Nous suivre Info chimie

Monsanto rejoint Bayer

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

L'offre aura donc été relevée une quatrième et ultime fois. À 128 dollars, contre l'offre initiale de 122 $ en mai. Monsanto aura réussi à faire monter les enchères de près de 4 milliards de dollars en quatre mois. Avec un potentiel de 66 Mrds $, soit près de 59 Mrds €, Bayer s'engage non seulement dans la plus grande transaction de son histoire mais dans la plus importante acquisition jamais entreprise par un acteur allemand. L'accord tant rêvé par le géant de Leverkusen a été officialisé le 14 septembre. Avec le groupe américain, Bayer va devenir le leader mondial de l'agrochimie, alliant ses fortes positions dans les phytosanitaires au leadership de Monsanto dans les semences.
 

« Le leader mondial de l'agrochimie »


Selon Liam Condon, patron de la division Bayer CropScience, « l'industrie agricole est au coeur d'un des plus grands challenges actuels : comment nourrir trois milliards d'individus supplémentaires sur la planète d'ici à 2050 d'une manière durable et environnementale. Les deux groupes partagent la conviction que ce challenge nécessite une approche nouvelle qui intègre plus systématiquement les expertises entre les semences, les caractères génétiques et les phytosanitaires, produits biologiques compris, avec un engagement profond dans l'innovation et des pratiques agricoles durables ». Pas sûr que cette profession de foi ne soit adoptée par tout le monde. Déjà, le long processus de rapprochement entre Bayer et Monsanto promet d'être mouvementé. D'ici à la fin 2017, échéance fixée pour la finalisation de l'opération, se dressent quelques périlleuses haies. Aux levées de bouclier qui ont parfois pu être observées en Allemagne ces derniers mois se succéderont sans doute des contestations ici et là, peut-être essentiellement en Europe. La mauvaise presse et réputation de Monsanto sur le Vieux continent risque fort d'écorner l'image de Bayer. Mais l'opinion publique ne devrait pas être un réel obstacle. Le projet de fusion va surtout devoir affronter le bien plus épineux problème des exigences des autorités de la concurrence. Lesquelles ont de quoi mettre de sérieux bâtons dans les roues du futur n°1 mondial de l'agrochimie. Reste encore à savoir ce que Bayer et Monsanto sont prêts à abandonner pour satisfaire aux règles de concurrence. Enfin, la politique pourrait aussi s'en mêler. Pourquoi pas du côté américain, où le contexte électoral apporte un peu plus de tension ? Les données ne sont pas les mêmes, mais Pfizer et Allergan se sont cassé les dents face au gouvernement et au Trésor américains en mai 2016 pour leur fusion de 160 Mrds $.
 

L'accord prévoit déjà une indemnité confortable pour Monsanto, qui toucherait 2 Mrds $ si le deal devait échouer. Le groupe américain devra également obtenir l'approbation de ses actionnaires, un détail auquel visiblement Bayer n'est pas soumis, selon la communication officielle. Ensemble, Monsanto et Bayer formeraient un géant au chiffre d'affaires d'environ 23 Mrds €, selon les données pro-forma 2015. Soit, d'après les projections de Bayer, loin devant le futur ChemChina-Syngenta (14,8 Mrds €), l'entité qui émanera de Dow-Dupont (14,6 Mrds €), ou encore BASF, 4e mondial qui serait relégué très loin (5,8 Mrds €). En terme de synergies, le projet évoque une contribution à l'Ebitda annuel d'environ 1,5 Mrd $ trois ans à l'issue des trois premières années de vie commune. Du côté de la R&D, le budget annuel serait de l'ordre de 2,5 Mrds €. Bayer n'a donné pour l'heure aucune indication sur l'avenir du nom Monsanto et de l'appellation de ses gammes existantes. Et s'est bien gardé d'affirmer quoi que ce soit sur l'emploi, estimant qu'il était trop tôt pour un tel état des lieux.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : SQM n’entrevoit pas de pénurie de lithium

Edito : SQM n’entrevoit pas de pénurie de lithium

  Il est bien loin le temps d’une économie à 100 % fossile, où le carbone avait le quasi-monopole. Dans notre monde qui se complexifie sans cesse, en particulier au plan de la technologie, d’autres[…]

13/09/2019 | LithiumChimie minérale
Edito : Le vapocraquage veut passer à l’électrique

Edito : Le vapocraquage veut passer à l’électrique

Edito : Pluie de milliards dans le royaume saoudien

Edito : Pluie de milliards dans le royaume saoudien

Edito : Omnova passe sous pavillon britannique

Edito : Omnova passe sous pavillon britannique

Plus d'articles