Nous suivre Info chimie

Panda Ethanol met en vente sa filiale placée sous le chapitre 11

Sujets relatifs :

,
Hereford Biofuels, filiale du producteur américain de bioéthanol Panda Ethanol, vient de se placer volontairement sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites.
Hereford Biofuels, filiale du producteur américain de bioéthanol Panda Ethanol, vient de se placer volontairement sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Simultanément, Panda Ethanol a décidé de mettre en vente l'actif principal de sa filiale, une usine de bioéthanol en construction à Hereford, au Texas. Le groupe serait d'ailleurs en discussion avec un « acheteur potentiel » et entend céder l'usine dans une période de « 60 à 90 jours ». Selon Panda Ethanol, les problèmes de sa filiale seraient liés directement à la construction de l'unité de production à Hereford, d'une capacité de 400 millions de litres par an, destinée à produire l'éthanol à partir de maïs en utilisant non pas du gaz naturel mais du fumier. Démarrée en septembre 2006, la construction aurait accusé plusieurs retards. Panda Ethanol incrimine notamment l'ingénieriste Lurgi pour des « erreurs de design sur certaines pompes et valves ». Le groupe accuse aussi l'un de ses multiples créditeurs de lui avoir refusé un virement de fond nécessaire à la finalisation de la construction, aujourd'hui repoussée au moins jusqu'au 28 février. La valeur de l'unité serait estimé entre 50 et 100 millions de dollars (37,7 et 75,5 M€), alors que Hereford Biofuels accuserait une dette estimée dans une fourchette large de 100 à 500 M$. Créée en 2006, Panda Ethanol est elle-même une filiale du groupe énergétique américain Panda Energy. En plus de l'usine d'Hereford, la société mène conjointement quatre autres projets de bioraffineries d'éthanol aux Etats-Unis, pour lesquels elle a reçu les permis de construire mais n'a pas encore démarré les constructions: à Yuma (Colorado), Haskell (Kansas), Muleshoe et Sherman (Texas). Toutes sont prévues pour détenir des capacités de plus de 400 Ml/an, et à l'exception de l'usine de Yuma, elles devraient êtres concues pour produire du bioéthanol à partir de maïs en utilisant du fumier. J.C.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Avec près de 3 000 entreprises et plus de 168 000 salariés en France, la chimie a pu quasiment stabiliser ses effectifs totaux (production, recherche et sièges sociaux) en 2020. Et ce, malgré la crise[…]

25/06/2021 | PanoramaFrance-Chimie
Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

Plus d'articles