Nous suivre Info chimie

Linde flirte avec Praxair

Julien Cottineau Rédacteur en chef de Chimie Pharma Hebdo

Sujets relatifs :

, ,

Décidément, le secteur des gaz industriels ne manque pas d'air ! Après l'acquisition d'Airgas par Air Liquide, au tour de Linde et Praxair de secouer le marché. Le 16 août, suite à des fuites dans la presse outre-Atlantique, les géants allemand et américain ont reconnu qu'ils avaient bien entamé des « discussions préliminaires » en vue d'une « potentielle fusion ». Sans en dire plus à ce stade.

Peut-être vexé de s'être fait chiper la place de n°1 mondial par Air Liquide, Linde pourrait reprendre ainsi très rapidement, et de manière beaucoup plus imposante, son leadership planétaire dans les gaz industriels. Hors toute cession et changement de périmètre pour satisfaire les éventuelles requêtes des autorités de la concurrence, les ventes mondiales annuelles combinées de Praxair et Linde pourraient dépasser les 27 milliards d'euros. Soit bien plus que les 20 Mrds € environ du nouveau Air Liquide. La troisième marche du podium serait alors reléguée loin derrière. Air Products, en pleine séparation de ses actifs hors gaz, se retrouverait avec des ventes annuelles probablement en-dessous des 10 Mrds $. Un gouffre.

Praxair et Linde sont deux mastodontes globalisés et pourraient trouver des complémentarités géographiques intéressantes. Praxair (12 500 salariés et 10,78 Mrds $ de CA en 2015) génère 55 % de ses ventes en Amérique du Nord et 13 % en Amérique du Sud. Pour sa part, Linde (65 000 salariés, 17,94 Mrds € de CA) a enregistré un total de 15,17 Mrds € pour ses ventes de gaz l'an dernier, réparties à près de 40 % en Europe et de 34 % aux Amériques. De quoi truster le leadership en Europe et aux Amériques, régions où Linde n'est que numéro 2 mondial.

Si rien n'est encore fait, les investisseurs ont en tout cas applaudi. L'action Praxair a sursauté de près de 3 % le jour même de l'annonce, et celle de Linde a bondi de plus de 10 %. Lorsque Air Liquide avait révélé ses intentions avec Airgas, les investisseurs avaient d'emblée affiché bien peu d'enthousiasme. Mais le géant français avait indiqué un prix d'achat jugé plutôt excessif par les marchés boursiers. Praxair et Linde se sont, eux, bien gardés de toute précision financière. C'est forcément moins crispant.

 

« Linde pourrait reprendre très rapidement son leadership planétaire »

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : La chimie allemande au pied du mur

Edito : La chimie allemande au pied du mur

L’année 2019 restera marquée par un environnement économique mondial difficile. Cela pour au moins deux raisons : les différends commerciaux entre la Chine et les États-Unis, qui ont ralenti les[…]

06/12/2019 | ConjonctureEdito Hebdo
Les résultats du 1er semestre 2019 du Cefic sont mitigés

Les résultats du 1er semestre 2019 du Cefic sont mitigés

Interview Nicolas de Warren - Uniden : « Produire en France, c'est bon pour le climat »

Interview Nicolas de Warren - Uniden : « Produire en France, c'est bon pour le climat »

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Edito : Le premier semestre 2019 en résumé

Plus d'articles