Nous suivre Info chimie

OLIVIER HOMOLLE, PRÉSIDENT DE BASF EN FRANCE «La chimie devra être toujours plus responsable, plus ouverte et plus unie.»

Aurélie Dureuil
OLIVIER HOMOLLE, PRÉSIDENT DE BASF EN FRANCE «La chimie devra être toujours plus responsable, plus ouverte et plus unie.»

© © BASF

L'Europe se désindustrialise lentement au profit des zones de croissance. Les grands industriels de la chimie y contribuent. Seules des activités très innovantes qui vont dans le sens du développement durable ont des chances de se maintenir.

« La chimie de demain sera toujours davantage synonyme d'innovation. C'est par l'innovation que nous trouverons les réponses aux grands défis de demain. C'est aussi par l'innovation que l'industrie chimique pourra garder son rang de leader dans un environnement concurrentiel fort. Et c'est par son innovation que la chimie pourra rester le socle d'une industrie européenne forte, toutes branches confondues. C'est une démarche qui suppose de rapprocher toujours plus la science, l'industrie et l'enseignement. Pour cela, l'industrie chimique française dispose de deux atouts essentiels : une main-d'œuvre très bien formée et une recherche excellente. La chimie de demain sera également toujours plus durable. Nous avons certes encore beaucoup de progrès à faire, mais le souhait que je formule chaque jour d'une chimie véritable moteur du développement durable dans ses trois composantes - l'environnement, l'économie et le social - deviendra réalité, je n'en doute pas. Il est important en effet d'assurer un équilibre parfait entre les trois piliers de la durabilité. Aujourd'hui déjà, nous voyons bien comment la chimie peut contribuer au respect de l'environnement, mais nous ne devons pas nous limiter à cet aspect. Pour moi enfin, la chimie devra être toujours plus responsable, plus ouverte et plus unie : il est indispensable que nous recherchions tous ensemble un dialogue beaucoup plus ouvert avec les différentes parties prenantes ; il ne s'agit pas seulement de changer l'image de la chimie. A cette fin, nous avons créé le Comité Ambition Chimie qui réunit sept entités ou institutions : l'UIC, la SCF, le CNRS, la FFC, la Maison de la chimie, l'Académie des sciences et la Fédération Gay Lussac. Ensemble, nous voulons travailler avec tous les représentants de la société pour que la chimie et la science en général y retrouvent leur place essentielle. Là encore, il s'agit d'un équilibre entre trois composantes : la science et l'industrie qui disent ce qui est possible ; le consommateur qui dit ce qu'il souhaite ; et la société qui dit ce qui est acceptable ou non. C'est seulement lorsque ces trois pôles travaillent ensemble que l'innovation est possible. Nous avons chacun de notre côté fait des progrès, mais il nous reste encore beaucoup de chemin à faire ensemble. C'est ce qui fait que notre métier de chimiste, au cœur de nombreuses problématiques de société comme à la base de pratiquement toutes les branches d'industrie, est à la fois passionnant et fascinant. »


Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Une première phase surestimée

Une première phase surestimée

Reach est bien entré dans sa phase opérationnelle mais beaucoup de questions et d'embûches demeurent. Au 30 novembre dernier, 4 300 premières substances étaient enregistrées ou en cours d'enregistrement, ce qui est moins qu'envisagé. Et les deux[…]

01/12/2010 | Reach
Lanxess cible les pays émergents

Lanxess cible les pays émergents

« Une occasion unique pour la France de faire parler de sa chimie »

« Une occasion unique pour la France de faire parler de sa chimie »

GILBERTE CHAMBAUD, DIRECTRICE DE L'INSTITUT DE CHIMIE DU CNRS « Pour améliorer la situation, nous nous efforçons de travailler au plus près avec les industriels.»

GILBERTE CHAMBAUD, DIRECTRICE DE L'INSTITUT DE CHIMIE DU CNRS « Pour améliorer la situation, nous nous efforçons de travailler au plus près avec les industriels.»

Plus d'articles