Nous suivre Info chimie

Nutrition animale : DSM et Evonik prévoient 200 M$ pour une usine américaine d'oméga-3

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Deux ans après l'amorçage d'une collaboration dans les acides gras oméga-3 à partir d'algues marines (CPH n°728), DSM et Evonik passent à la vitesse supérieure. Les chimistes néerlandais et allemand prévoient désormais de passer à l'échelle industrielle au sein d'une coentreprise baptisée Veramaris, et d'investir 200 millions de dollars pour construire une usine aux États-Unis. L'investissement sera pris en charge à part égale, Veramaris étant une coentreprise détenue à 50/50 entre les divisions DSM Nutritional Products et Evonik Nutrition et Care. L'usine sera construite sur un site américain d'Evonik, qui n'a pas encore été choisi. La mise en service est envisagée pour 2019. En attendant, les clients pourront être alimentés en petites quantités depuis des installations pilotes déjà en activité et basées sur le site américain de DSM à Kingstree, en Caroline du Sud.

Evonik et DSM assurent que, pour la première fois, la production d'acides gras oméga-3 pour la nutrition animale sera possible sans utiliser d'huile de poissons sauvages. Veramaris, dont le siège social sera implanté aux Pays-Bas, proposera une source alternative d'oméga-3 comme les acides eïcosapentaénoïques (EPA) et docosahexaénoïques (DHA). Le principal marché visé est la nutrition des saumons d'élevage, ainsi que la nutrition animale en général. Evonik et DSM indiquent que leur coentreprise devrait pouvoir répondre à hauteur de 15 % de la demande annuelle mondiale en EPA et DHA pour l'élevage de saumon en aquaculture. Selon les deux partenaires, la production mondiale d'huile de poissons atteint aujourd'hui environ 1 million de tonnes par an, dont la grande majorité est utilisée en aquaculture, principalement pour les poissons gras comme le saumon. Environ 75 % des volumes produits seraient actuellement utilisés par l'industrie.

L'alternative plus durable de Veramaris se base sur l'expertise de DSM dans la culture des organismes marins, comme les algues, et ses capacités opérationnelles et ses développements biotechnologiques. Evonik apporte de son côté ses compétences en matière de développement de procédés biotechnologiques industriels et de sites de grande taille pour la fermentation des acides aminés.

Au-delà de ce projet, DSM et Evonik entendent par ailleurs continuer leur collaboration dans le domaine des huiles à base d'algues pour identifier d'autres cibles et applications de nutrition animale, qu'il s'agisse d'espèces aquatiques ou terrestres.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Rétrospective 2019 : Les actualités qui ont marqué l'année

Rétrospective 2019 : Les actualités qui ont marqué l'année

Rien n’arrête la valse mondiale. Des opérations de grandes envergures se sont poursuivies en 2019 à l’international, sans qu’il y ait vraiment de méga-fusions. En France, des opérations de plus[…]

Intermédiaires : Indorama rachète la branche de Huntsman

Intermédiaires : Indorama rachète la branche de Huntsman

BASF commence les travaux sur son futur Verbund chinois

BASF commence les travaux sur son futur Verbund chinois

Evonik ferme temporairement son complexe d’Anvers

Evonik ferme temporairement son complexe d’Anvers

Plus d'articles