Nous suivre Info chimie

Lonza, leader du contrôle microbien

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

C'est une double surprise. D'une part, le groupe suisse s'occupait plus ces derniers temps du développement de ses actifs et de l'amélioration de sa marge que de croissance externe. De l'autre, Lonza investit là où il n'était pas forcément attendu : le contrôle microbien. Cette activité qui ne représente que 14 % de son périmètre va désormais compter pour 43 % de son chiffre d'affaires, pour une valeur pro forma d'environ 1,6 milliard de dollars (1,13 Mrd €). « L'acquisition d'Arch Chemicals est le cheminement logique de la stratégie de Lonza focalisée sur les sciences de la vie. Cela va nous permettre d'élargir notre activité hors pharma et d'atteindre un profil bien équilibré entre deux activités mondialement en croissance ; la production à façon pharmaceutique et le contrôle microbien », justifie pourtant Stefan Borgas, le p-dg du groupe suisse. Le marché mondial annuel du contrôle microbien est évalué à 10 Mrds $ par Lonza, avec une croissance annuelle comprise entre 4 et 6 %. Marché d'autant plus prometteur que ces débouchés bénéficient de croissances encore plus dynamiques, selon le Suisse, notamment dans les marchés du traitement de l'eau, de l'hygiène et des soins corporels ainsi que de la protection des matériaux. Soit les marchés clés de Lonza pour ses ingrédients actifs et ses formulations de contrôle microbien.

"Les plus fortes croissances enregistrées au Brésil, en Chine, Inde et Afrique du Sud"

L'attrait d'Arch Chemicals est multiple. Il va permettre d'élargir les marchés avals, comme dans la protection du bois ou les biocides industriels. Surtout, Lonza met la main sur un spécialiste presque quatre fois plus important que lui dans le domaine en termes de chiffre d'affaires. Arch Chemicals a généré l'an dernier des ventes de 1,38 Mrd $, dont 87 % dans le seul domaine du contrôle microbien. Le groupe américain dispose d'une autre division, Produits de performance, focalisée sur les uréthanes de spécialités et l'hydrazine. Produits dont l'avenir semble incertain dans le périmètre de Lonza. Industriellement, le groupe suisse va aussi hériter d'un large réseau de 23 sites industriels et de R&D dans le monde et de 3 000 collaborateurs supplémentaires. En comparaison, l'activité contrôle microbien de Lonza recense six sites industriels et 550 salariés. Arch Chemicals dispose aussi d'un périmètre géographique de ventes plutôt équilibré avec d'un côté les États-Unis (53 % des ventes), et de l'autre la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique (23 %), l'Amérique latine et le Canada (13 %) et la zone Pacifique (11 %). Si les marchés phares du contrôle microbien se concentrent en Amérique du Nord, en Europe et au Japon, les plus fortes croissances sont enregistrées au Brésil, en Chine, en Inde et en Afrique du Sud. Quatre zones stratégiques sur lesquelles Lonza va pouvoir se renforcer, selon lui, grâce au bon positionnement actuel d'Arch Chemicals dans ces régions.

Techniquement, l'offre de Lonza acceptée par le Conseil d'administration d'Arch Chemicals valorise le groupe américain à 1,4 Mrd $, soit l'équivalent de son chiffre d'affaires, dont 170 M$ de reprise de dettes. Le groupe suisse offre 47,20 $ par titre, ce qui représente une prime de 37 % par rapport au cours de l'action d'Arch Chemicals les 30 jours précédents. L'offre, qui porte sur l'acquisition de la totalité du capital, est conditionnée par l'obtention de plus des deux-tiers du total des actions. Lonza estime que l'acquisition pourrait se finaliser avant la fin de l'année. Et devra donc patienter encore un peu avant de devenir un vrai leader mondial du contrôle microbien.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : Solvay dans un lent déconfinement

Edito : Solvay dans un lent déconfinement

Chez Solvay, on compte au jour le jour les cas de Covid-19. Le 6 mai, le groupe chimique de 24 200 salariés répertoriait huit malades et 182 cas suspects, contre 15 malades et plus de 300 cas suspects à la mi-mars. La[…]

09/05/2020 | SpécialitésEdito Hebdo
Edito Covid-19 : France et Belgique à l’unisson

Edito Covid-19 : France et Belgique à l’unisson

Edito : les plans d’actions Covid-19 se multiplient

Edito : les plans d’actions Covid-19 se multiplient

Edito : Arkema a presque fini sa métamorphose

Edito : Arkema a presque fini sa métamorphose

Plus d'articles