Nous suivre Info chimie

Lotte, chevalier blanc d'Axiall ?

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Coup de théâtre pour Axiall. À quelques jours de la tenue de son assemblée générale annuelle, prévue le 17 juin, le groupe américain aperçoit peut-être une issue à sa bataille pour échapper aux griffes de son compatriote Westlake Chemical.

La proposition de Lotte Chemical d'acquérir Axiall pourrait considérablement changer la donne. Pour l'heure, le groupe sud-coréen n'a pas détaillé son offre, ni surtout dévoilé le montant proposé. Du côté d'Axiall, il n'y avait encore eu aucune réaction officielle le soir du 9 juin. Du coup, les rumeurs vont bon train dans la presse financière internationale. Des sources assurent au Korean Times que l'offre se porte à 25 $ par action, soit un total de 1,76 milliard de dollars. Soit plus que les 23,35 $ qu'offre Westlake, pour un total de 1,6 Mrd $ (3,1 Mrds $ avec la reprise de dette de 1,5 Mrd $ d'Axiall).

 

L'arrivée de Lotte dans l'affaire met la pression sur Westlake, qui se casse les dents sur le dossier depuis le début de l'année. Voire même depuis plus longtemps. Car en 2012, Westlake, désireux de constituer un champion nord-américain des chlorovinyliques, avait lancé une OPA sur son compatriote Georgia Gulf (CLequel s'en était sorti en reprenant les commodités de PPG pour former l'actuel Axiall. Un second échec serait cuisant. Il n'est toutefois pas évident de voir Westlake se lancer dans une joute avec Lotte. Il attendra sans doute l'issue de l'assemblée générale du 17 juin puisqu'il espère, à l'occasion, éjecter les membres du conseil d'administration d'Axiall pour les remplacer par ses candidats.
 

Autre souci : le cours de Bourse d'Axiall. En début d'année, après un exercice 2015 difficile, l'action avait perdu plus de 60 % de sa valeur en un an, juste au-dessus des 15 $ par titre. L'action était tombée fin janvier en dessous de la barre des 10 $, moment choisi par Westlake pour déclarer sa flamme, avec une première offre à 20 $. Une manoeuvre qui avait suscité l'ire des dirigeants d'Axiall, l'accusant de profiter d'une situation de faiblesse passagère afin d'acquérir une pépite pour une bouchée de pain. Avec sa seconde offre, Westlake n'avait pas réussi à apaiser sa cible, mais au moins l'action évoluait depuis aux alentours de 23 $. C'était encourageant. Sauf que l'offre de Lotte, supposée à hauteur de 25 $, séduit les investisseurs. L'action évoluait le soir du 9 juin juste au-dessus de ce niveau...
 

Dernier écueil, et de taille, pour Westlake : Axiall et Lotte s'aiment bien. Les deux compères se sont engagés en tout début d'année dans la construction d'un vapocraqueur en Louisiane. De quoi être nettement plus séduisant pour les actionnaires et les membres du board. Avec Axiall, Lotte a trouvé une porte d'entrée sur l'Amérique du Nord et son avantage d'un éthane bon marché. Ce projet américain est un sacré relais de croissance en perspective pour un pétrochimiste très centré sur la Corée du Sud. En dehors des grandes implantations en Malaisie et d'actifs indonésiens, hérités de l'acquisition de Titan Chemicals en 2010, Lotte ne dispose que très peu d'autres implantations à l'international, si ce n'est un complexe d'acide téréphtalique purifié au Pakistan et une usine de polyéthylène téréphtalate au Royaume-Uni. Avec Axiall, il mettrait la main sur une vaste manne d'actifs pétrochimiques aux États-Unis. En outre, en reprenant un des leaders américains et mondiaux des chlorovinyliques, il ferait une entrée en force sur ce segment et diversifierait considérablement ses activités. Le chevalier blanc Lotte se pose donc comme une menace sérieuse pour Westlake.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : Solvay dans un lent déconfinement

Edito : Solvay dans un lent déconfinement

Chez Solvay, on compte au jour le jour les cas de Covid-19. Le 6 mai, le groupe chimique de 24 200 salariés répertoriait huit malades et 182 cas suspects, contre 15 malades et plus de 300 cas suspects à la mi-mars. La[…]

09/05/2020 | SpécialitésEdito Hebdo
Edito Covid-19 : France et Belgique à l’unisson

Edito Covid-19 : France et Belgique à l’unisson

Edito : les plans d’actions Covid-19 se multiplient

Edito : les plans d’actions Covid-19 se multiplient

Edito : Arkema a presque fini sa métamorphose

Edito : Arkema a presque fini sa métamorphose

Plus d'articles