Nous suivre Info chimie

Pas d'envolée du prix du pétrole attendue en 2019

S.L.

Sujets relatifs :

, ,
Pas d'envolée du prix du pétrole attendue en 2019

© Pixabay

À combien s'est finalement établi le baril de pétrole en 2018 ? En moyenne à 71 dollars le baril ($/b) a répondu Didier Houssin, président de l'Ifpen, à l'occasion d'une présentation à la presse du bilan et des perspectives du marché de l'énergie sur la période 2018/2019. Un niveau qu'il était bien difficile de prévoir en raison de la forte oscillation des prix, entre 50 $/b et 86 $/b tout au long de l'année.

À 71 $/b, le prix du pétrole est donc ressorti en hausse de 31 % par rapport à 2017. « Une surprise même si globalement la hausse du prix moyen était anticipée fin 2017 », a noté le dirigeant. Comparé aux prix enregistrés depuis le début de la décennie, ce prix 2018 s'établit à un niveau sensiblement supérieur aux prix moyens constatés de 2015 à 2017 (44 à 54 $/b), mais il reste largement inférieur aux 100-110 $/b atteints entre 2011 et 2014.

Si le pétrole a encore joué au yoyo l'an dernier, l'explication se trouve comme toujours dans les événements géopolitiques qui ont jalonné l'année et la santé de l'économie mondiale. « La volatilité observée en 2018 a résulté en grande partie des incertitudes portant sur l'offre et la croissance économique, mais aussi des sanctions américaines contre l'Iran. Annoncé initialement comme extrêmement dur, l'embargo a en fait été assoupli in extremis par le président américain face aux conséquences envisagées sur la hausse du prix des produits pétroliers », a résumé Didier Houssin. Dans ce contexte, l'exercice des pronostics pour 2019 reste périlleux. Didier Houssin évoque toutefois une fourchette entre 60 et 80 $/b pour le prix moyen du pétrole. Cette évaluation prend en compte divers scénarios envisageables concernant en particulier l'embargo sur l'Iran, la gestion de l'offre par l'Opep et le niveau de la production américaine ou la croissance économique mondiale.

Le gaz dans le sillage du pétrole

Autre information de nature à intéresser les industriels de la chimie : le prix du gaz, source d'énergie, mais aussi matière première pour ce secteur. L'année prochaine, le prix du gaz restera dans le sillage de celui du pétrole, même si « la formation du prix de marché du gaz en Europe n'est plus le seul résultat de formules établies à partir du prix des produits pétroliers », a estimé l'Ifpen. Dans ce cadre, le prix moyen du gaz en Europe en 2019 pourrait se situer à 7 $/MBtu* (21 €/MWh) pour un prix du pétrole à 60 $/b et à près de 9 $/MBtu (26 €/MWh) si le prix du pétrole atteint les 80 $/b. Par rapport au niveau moyen de 8 $/MBtu (23 €/MWh) enregistré en 2018, on pourrait donc assister à une baisse de 9 % ou au contraire à une hausse de 12 % du prix moyen. À titre de comparaison, le prix du gaz reste beaucoup plus faible aux États-Unis, stabilisé aux alentours de 3 $/MBtu. Ce niveau de prix, qui s'explique par l'offre abondante en gaz de schiste, a eu pour conséquence la décision d'investissements considérables dans la pétrochimie sur le territoire.

* British Thermal Unit

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

Cinq lauréats au palmarès 2019 des Prix Pierre Potier

La cérémonie de la 12e édition des Prix Pierre Potier s’est tenue le 29 mai au Ministère de l’économie et des finances, en présence de la secrétaire d’état Agnès[…]

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Le fluvial, un potentiel à exploiter sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

Plus d'articles