Nous suivre Info chimie

Lubrizol mise sur les spécialités pétrolières

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le chimiste américain fait un pas majeur dans les spécialités chimiques pour l'extraction pétrolière. Et ambitionne ainsi d'asseoir une position bien plus conséquente sur ce marché mondial évalué à 20 milliards de dollars (16 Mrds €) par an. C'est l'objectif de son offre de 825 M$ sur les activités dédiées du groupe Weatherford International, centré sur les services pétroliers.

L'offre de Lubrizol se décompose en 750 M$ en numéraire, assortis d'une « augmentation potentielle de 75 M$ liée à une contrepartie conditionnelle basée sur la performance des activités après la clôture de l'achat », précise Weatherford. Lequel trouve ici le moyen de réduire sa dette autour de 6,6 à 6,8 Mrds $ après opération. La transaction pourrait être finalisée avant la fin de l'année.

Dans le détail, Lubrizol, détenu par Berkshire Hathaway depuis 2011, va reprendre les divisions Engineered Chemistry et Integrity Industries de Weatherford. La première produit des fluides de spécialité et des additifs pour les opérations pétrolières comme la cimentation, le forage, la fracturation ou encore la circulation des fluides. Engineered Chemistry a été constitué via une série d'acquisitions menée pendant 12 ans, précise Lubrizol. Basée à Houston, au Texas (États-Unis), cette division détient une dizaine de sites industriels, principalement en Amérique du Nord.

 

« Une nouvelle division baptisée Lubrizol Oilfield Services »

 

Integrity Industries est focalisé de son côté sur les fluides de forage et les adjuvants destinés à améliorer la performance des opérations de forage. Basée également au Texas, à Kingsville, cette division recense 14 sites, là aussi essentiellement en Amérique du Nord. Lubrizol indique qu'Integrity Industries se concentre sur cette activité de niche depuis 25 ans, permettant à son expertise d'être largement reconnue.

Engineered Chemistry et Integrity Industries continueront d'évoluer de manière indépendante au sein d'une nouvelle division de Lubrizol, baptisée Lubrizol Oilfield Services. Division qui s'ajoutera aux deux actuelles : Lubrizol Additives, centrée sur les additifs et lubrifiants pour les moteurs et les applications industrielles, et Lubrizol Advanced Materials, spécialiste des polymères de spécialité, des additifs polymères et des additifs chimiques pour l'industrie, les revêtements ou encore les produits de soin.

À l'heure de l'euphorie américaine du pétrole et du gaz non conventionnels, les opérations de consolidation se succèdent outre-Atlantique dans le domaine des spécialités chimiques pour l'extraction d'hydrocarbures. Il y a un an, le Belge Solvay se lançait ainsi dans l'acquisition de l'Américain Chemlogics, focalisé sur les spécialités et les formulations pour l'extraction. Plus récemment, une gigantesque opération a été déclenchée par Halliburton. Mi-novembre, le n°2 mondial des services pétroliers a lancé un raid de 38 Mrds $ sur son concurrent et compatriote l'Américain Baker Hughes, n°3 du secteur. Ce qui devrait leur permettre de truster la place de n°1 de Schlumberger. Ni Halliburton, ni Baker Hughes ne sont centrés sur les spécialités chimiques pour le pétrole et gaz, mais tous deux disposent néanmoins de portefeuilles conséquents dans le domaine. Notamment Baker Hughes qui détient toute une gamme d'additifs pour le raffinage, les carburants ou encore le traitement de l'eau, et qui produit même des phytosanitaires et des polymères de spécialité pour les adhésifs, les revêtements, les additifs plastiques ou encore les produits de soin.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Compostables biosourcés, des plastiques qui ont encore la cote

[Édito] : Compostables biosourcés, des plastiques qui ont encore la cote

En français, le préfixe « bio » prête à confusion. Il peut évoquer le contenu biosourcé d’un produit, sa fabrication à partir de matières premières[…]

[Édito] : Vers un rebond des M&A en 2021 ?

[Édito] : Vers un rebond des M&A en 2021 ?

[Édito] : Chimie, la mal-aimée de l’Europe

[Édito] : Chimie, la mal-aimée de l’Europe

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

Plus d'articles