Nous suivre Info chimie

Le Qatar, eldorado industriel

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le soleil brille toute l'année à Ras Laffan, au nord du Qatar. Sans cendres de volcan ni turbulences économiques. Dans le petit émirat, les projets fleurissent en grand. Principalement en matière énergétique, ce qui est alléchant pour les industriels occidentaux. Car le Qatar a ceci de stratégique qu'il détient des réserves colossales de gaz au large de ses côtes. Or, l'émirat n'a pas fini d'investir dans ces domaines, notamment en pétrochimie et dans le gaz de pétrole liquéfié (GPL). Il compte déjà parmi les leaders mondiaux de GPL avec des productions annuelles évaluées à 14 millions de tonnes pour 2010-2011, et vise une production de 28 Mt/an de produits pétrochimiques d'ici à 2014. Certains fleurons de l'industrie française ne manquent donc pas de parier sur cet eldorado. A l'image de Total ou d'Air Liquide, lesquels ont encore affirmé leur présence la semaine dernière. Le spécialiste français des gaz industriels a annoncé un nouveau projet majeur dans l'hélium. Un gaz qu'on trouve en toutes petites quantités dans le gaz naturel. Mais, à Ras Laffan, les gigantesques ressources et les unités géantes de liquéfaction offrent des possibilités décuplées. Déjà engagé depuis 2003 aux côtés des sociétés nationales RasGas et QatarGas pour un liquéfacteur d'hélium de 20 Mm3/an mis en service en 2005, Air Liquide a signé un contrat pour y construire le plus grand liquéfacteur d'hélium au monde. Il leur livrera au premier trimestre 2013 cette unité clé en mains d'une capacité de 38 Mm3/an. Ce qui permettra au Qatar de détenir 25 % de la production mondiale d'hélium, tout en renforçant la position d'Air Liquide sur ce segment. Car le groupe français achètera la moitié de ces productions d'hélium. Le Qatar est l'une des pierres angulaires de la stratégie d'Air Liquide dans la région. Entre 2002 et 2009, le groupe a investi 500 M$ au Moyen-Orient. Et prévoit de doubler cette enveloppe pour les cinq prochaines années.

Total a eu aussi quelque chose à fêter la semaine dernière à Ras Laffan. La division Petrochemicals du groupe y a inauguré avec ses partenaires le Ras Laffan Olefin Cracker (RLOC), qui a démarré cette année avec des capacités de 1,3 Mt/an d'éthylène, et qui alimente plusieurs usines de polyéthylène à Messaied, plus au sud du pays. Comme celle de polyéthylène inaugurée fin 2009 de Qatofin, coentreprise détenue à 36 % par Total Petrochemicals (CPH n°488). A travers ses différentes participations, Total détient 22,2 % de RLOC. Plus gros vapocraqueur au monde sur base éthane, RLOC représente 10 % de la production mondiale d'éthylène de Total Petrochemicals, pour qui c'est l'un des plus gros investissements au Moyen-Orient. L'investissement total pour RLOC a en effet dépassé le milliard de dollars, dont 507 M$ ont été financés par Qatofin. Et le projet pourrait encore grossir puisque RLOC étudie la possibilité de pousser les capacités à 1,6 Mt/an, notamment via une alimentation mixte éthane/propane. Ces industriels français ne sont pas les seuls à se faire une place au soleil du Qatar. La compétition y est féroce pour tisser sa toile avec Qatar Petroleum, pivot central des sociétés nationales énergétiques. Que ce soit pour obtenir des parts dans les réserves ou dans les coentreprises. Total, qui est parvenu à créer un réseau dense, fait notamment face à des acteurs mondiaux majeurs, comme ExxonMobil. Adversaires avec qui il collabore parfois comme pour RLOC avec Chevron Philips Chemical. Un numéro d'équilibriste indispensable pour prospérer dans ce nouvel eldorado.

 

 

« La compétition est féroce pour tisser sa toile avec Qatar Petroleum »

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

« Sans masques ni barrières », le Village de la Chimie a été fidèle au rendez-vous, le 12 mars dernier, malgré la crise du Covid-19. À l’initiative de France Chimie[…]

26/03/2021 | ChimieEdito Hebdo
[Édito] : Grandes manoeuvres dans la chimie/pharma

[Édito] : Grandes manoeuvres dans la chimie/pharma

[Édito] : Le club fermé des chimistes producteurs de biotech

[Édito] : Le club fermé des chimistes producteurs de biotech

[Édito] : L’abominable scénario de 2020

[Édito] : L’abominable scénario de 2020

Plus d'articles