Nous suivre Info chimie

Le glyphosate, non cancérigène selon l'Echa

H.B.

Sujets relatifs :

, ,

Le 15 mars, l'Agence européenne des produits chimiques (Echa) a rendu son avis sur le glyphosate, herbicide soupçonné d'être cancérigène, mutagène et toxique pour la reproduction, et principal ingrédient du Roundup de Monsanto. Les experts du Comité d'évaluation du risque ont accepté de maintenir la classification actuelle du glyphosate comme substance provoquant des lésions oculaires graves et toxiques pour la vie aquatique. En revanche, le Comité a estimé qu'au regard des données scientifiques actuelles, il n'existe pas assez de preuves pour classer le glyphosate comme substance cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction. Cet avis, qui ne prend cependant pas en compte les critères d'exposition au glyphosate, va être envoyé à la Commission européenne. Cette dernière l'attendait pour prendre une décision au sujet de la commercialisation de cet herbicide dans l'Union européenne, la licence du glyphosate ayant été prolongée de 18 mois en juin 2016. Une restriction d'usage a toutefois été instaurée, limitant l'utilisation de certains adjuvants du glyphosate et son exploitation dans les parcs et jardins publics (CPH n°768). Depuis le 1er janvier 2017 et dans le cadre du plan « Zéro pesticides » mené par Ségolène Royal, l'usage de pesticides chimiques est interdit dans les espaces verts ouverts au public en France (CPH n°791). La ministre de l'Environnement avait déjà défendu cette position en votant contre le renouvellement de la mise sur le marché du glyphosate en juin 2016 lors d'un vote au sein d'un comité scientifique.

 

L'ire des ONG

 

Les réactions des organisations non gouvernementales (ONG) de défense de l'environnement n'ont pas tardé. « Cette classification de l'Echa est totalement incompréhensible car le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) a montré clairement qu'au moins sept études montrent une incidence accrue de certains cancers chez des animaux de laboratoires exposés au glyphosate », s'est insurgé François Veillerette, porte-parole de l'association Générations Futures. « Après l'EFSA et l'Agence allemande Bfr, l'Echa balaie d'un revers de la main les preuves scientifiques retenues par le CIRC qui devraient logiquement permettre de classer le glyphosate comme probablement cancérogène pour l'homme et donc de l'exclure du marché européen ». Même constat du côté de Greenpeace, qui espère que l'UE prendra sa décision en se basant sur la science, sans déformer les faits, sans quoi « les gens et l'environnement continueront d'être des rats de laboratoire pour l'industrie chimique ». Rappelons qu'en janvier dernier, la Commission européenne a validé l'enregistrement d'une initiative citoyenne européenne ICE visant à interdire le glyphosate et initiée par neuf ONG, dont Greenpeace et Générations Futures (CPH n°787).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Economie circulaire : Plus de 770 000 tonnes de PVC recyclées en 2019

Economie circulaire : Plus de 770 000 tonnes de PVC recyclées en 2019

VinylPlus, le programme volontaire fédérant des acteurs européens du PVC, a fait le bilan de son action en 2019. Sur l’année, la filière en Europe a recyclé 771 313 tonnes de PVC, soit 96 % de son[…]

22/07/2020 | PanoramaEconomie circulaire
Lancement du « Pack rebond » pour les territoires d’industrie

Lancement du « Pack rebond » pour les territoires d’industrie

Plastiques : Le Cefic encourage le recyclage chimique

Plastiques : Le Cefic encourage le recyclage chimique

Glyphosate : La condamnation de Monsanto confirmée en appel en Californie

Glyphosate : La condamnation de Monsanto confirmée en appel en Californie

Plus d'articles