Nous suivre Info chimie

Matériaux : Le gouvernement se penche sur le berceau des nanotechnologies

Sujets relatifs :

Le ministre délégué à la Recherche, François d'Aubert, a annoncé jeudi 16 décembre à Grenoble que le financement attribué à la recherche en nanosciences et nanotechnologies passera de 30 à 70 millions d'euros par an sur les trois années à venir, soit 210 millions d'euros d'ici à 2007.
Ce projet, baptisé “Réseau national en nanosciences et en nanotechnologies” (R3N), est composé de trois axes principaux. Le premier porte sur le financement de platesformes scientifiques et technologiques. Le deuxième a trait au financement des meilleurs projets amont et mettra en relation des laboratoires académiques. Le dernier financera les meilleurs projets aval, mettant ainsi en réseau les laboratoires publics, les centres de recherche privés des grandes entreprises et ceux des PME innovantes. La sélection des projets débutera en janvier 2005 via un comité d'orientation.
Par ailleurs, ce réseau va également se pencher sur les problématiques éthiques et sanitaires liées au développement et à l'emploi de ces technologies via une étude bibliographique.Il va également mener une activité d'observatoire des meilleures pratiques internationales et travaillera à la constitution d'un réseau européen de projets de recherche financés par l'Union européenne. D'autres organismes de recherche vont s'associer à ce projet : le CNRS (avec des recrutements prévus en 2005 dans le domaine des nanosciences et des nanotechnologies), le CEA et la Cité des sciences et de l'industrie (qui doit organiser une exposition sur ce thème). Le ministre, qui a visité le Laboratoire d'électronique et de technologies de l'information (Leti) du CEA et le pôle Minatec consacré à ces technologies qui travaillent à l'échelle du milliardième de mètre, a souligné qu'un « marché de plusieurs centaines de milliards d'euros pourrait s'ouvrir à nos entreprises d'ici 2010 si on arrive à transformer l'essai ». Le gouvernement veut faire des nanotechnologies une priorité nationale, en tant que « future première source de découvertes scientifiques et d'enrichissement économique
», a expliqué François d'Aubert. Évoquant les appels à projets sur les pôles de compétitivité que veut lancer le gouvernement, le ministre a estimé que Grenoble « aurait sûrement le premier pôle de compétitivité, c'est important que cela se passe ici, car cela aura valeur d'exemple ». Minatec doit devenir en 2006 le premier centre européen d'enseignement, de recherche et de développement pour les micro et nanotechnologies. Installé au centre de Grenoble sur huit hectares, Minatec rassemblera 1000 étudiants, 200 enseignants-chercheurs et créera un millier d'emplois industriels directs. Ce centre s'intéressera aussi bien aux nanobiosciences (imagerie, diagnostic, soins), aux nanomatériaux (dont les nanotubes de carbone et oxyde de titane) qu'aux nanocomposants.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Metron contribue à « l'intelligence énergétique » des industriels

Metron contribue à « l'intelligence énergétique » des industriels

L'entreprise technologique Metron a développé une solution d'intelligence artificielle au service de la performance énergétique. Elle permet à l'industriel de s'inscrire dans l'usine 4.0[…]

25/02/2019 | Génie des procédésZoom
Les coraux digèrent mal l'octocrylène

Les coraux digèrent mal l'octocrylène

Axelera en route pour la phase IV

Axelera en route pour la phase IV

Les micro-organismes d'Agrauxine améliorent la santé des plantes

Les micro-organismes d'Agrauxine améliorent la santé des plantes

Plus d'articles