Nous suivre Info chimie

Minafin se renforce avec Pressure Chemical

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Le groupe français de chimie fine vient de prendre le contrôle de Pressure Chemical Company (PCC). Dans le cadre d'une transaction dont le montant est resté confidentiel, Minafin a mis la main sur 75 % du capital de la société américaine et dispose d'une option pour acquérir les 25 % restants. Larry Rosen, actionnaire principal de PCC avant l'opération a, pour le moment, conservé une participation minoritaire. Basé à Pittsburgh, en Pennsylvanie (États-Unis), PCC est spécialisé dans les procédés sur-mesure pour la chimie fine et les spécialités. La société est focalisée sur la « mise au point de procédés et leur transposition industrielle ainsi que la fourniture de produits chimiques à haute valeur ajoutée de niche pour les industries de la cosmétique, de l'aérospatial, de l'électronique ou des revêtements spéciaux », indique Minafin. Créé depuis une cinquantaine d'années, PCC, qui génère un chiffre d'affaires annuel d'environ 10 millions de dollars (7,7 M€) et qui recense 41 employés, possède un site unique à Pittsburgh abritant un laboratoire industriel et lui permettant de fabriquer des petites productions en plus de la mise au point de ses procédés. Son arrivée au sein du groupe Minafin, même si PCC conservera à la fois son nom et sa structure opérationnelle qui sera toutefois rattachée au pôle Technologies et arbres-produits du groupe français, lui permettra de mieux répondre à la demande lorsque ses procédés visent des productions à grands volumes. Minafin peut ainsi proposer un relais industriel dans ses usines de Memphis (États-Unis), de Leuna (Allemagne) et de Dunkerque (Nord).

L'intérêt de Minafin provient des procédés complexes de PCC, notamment dans le domaine des réactions sous haute pression, organométalliques ou de polymérisation. Selon Frédéric Gauchet, président de Minafin, cette acquisition va apporter au groupe « des savoir-faire dans la chimie haute-pression et la polymérisation qui devraient à terme permettre à nos filiales Minakem, Pennakem et Minasolve de développer des produits jusqu'à présent inaccessibles. En particulier, les savoir-faire de polymérisation peuvent conduire à développer des produits intéressants pour la cosmétique ou l'ophtalmologie. La haute pression ouvre la porte à une nouvelle génération de conservateurs "verts" pour la dermo-cosmétique par exemple ». De quoi permettre à Minafin d'agrandir ses horizons, notamment en dehors du domaine de la chimie pharmaceutique, sa filiale Minakem comptant aujourd'hui pour environ 70 % des 120 M€ de chiffre d'affaires annuel. Minafin, qui « entend devenir un spécialiste des chimies fines d'exception et occuper des positions leaders sur des savoir-faire de niche », juge aussi que « cette acquisition vient compléter la position de leader de Pennakem dans la chimie verte du furfural et le lancement de Minathiol pour la chimie fine des dérivés soufrés ». Un projet qui a été lancé en octobre avec Total à Lacq (Pyrénées-Atlantiques).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

« Sans masques ni barrières », le Village de la Chimie a été fidèle au rendez-vous, le 12 mars dernier, malgré la crise du Covid-19. À l’initiative de France Chimie[…]

26/03/2021 | ChimieEdito Hebdo
France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

Résultats : Bayer se maintient en 2020

Résultats : Bayer se maintient en 2020

Hydrogène : Air Liquide et Siemens créent un écosystème européen

Hydrogène : Air Liquide et Siemens créent un écosystème européen

Plus d'articles