley

Cray Valley n’est pas à vendre. C’est Total qui l’a affirmé par voie de communiqué, le 21 octobre 2020, pour faire taire des rumeurs lancées par l’organisation syndicale CFDT. En[…]

[Édito] : Quand l’industrie chimique craint un Reach bis…

[Édito] : Quand l’industrie chimique craint un Reach bis…

[Édito] : La génomique célébrée chez les autres

[Édito] : La génomique célébrée chez les autres

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Plus d'articles