Nous suivre Info chimie

abonné

Les clés du succès d’Afyren qui compte lever 80 M€ en Bourse

Sylvie Latieule
Les clés du succès d’Afyren qui compte lever 80 M€ en Bourse

© DR

Entre 70 et 80 millions d’euros, c’est le montant qu’entend lever la société de biotechnologie industrielle Afyren à l’occasion de sa mise en Bourse, sur l’Euronext Growth, à Paris. Jusqu’à la fin septembre, des titres sont proposés dans une fourchette indicative de 8,02 € à 9,72 € par action. Dès le lancement le 14 septembre, près de la moitié de l’offre avait déjà été souscrite par Mirova (15 M€), Bpifrance (entre 12,66 et 15 M€), Sofinnova Industrial Biotech 1 (4 M€) et CACF Développement (1 M€).

Depuis sa création, il y a dix ans, la société a déjà réalisé plusieurs levées de fonds, notamment 2 M€ en 2013 auprès de Sofimac. Puis en 2018, 21 M€ avaient été levés auprès de Sofinnova, Supernova, Crédit agricole et Valquest et abondés par le fonds SPI (Société de projets industriels) de Bpifrance. Ils ont permis de mobiliser 46,5 M€ et de créer Afyren Neoxy, société destinée à industrialiser la technologie d’Afyren. Une première usine qui sera mise en service au premier trimestre 2022, sur le site de Carling-St-Avold, en Moselle, avec une capacité de production de 16 000 t/an d’acides organiques biosourcés et de 23 000 t/an d’engrais. Le nouvel appel au marché est destiné à financer deux prochaines usines en Amérique du Nord et en Asie du Sud-est, de capacité supérieure – de l’ordre de 28 000 t/an - pour des démarrages respectifs fin 2024 et début 2026. « Nous visons à moyen terme une capacité de 70 000 t/an et un chiffre d’affaires de 150 M€, avec une marge Ebitda de 30 % », souligne Nicolas Sordet, CEO et co-fondateur d’Afyren.

Lire aussi notre article : " Trois usines en 2026 pour Afyren "

Sept acides organiques

Afyren doit son succès à un procédé innovant qui permet la production conjointe de sept acides, par fermentation, à partir de matière première biosourcée. (Des co-produits de l’industrie de la betterave, fournis par le sucrier Südzucker, dans le cas de la première usine). Ces acides organiques, qui[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Biopolyéthylène : Braskem et SCG Chemicals veulent produire en Thaïlande

Biopolyéthylène : Braskem et SCG Chemicals veulent produire en Thaïlande

  Le producteur de biopolymères brésilien Braskem a signé un protocole d’accord avec la société pétrochimique thaïlandaise SCG Chemicals pour étudier la faisabilité[…]

16/09/2021 | PolyéthylèneChimie verte
Le fonds SPI attend sa reconduction pour continuer à financer l’industrialisation

Le fonds SPI attend sa reconduction pour continuer à financer l’industrialisation

Protéines végétales : Roquette ouvre un centre d’expertise

Protéines végétales : Roquette ouvre un centre d’expertise

PLA : LG Chem et ADM s’associent en coentreprise

PLA : LG Chem et ADM s’associent en coentreprise

Plus d'articles