Nous suivre Info chimie

abonné

Exclusif

Pénurie historique de matières premières pour les producteurs de colles et d’adhésifs

Pénurie historique de matières premières pour les producteurs de colles et d’adhésifs

© Aficam

Maintenance des usines. Ralentissement de la production pétrolière. Problèmes logistiques. Le secteur des colles et adhésifs souffre d’une pénurie de matières premières multifactorielle qui booste l’innovation. Mais l’ampleur historique de la pénurie et les contraintes réglementaires de l’industrie chimique laissent les entreprises dans une impasse dont elles n’entrevoient pas encore la sortie. 

« Nous vivons actuellement une crise sans précédent », constate Jérôme des Buttes, président de l’Association française des industries des colles, adhésifs, mastics et mousses expansives (AFICAM). Depuis le dernier trimestre de l’année 2020, les industriels du secteur font face à des difficultés d’approvisionnement et une hausse des prix des matières premières historiques. « Pour la première fois, l’ampleur de la crise est telle que les entreprises ont du mal à absorber le choc », insiste le président de l’AFICAM. La pénurie actuelle est globale : l’industrie automobile manque de composants électroniques, l’industrie du bâtiment d’acier, l’industrie papetière de bois… Mais elle englobe néanmoins une diversité de problématiques propres à chaque industrie. « Dans la chimie, il y a des spécificités liées notamment à la technicité de nos produits qui sont souvent fabriqués à partir de dizaines de substances différentes », souligne Jérôme des Buttes. Au-delà des impacts de la pandémie de Covid-19, les industriels font actuellement face à une crise d’approvisionnement multifactorielle qui met en lumière certaines failles dans le fonctionnement de l’industrie chimique. Dès le début de l’année 2020, la baisse de l’activité économique dans les entreprises s’est traduite par une optimisation dans la gestion des stocks. « Nous achetons des matières périssables pour fabriquer des produits à durée de vie limitée dont nous devons garantir la stabilité et la qualité. Nous ne pouvons pas monter des stocks de matière première sans savoir si nous pourrons la transformer puis vendre le produit sur le marché », analyse Jérôme des Buttes.

Gérer les stocks pour pérenniser l’entreprise

La gestion des stocks était importante pour garantir la pérennité des entreprises. Mais quand l’activité économique a repris, fin 2020, les industriels ont fait face à une très forte demande et ils ont rapidement manqué de matières premières. Si la quasi-totalité de celles utilisées par l’industrie chimique sont en pénurie, il semblerait qu’elles ne le soient pas toutes pour les mêmes raisons. Les matières premières issues de la pétrochimie ont d’abord été impactées par de nombreux arrêts de maintenance simultanés sur les sites de production. Les industriels ont profité de la baisse d’activité mondiale engendrée notamment par les mesures sanitaires prises pour freiner la pandémie de Covid-19 pour enclencher ces procédures de maintenance. Avec de nombreuses usines à l’arrêt simultanément, la capacité mondiale de production a fortement diminué. A cela s’est ajouté un ralentissement de la production pétrolière consécutif à une chute de la demande de carburant. Fonctionnant au ralenti, les raffineries de pétrole ont produit moins de naphta indispensable à l’industrie chimique. Par ailleurs, des problèmes de logistique ont fortement impacté les approvisionnements de matières premières aussi bien d’origine pétrolière que naturelle. La diminution des flux commerciaux à travers le monde a fait chuter le nombre de transporteurs en activité. Leurs délais se sont allongés et leurs tarifs ont augmenté. Enfin, les entreprises doivent faire face à la hausse des prix de l’électricité. « En France, on produit l’électricité la moins chère d’Europe, mais son prix augmente car il est indexé sur le tarif du gaz sur le marché européen. C’est dommage car le prix de l’électricité pourrait compenser une partie des autres désagréments », regrette Jérôme des Buttes.

Une pénurie de transporteurs

Face à cette situation historique qui bouleverse l’organisation des entreprises, les industriels ont peu de solutions. Le secteur des colles et adhésifs est une industrie de formulation habituée à faire des substitutions de produits. « Il est rare que nous ayons un unique fournisseur pour une matière, c’est une mesure de sécurité d’approvisionnement. Pour chaque produit, nous avons des équivalents développés à partir de matières vendues par un ou deux autres fournisseurs. Mais actuellement, aucun de nos fournisseurs ne peut nous approvisionner en matière première », explique le président de l’AFICAM. Autre pratique habituelle : la reformulation de produits. L’industrie chimique est soumise aux règlements européens[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Pénurie de matières premières dans les colles et adhésifs : « Un impact direct sur l’organisation de nos entreprises »

Pénurie de matières premières dans les colles et adhésifs : « Un impact direct sur l’organisation de nos entreprises »

Stéphane Tavano, directeur général d’Uzin Utz France, explique comment la pénurie actuelle bouleverse l’organisation des entreprises.  « Notre département achat lutte quotidiennement[…]

18/10/2021 |
Pénurie de matières premières dans les colles et adhésifs : « La chimie en Europe est sous contrainte »

Pénurie de matières premières dans les colles et adhésifs : « La chimie en Europe est sous contrainte »

Adhésifs de performance : Arkema s’empare de l'activité d’Ashland pour 1,65 Mrd $

Adhésifs de performance : Arkema s’empare de l'activité d’Ashland pour 1,65 Mrd $

Matières premières : toujours d’importantes tensions pour les adhérents de l’Aficam

Matières premières : toujours d’importantes tensions pour les adhérents de l’Aficam

Plus d'articles