Nous suivre Info chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,
[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

© Village de la Chimie

« Sans masques ni barrières », le Village de la Chimie a été fidèle au rendez-vous, le 12 mars dernier, malgré la crise du Covid-19. À l’initiative de France Chimie Île-de-France (IDF), sa 18e édition s’est finalement tenue en version digitale, grâce au développement d’une plateforme sur mesure. « Face à la pandémie, il était impossible d’assurer en présentiel le 18e Village de la Chimie. Pourtant, faire une année blanche ne nous paraissait pas envisageable », explique Gilles Le Maire, délégué général de France Chimie IDF. « La situation difficile des jeunes, les messages appuyés des enseignants, l’engagement depuis 17 ans de France Chimie IDF pour l’alternance, la volonté de la branche et du président Luc Benoît-Cattin de faire de l’alternance une priorité de notre organisation, les encouragements des administrateurs de France Chimie IDF nous ont conduits à étudier la faisabilité d’un Village 100 % virtuel », poursuit-il. Agnès Pannier-Runacher et Alain Griset, ministres délégués auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, se sont également exprimés dans Le Catalyseur, la revue de France Chimie IDF. « Le Village de la Chimie montre la voie à suivre, dans une logique d’inclusion professionnelle et d’égalité des chances que nous saluons », ont-ils cosigné.

Le pari de proposer cette version digitale a été osé, car la décision n’a pu être prise que fin décembre 2020, au regard de l’évolution de la pandémie. Et c’est la société Jasparo qui a été retenue pour développer une plateforme permettant une visite en 3D, inspirée de l’expérience du salon traditionnel. Espaces de conférences, espaces d’exposition avec accès aux stands des partenaires, traditionnel quizz, espace de manipulations…, tous les temps forts du Village étaient proposés aux internautes. Sans oublier un escape game offrant la possibilité de découvrir « The Gamemistry », un jeu développé par des jeunes chercheurs du Collège de France.

C’est ainsi qu’ont pu être mobilisés 104 acteurs dont 32 partenaires, 41 entreprises et 31 écoles et universités. Parmi les nouveaux acteurs, on peut citer la Fipec accompagnée d’entreprises des peintures, dont PPG, le CFA Leem qui a mobilisé plusieurs entreprises de la pharmacie. Et pour la première fois, d’autres régions françaises ont pu participer au travers des groupes Beckers ou Yves Rocher, d’écoles (Ensiacet) ou d’universités (Angers, Savoie Mont-Blanc, Claude Bernard). Selon Gilles Le Maire, grâce à la digitalisation, le salon a pu enregistrer une hausse de 18 % du nombre d’acteurs par rapport l’édition présentielle de 2020.

Et c’est le même constat, côté visitorat : près de 1 500 visiteurs individuels ont été dénombrés dont quelque 60 professeurs accompagnés de leurs classes. Ils étaient originaires de la France entière, grâce à la mobilisation de Cécile Bruyère, inspectrice générale de l’Éducation nationale, estime Gilles Le Maire. L’an passé, en présentiel, le salon avait reçu 30 classes. Et tout cela a pu être monitoré. « À l’intérieur du Village, on a enregistré un gros trafic : 88 clics en moyenne par stand et 8 509 clics sur l’espace exposition. Les posts publiés par France Chimie IDF, le 12 mars, sur Twitter et LinkedIn, ont été vus par plus de 23 000 internautes », ajoute le délégué général.

Malgré les délais très courts et le défi à relever, l’édition 2021 du Village de la Chimie a donc été un franc succès. Mais est-ce qu’un rendez-vous digital peut avoir autant d’impact qu’une rencontre physique pour transmettre aux jeunes les valeurs et l’enthousiasme de la grande famille de la Chimie ? Chacun aura sans doute sa petite idée.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Compostables biosourcés, des plastiques qui ont encore la cote

[Édito] : Compostables biosourcés, des plastiques qui ont encore la cote

En français, le préfixe « bio » prête à confusion. Il peut évoquer le contenu biosourcé d’un produit, sa fabrication à partir de matières premières[…]

[Édito] : Vers un rebond des M&A en 2021 ?

[Édito] : Vers un rebond des M&A en 2021 ?

[Édito] : Chimie, la mal-aimée de l’Europe

[Édito] : Chimie, la mal-aimée de l’Europe

[Édito] : Grandes manoeuvres dans la chimie/pharma

[Édito] : Grandes manoeuvres dans la chimie/pharma

Plus d'articles