Nous suivre Info chimie

Oise : Le parc chimique de Lamotte vise des projets de chimie verte

Oise : Le parc chimique de Lamotte vise des projets de chimie verte

Le parc chimique de Lamotte vise des projets de chimie verte.

© Weylchem

Les quatre partenaires du site de Lamotte, dont la société WeylChem propriétaire des infrastructures, mettent une superficie de 20 hectares à la disposition de nouveaux entrants. Principales cibles, des projets de toute taille en lien avec la chimie verte et la chimie du végétal.

L'histoire du parc chimique de Lamotte remonte à 1896. À ses débuts, le site, propriété du groupe allemand Hoechst, pratiquait l'électrolyse du sel pour la production de dérivés du chlore et d'hydrogène. La chimie actuelle est arrivée dans les années 60. La spécialité du site est notamment la production de glyoxal et d'acide glyoxylique pour lequel la société WeylChem, principale héritière des infrastructures, est le numéro un mondial, devant des concurrents principalement chinois. Le glyoxal est obtenu selon deux voies de synthèse différentes à partir d'éthylène glycol ou d'éthanal. Ce glyoxal est essentiellement consommé sur le site de Lamotte où il sert à produire non seulement de l'acide glyoxylique, mais également de l'acide oxalique et du diméthoxyéthanal. Des dérivés qui permettent ensuite d'accéder à une vaste gamme d'intermédiaires avancés, tels des dérivés aromatiques et aliphatiques, des hérérocycles, des polyphénols...

Quatre industriels partenaires

La configuration actuelle du site avec ses 4 partenaires industriels, et quelque 6 780 collaborateurs, s'est constituée à partir des années 90. La société WeylChem reste le gestionnaire de plateforme et des services associés. Les trois autres industriels sont l'Américain PQ Corporation dans le silicate de sodium pour le domaine de la détergence, l'Allemand Merck performance chemicals dans les silices colloïdales pour la micro-électronique et le Suisse Archroma dans les émulsions pour les industries textile et papetière. Ensemble, ils ont déjà signé un PPRT (Plan de prévention des risques industriels) commun qui leur permet d'envisager l'accueil de nouveaux entrants. Aussi, la plateforme est en train de développer une offre « plug and play » où l'ensemble des services attendus sur une plateforme « Seveso » et le raccordement aux utilités classiques est proposé. Côté superficie, ce sont 20 hectares qui sont mis à disposition dans un environnement Seveso, sur une superficie totale de 45 ha. « Nous souhaitons nous consacrer au développement de la chimie verte, et plus précisément, de la chimie du végétal. Nous sommes implantés dans une région agricole. Dans la dynamique portée par le pôle de compétitivité IAR ou la société ARD sur la plateforme de Pomacle, avec le soutien des collectivités territoriales, nous souhaitons nous positionner dans le prolongement de plateformes locales, telles que Pivert, et devenir la plateforme de chimie verte de la région Hauts-de-France » déclarait dans nos colonnes en début d'année Gilles Zuberbuhler, président de WeylChem Lamotte. ?

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Evonik s'empare de PeroxyChem

Evonik s'empare de PeroxyChem

D'ordinaire plus prompt à miser sur la croissance organique plutôt qu'externe, Evonik sort parfois du bois. En 2016 notamment, lorsqu'il avait déboursé 630 millions de dollars pour mettre la main sur la[…]

Lonza cède son activité Traitement de l'eau à Platinum Equity

Lonza cède son activité Traitement de l'eau à Platinum Equity

Sika acquiert la division de fibres pour béton de Propex

Sika acquiert la division de fibres pour béton de Propex

Lanxess renforcé en pigments en Allemagne

Lanxess renforcé en pigments en Allemagne

Plus d'articles