Nous suivre Info chimie

Le rêve d'aval d'Abu Dhabi

Sylvie Latieule Rédactrice en chef slatieule@infopro-digital.com @SylvieLatieule

Sujets relatifs :

, ,

Abu Dhabi National Oil Company (Adnoc) a battu tous les records d'ambition en annonçant, fin mai, un investissement de 45 milliards de dollars sur les cinq prochaines années, aux côtés de partenaires, sur son complexe de Ruwais, dans l'Émirat d'Abu Dhabi. Le projet devrait contribuer à la création de 15 000 emplois d'ici à 2025. À Ruwais, l'énergéticien et pétrochimiste Adnoc, qui exerce pour le compte du gouvernement de l'Émirat, mène déjà de nombreuses activités. Il opère notamment une raffinerie d'une capacité de 922 000 barils par jour. Cela ne suffira plus. Le projet prévoit justement la construction d'une raffinerie de 600 000 b/j d'ici à 2025. Adnoc est aussi présent dans le vapocraquage et la chimie amont, mais désormais, c'est la chimie aval, plus rémunératrice, qui concentre toute l'attention. « La stratégie 2030 d'Adnoc vise à transformer la façon dont nous maximisons la valeur de chaque baril, pour offrir le meilleur retour possible à Abu Dhabi », explique la compagnie. C'est ainsi qu'est annoncé un triplement de la capacité de la chimie pour passer de 4,5 Mt/an en 2016 à 14,4 Mt/an d'ici à 2025. Dans les faits, le passage de 4,5 Mt/an à 10 Mt/an est déjà programmé depuis l'an dernier. Ce n'est autre que le projet Borouge 4, mené dans le cadre de la co-entreprise Adnoc-Borealis. On sait qu'il s'articulera autour de la construction d'un vapocraqueur mixed-feed de taille mondiale, avec en aval des unités de dérivés, qu'il s'agisse de polyoléfines ou d'autres produits chimiques.

Pour aller plus loin dans l'aval, deux parcs d'activités vont voir le jour. Le premier baptisé Derivatives Park sera construit sur une zone de 6 km2 adjacente au complexe de Ruwais. Le projet vise à attirer des partenaires prêts à utiliser la gamme croissante de matières premières disponibles à Ruwais. Cela permettra la création de nombreuses unités de production de spécialités telles que des produits pour la construction ou pour le pétrole et le gaz, des tensio-actifs et des détergents. Tout à côté, la construction d'un Conversion Park de 3,6 km2 supplémentaires renforcera cette descente dans l'aval du géant aboudabien. En combinant les matières premières de Ruwais avec celles du Derivatives Park, des activités à valeur ajoutée encore plus forte pourraient se développer, comme la production de matériaux d'emballage, de revêtements, d'isolants ou de composites automobiles.

Adnoc a pu profiter de la tenue de son Downstream investment forum pour lancer une sorte d'appel à candidature en direction de futurs investisseurs. Les premiers intéressés ne se sont pas fait attendre. Le colloque n'était pas terminé qu'une lettre d'intention a été signée entre Adnoc et Ravago, un spécialiste belgo-luxembourgeois du compoundage, qui pourrait bien s'installer à Ruwais. Puis, entre Adnoc et Cepsa, groupe d'origine espagnole détenu par le fonds Mubadala (Abu Dhabi), c'est un projet d'unité d'akylbenzènes linéaires (LAB) de 150 000 t/an, évoqué en novembre, qui a annoncé son passage en phase d'ingénierie. Mieux encore, un partenariat de grande envergure se profile entre Adnoc et le Marocain OCP (Office chérifien du phosphate) à travers la création d'une joint-venture dans le domaine des engrais, assorti d'un hub de classe mondiale à Ruwais.

Finalement, en 2017, lors de l'inauguration du Louvre d'Abu Dhabi, des commentateurs nous expliquaient avec force conviction que l'émirat préparait désormais l'après-pétrole et cherchait à se transformer en une grande destination touristique, à l'image de Dubaï. La culture, en plus ! Force est de constater qu'en dépit des centaines de millions d'euros investis dans ce Louvre, c'est bien la filière pétrolière et gazière qui va continuer à guider le destin du pays. Probablement pour longtemps.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : Croissance durable pour la "pétro" de Total

Edito : Croissance durable pour la "pétro" de Total

N’en déplaise aux nouveaux phobiques des matières plastiques, la demande mondiale n’a pas fini de progresser. Rien que pour le polyéthylène (PE), le marché devrait progresser de plus de 3 % par an,[…]

11/10/2019 | PétrochimieEdito Hebdo
Edito : Sanofi, cent jours pour faire des choix

Edito : Sanofi, cent jours pour faire des choix

Edito : Un DuPont sans nutrition ni biosciences ?

Edito : Un DuPont sans nutrition ni biosciences ?

Edito : SQM n’entrevoit pas de pénurie de lithium

Edito : SQM n’entrevoit pas de pénurie de lithium

Plus d'articles