Nous suivre Info chimie

Petrobras sur tous les fronts

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le géant public brésilien ne s'active pas que sur ses réserves de pétrole découvertes au large de ses côtes ou sur ses multiples projets de raffineries. D'autres activités sont aussi en plein développement. Depuis le milieu de l'été, Petrobras met les touches finales à sa nouvelle force de frappe catégorie biocarburants avec la naissance officielle de sa filiale dédiée, Petrobras Biocombustivel, et la mise en service cette année de ses trois premiers sites de production à échelle industrielle de biodiesel. Le groupe a fait voyager Luiz Inacio Lula da Silva, le président brésilien. D'abord fin juillet à Candeias, dans l'État de Bahia, pour l'inauguration du premier complexe. Puis fin août, à Quixada, dans l'État du Cearà, au nord du pays, pour le lancement de la deuxième usine. Chacune aura une capacité annuelle de 57 millions de litres. Le troisième site, que Lula ne manquera pas d'inaugurer dans les semaines à venir, est situé au centre ouest du pays à Montes Claros, dans l'État de Minas Gerais. Au total, Petrobras a prévu une capacité totale annuelle de 170 millions de litres. La facture pour ses trois sites a atteint 295 millions de reals (123 M€). Ce qui est finalement bien peu au regard des 1,5 milliard de dollars (1,02 Mrd €) que le groupe a inscrit dans son plan d'investissements 2008-2012 rien que pour les biocarburants. Soit 1,5 % seulement des investissements prévus dans les quatre prochaines années pour l'ensemble des activités Petrobras. Cela devrait pourtant suffire au géant pour dominer son marché intérieur. Dès cette année, il a prévu de produire 39 % de la quantité de biodiesel issu du Brésil. À l'horizon 2012, il ambitionne une part de 75 %. Quant à sa production de bioéthanol, Petrobras projette une explosion de sa production de 500000 m3 cette année à 4,75 millions de m3 en 2012. Autre volet d'expansion: la pétrochimie. Une dizaine de complexes Petrobras se finalisent dans le pays. Certains projets seraient particulièrement attractifs puisque le groupe indien Reliance, selon la presse brésilienne, est entré en pourparlers avec Petrobras pour deux éventuelles coentreprises. D'abord pour une usine d'acide téréphtalique purifié (PTA) de 640000 t/a dans l'État de Pernambuco, au nord du pays, qui doit démarrer sa production l'an prochain. Ensuite dans le Comperj, le complexe pétrochimique en construction dans la banlieue de Rio de Janeiro. Prévu pour un démarrage en 2012, ce site aurait une capacité de 1,3 Mt/an d'éthylène. Depuis plusieurs années, le Brésilien s'est aussi employé à peaufiner sa croissance externe et à consolider le secteur pétrochimique national. Seul, ou au côté de son compatriote Braskem, comme pour l'acquisition d'Ipiranga (CPH n°376). Selon Chemical Week, les deux groupes projettent même une nouvelle collaboration, cette fois au Pérou. Alors que le gouvernement péruvien ne cesse de faire des appels du pied aux investissements étrangers pour l'exploitation de ses gigantesques ressources gazières (CPH n°432), Petrobras et Braskem auraient signé mi-août un contrat avec la firme nationale PetroPeru pour étudier la construction d'un complexe pétrochimique d'une capacité de 700000 t/an d'éthylène et de 1,2 million t/an de polyéthylène. En moins de deux ans, Petrobras a doublé son enveloppe d'investissements réservés à la pétrochimie. Une enveloppe qui affiche désormais un total de 4,3 Mrds $, soit 4 % du plan global 2008-2012.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Les prémices d’une réindustrialisation

[Édito] : Les prémices d’une réindustrialisation

Toute notre industrie était sous le feu des projecteurs avec la tenue à Lyon du salon Global Industrie, du 6 au 9 septembre 2021. Après l’annulation de l’édition 2020, pour cause de coronavirus, le salon[…]

14/09/2021 | France Relance
[Edito] Décarbonation : A chacun son chemin

[Edito] Décarbonation : A chacun son chemin

[Édito] : Solvay se redresse au 2e trimestre

[Édito] : Solvay se redresse au 2e trimestre

[Édito] : Ces chimistes appâtés par le marché pharma

[Édito] : Ces chimistes appâtés par le marché pharma

Plus d'articles