Nous suivre Info chimie

Lubrizol face à une fuite de mercaptan à Rouen

Akela Sophia

Sujets relatifs :

, ,

Suite à une fuite significative de mercaptan le lundi 21 janvier au matin, l'usine rouennaise Lubrizol France a été arrêtée. « La fuite, liée à une instabilité chimique, est survenue dans un bac de 36 tonnes de dithiophosphate de zinc, un additif pour huiles », précise un porte-parole de l'usine. « Nous n'en sommes pas encore sûrs, mais cette instabilité semble liée à une surchauffe durant la fabrication de cet additif. Ce qui a entraîné une décomposition de ce dernier et la libération de molécules de mercaptan », poursuit-il. Le problème pour Lubrizol, désormais filiale de Berkshire Hathaway, est que si ce gaz est sans danger, il est nauséabond et a incommodé de nombreux habitants, de la Seine-Maritime jusqu'à Paris. « La météo et les vents ont joué un rôle déterminant », constate la direction qui a dû arrêter cette usine de 300 salariés spécialisée dans la production d'additifs pour lubrifiants et carburants. La préfecture de Seine-Maritime a déclenché le 22 janvier un Plan particulier d'intervention (PPI) qui a semé le trouble dans la population, une telle décision étant perçue comme synonyme de danger. En réalité, le PPI a été lancé à titre préventif car Lubrizol proposait, pour annihiler le mercaptan, une méthode inédite en France, et la ministre de l'Environnement venue sur place, craignait une réaction chimique non maîtrisée. Testée aux États-Unis, elle consiste à transférer progressivement le dithiophosphate de zinc, dans un autre bac contenant une solution sodée. Après neutralisation du gaz, les déchets sont traités dans un centre agréé. Après un test en laboratoire, le procédé a été activé à l'usine le 23 janvier. Le bon déroulement des opérations permettait au Préfet d'indiquer que les 36 tonnes de produit devraient être traitées dans quelques jours et que la concentration de mercaptan en sortie de cheminée est tombée à 10 parties par million en fin de semaine dernière, contre environ 80 ppm le 21. Reste que deux enquêtes sont lancées. Une administrative et l'autre judiciaire pour établir si des infractions ont été commises lors de l'incident qui a conduit au dégagement de mercaptan. Pour relancer sa production, l'usine, qui rappelle investir des millions d'euros dans la sécurité, devra attendre la fin de l'enquête.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

La cérémonie de la 12e édition des Prix Pierre Potier s’est tenue le 29 mai au Ministère de l’économie et des finances, en présence de la secrétaire d’état Agnès[…]

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

Plus d'articles