Nous suivre Info chimie

Olam s'engage dans un complexe au Gabon

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Une coentreprise dans l'huile de palme

En parallèle de l'accord dans les engrais, et Olam et le gouvernement gabonais se sont engagés dans une coentreprise 70/30 pour la plantation d'une palmeraie et la production d'huile de palme dans le pays d'ici à 2016. Ce qui devrait nécessiter un investissement de 236 millions de dollars. Parmi les divers débouchés étudiés pour ces futures productions, le biodiesel est d'ores et déjà un objectif de marché pour la coentreprise.

Le gaz naturel bon marché du Gabon attire les investisseurs étrangers. La multinationale Olam, basée à Singapour et spécialisée dans la production et la distribution de commodités agricoles, a ainsi décidé de se lancer dans la production d'engrais. Mi-novembre, elle a signé une lettre d'intention avec le gouvernement gabonais pour construire un complexe d'ammoniac et d'urée d'ici au premier semestre 2014. Les capacités envisagées sont de 2 200 tonnes par jour d'ammoniac et de 3 850 t/j d'urée. Ce projet sera mené en étroite collaboration avec le gouvernement local et piloté par la coentreprise Olam Fertiliser Gabon (OFG) qui sera détenue à 80 % par Olam. Le montant des investissements est évalué à 1,3 milliard de dollars (955 M€). Le complexe, dont les études de faisabilité vont être lancées, devrait être implanté sur la côte gabonaise près de futures infrastructures portuaires qui seront également gérées par OFG. Selon Olam, ce projet gabonais bénéficie d'une part de la compétitivité du prix du gaz naturel local et de sa proximité avec des marchés cruciaux pour les engrais comme l'Amérique du Nord, le Brésil ou l'Afrique de l'Ouest. Le gouvernement gabonais s'est par ailleurs engagé à sécuriser les approvisionnements du complexe à prix très compétitifs en gaz naturel pendant une période de 25 ans, à exempter les productions de taxe pendant une période de dix ans après le démarrage, et à allouer un terrain de 120 hectares nécessaire à l'implantation du site. Grâce à ces dispositions, Olam espère détenir l'un des complexes d'urée les plus rentables au monde, avec notamment un Ebitda compris entre 300 et 350 M$ par an et des marges d'Ebitda supérieures à 70 %. Le groupe, qui a publié un chiffre d'affaires de 10,4 Mrds $ pour son dernier exercice annuel clos en juin, estime que les engrais devraient compter pour 15 à 20 % de ses bénéfices nets d'ici à 2015. Le contrat prévoit que tant que la part d'Olam dans le capital se maintient au-dessus de 51 % dans le capital d'OFG, le groupe de Singapour sera l'unique acheteur des productions d'urée et d'ammoniac issues du complexe.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Hydrogène vert : Linde construit un électrolyseur PEM

Hydrogène vert : Linde construit un électrolyseur PEM

Le spécialiste allemand des gaz industriels Linde a annoncé la construction d’une usine d’électrolyseurs à membrane à échange de protons (PEM) sur le complexe chimique de Leuna (Allemagne).[…]

19/01/2021 | Gaz industrielsChimie
Les dix opérations les plus marquantes de l’année 2020

Exclusif

Les dix opérations les plus marquantes de l’année 2020

Hydrogène vert : BP et Ørsted s’associent

Hydrogène vert : BP et Ørsted s’associent

BASF augmente ses capacités d’esters synthétiques en Chine

BASF augmente ses capacités d’esters synthétiques en Chine

Plus d'articles