Nous suivre Info chimie

MOL veut investir 2 Mrds $ en Europe

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le pétrochimiste hongrois a prévu un ambitieux plan de développement de ses capacités pétrochimiques en Europe centrale et de l'Est entre 2017 et 2021. MOL envisage d'injecter près de 2 Mrds $ pour accroître ses capacités de matières premières et surtout pour ses capacités de propylène et de polypropylène.

C'est un passage à l'offensive. Pour une présence largement accrue au sein de l'Europe centrale et de l'Est dans la pétrochimie. MOL Petrochemicals nourrit de grandes ambitions. Dans un document présenté le 7 novembre, le groupe hongrois se déclare prêt à investir près de 2 milliards de dollars (1,8 Mrd €) entre 2017 et 2021 pour ses capacités pétrochimiques. Ce qui est deux fois plus que ce qu'il engage habituellement sur un plan quinquennal, affirme-t-il. En tant que pétrochimiste intégré, MOL prévoit évidemment des investissements dans l'amont. Mais ils se limiteront à une fourchette de 80 à 130 millions de dollars pour les raffineries du groupe en Hongrie et en Slovaquie. Ils sont destinés à accroître la production de propylène et de lubrifiants. À un horizon plus lointain, soit 2030, MOL souhaiterait augmenter la part des productions de ses raffineries hors carburant de 30 % actuellement à plus de 50 % d'ici à 2030.
 

L'augmentation des capacités de propylène et de polypropylène (PP) est au coeur des préoccupations de MOL, qui parle d'une réelle transformation industrielle. Jusqu'à 1,9 Mrd $ sont prévus exclusivement pour la pétrochimie du groupe jusqu'en 2021. 500 M$ seront injectés sur les deux seuls complexes du groupe en Hongrie (Tiszaújváros) et en Slovaquie (filiale Slovnaft) pour augmenter les capacités de la chaîne propylène. Actuellement, MOL dispose de capacités de 334 000 t/an sur ses vapocraqueurs hongrois (et de 660 000 t/an d'éthylène). Ce complexe détient aussi des capacités de 280 000 t/an de PP. 255 000 t/an de capacités de PP sont, elles, localisées à Slovnaft. Le groupe souhaite aussi investir pour construire une usine de polyols à base d'oxyde de propylène, ciblant les applications dans l'automobile, l'emballage et la production de biens d'équipement. Avec ces projets, MOL entend grimper dans la hiérarchie européenne du propylène et du PP (voir graphique) et devenir « le seul fournisseur totalement intégré dans l'Europe centrale et de l'Est ».
 

L'an dernier, il a finalisé un investissement de près de 350 M$ pour moderniser totalement et augmenter ses capacités de polyéthylène basse densité (PEbd) sur son complexe slovaque (CPH n°730). L'unité de 220 000 t/an, en phase de démarrage, vient remplacer les trois anciennes unités de PE du site. Pour ce qui est du polyéthylène, le groupe dispose aussi de 65 000 t/an de capacités de PEbd et de 420 000 t/an de PE haute densité. À Tiszaújváros, MOL a par ailleurs construit une unité d'extraction de butadiène d'une capacité de 130 000 t/an, dans le cadre d'un investissement d'environ 150 M$. Unité qui a démarré fin 2015. Enfin, plus en aval, le groupe hongrois construit au sein du complexe hongrois et en coentreprise avec le Japonais JSR une unité de caoutchouc styrène-butadiène en solution (S-SBR) de 60 000 t/an (CPH n°656). MOL détient 49 % dans ce projet qui doit être mis en service fin 2017.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

  Le groupe coréen LG Chem a annoncé la signature d’un contrat conditionnel avec la société chinoise Ningbo Shanshan. Cet accord porte sur la vente d’une partie de l’activité de[…]

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Plus d'articles