Nous suivre Info chimie

Linde flirte avec Praxair

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Décidément, le secteur des gaz industriels ne manque pas d'air ! Comme l'agrochimie, cette composante de l'industrie chimique est en pleine fièvre consolidatrice, en proie à une véritable course au gigantisme. Après la colossale acquisition d'Airgas par Air Liquide finalisée au printemps, c'est Linde et Praxair qui secouent le marché. Le 16 août, suite à des fuites dans la presse outre-Atlantique, les géants allemand et américain des gaz industriels ont reconnu qu'ils avaient bien entamé des « discussions préliminaires » en vue d'une « potentielle fusion ». Les deux protagonistes ne sont pas allés plus loin, soulignant simplement que ces discussions ne préfiguraient en rien une concrétisation, et qu'ils ne feraient pas plus de commentaires à ce stade.
 

« Linde pourrait reprendre très rapidement son leadership planétaire »


Peut-être vexé de s'être fait chiper au printemps la place de numéro 1 mondial par son concurrent Air Liquide, Linde pourrait reprendre ainsi très rapidement, et de manière beaucoup plus imposante, son leadership planétaire dans les gaz industriels. Hors toute cession et changement de périmètre pour satisfaire les éventuelles requêtes des autorités de la concurrence, les ventes mondiales combinées de Praxair et Linde dépasseraient les 27 milliards d'euros. Soit bien plus que les 20 Mrds € de ventes annuelles, environ, du nouveau Air Liquide. On notera au passage que la troisième marche du podium serait alors reléguée loin derrière. L'Américain Air Products, en pleine séparation de ses actifs hors gaz, que ce soit via la cession de ses matériaux de performance à Evonik ou avec la constitution de Versum, se retrouverait avec des ventes annuelles probablement en dessous des 10 Mrds $. Un gouffre.
 

Certes, une fusion Linde/Praxair ne passerait certainement pas comme une lettre à la poste face aux autorités de la concurrence. Ce serait sans doute plus délicat que pour Air Liquide, notamment car Airgas n'était pas présent ailleurs qu'en Amérique du Nord. Là, il s'agit de deux mastodontes globalisés. Praxair et ses 12 500 salariés ont généré en 2015 des ventes totales de 10,78 Mrds $ (environ 9,6 Mrds €). Linde et ses 65 000 employés ont affiché un bilan de 17,94 Mrds €. S'ils sont tous deux implantés sur l'ensemble de la planète, ces deux géants des gaz industriels trouveraient toutefois des complémentarités non négligeables, notamment sur un plan géographique. Praxair génère 55 % de ses ventes en Amérique du Nord et 13 % en Amérique du Sud, contre 14 % en Asie et 12 % en Europe (les 6 % restant concernent sa division de revêtements Surface Technologies). Pour sa part, Linde a enregistré un total de 15,17 Mrds € pour ses ventes de gaz l'an dernier, réparties à près de 40 % en Europe, plus de 27 % dans la zone Asie-Pacifique, et d'environ 34 % aux Amériques. De quoi truster le leadership en Europe et aux Amériques, régions où Linde n'est que numéro 2.
 

Si rien n'est encore fait, les investisseurs ont en tout cas applaudi. Visiblement, une telle opération les enchante. L'action Praxair a bondi de près de 3 % le jour même et se maintient depuis le 16 août aux alentours de 122 $ par titre. L'action de Linde a progressé de manière bien plus spectaculaire avec un bond de plus de 10 % le jour de la confirmation de discussions, et oscille entre 149 et 156 € par titre depuis. Lorsque Air Liquide avait révélé ses intentions avec Airgas, les investisseurs avaient d'emblée affiché bien peu d'enthousiasme. Mais le géant français avait indiqué un prix d'achat, jugé plutôt excessif par les marchés boursiers. Praxair et Linde se sont, eux, bien gardés de toute précision financière. C'est forcément moins crispant.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Sinopec va prendre des parts dans un futur complexe russe

Sinopec va prendre des parts dans un futur complexe russe

Le Chinois Sinopec et la compagnie russe Sibur ont signé le 5 juin un accord confirmant la participation de Sinopec dans le projet de complexe pétrochimique que Sibur va construire dans l’est du pays. La participation de[…]

13/06/2019 | RussiePétrochimie
Socar réfléchit à la construction d’unités d’ammoniac et d’urée en Azerbaïdjan

Socar réfléchit à la construction d’unités d’ammoniac et d’urée en Azerbaïdjan

Mortiers : Sika finalise le rachat de Parex

Mortiers : Sika finalise le rachat de Parex

Mélange-maître : Clariant a inauguré sa nouvelle unité de production en Chine

Mélange-maître : Clariant a inauguré sa nouvelle unité de production en Chine

Plus d'articles