Nous suivre Info chimie

Pétrochimie/BP-Amoco dans le peloton de tête de la pétrochimie mondiale

Sujets relatifs :


Annoncée à la mi-août, la mega-fusion entre les groupes pétroliers BP (71,3 Mrds $ de CA en 1997) et Amoco (36,6 Mrds $) fait entrer un troisième membre dans le club des super-grands de l'industrie pétrolière au côtés de Shell (CA 97 : 128,2 Mrds $) et d' Exxon (CA 97 : 120,3 Mrds $). Un club très fermé : à l'exception de Mobil (CA 97 : 65,9 Mrds $), les six pétroliers suivants (Texaco, Elf, Chevron, ENI, Total, Atlantic Richfield) sont de deux à cinq fois plus petits que les trois leaders. Prenant le nom BP-Amoco, le nouveau groupe arrivera en deuxième position après Shell pour le montant de ses réserves d'hydrocarbures, il totalisera une capitalisation boursière de 110 Mrds $ et sa constitution se fera par échange d'actions BP nouvellement créées contre des titres Amoco (3,97 actions BP pour une action Amoco), soit une prime d'environ 20% qui valorise le groupe pétrolier américain à 48,2 Mrds $. Il s'agit de la plus grande fusion industrielle jamais réalisée devant celles de Daimler-Benz Chrysler (40,5 Mrds $) et d'AHP-Monsanto (35,6 Mrds $). Elle devrait relancer les mouvements de concentration dans une industrie pétrolière où régnait, jusqu'à présent, un calme plat contrastant singulièrement avec l'effervescence qui caractérise les industries chimique et pharmaceutique. On notera qu'il s'agit, en fait, d'une acquisition d'Amoco par BP et c'est Sir John Browne, le président de BP, qui prendra les rênes de l'ensemble. Il est probable que la complémentarité entre les chimies des deux groupes a joué en faveur de la fusion, d'autant que BP Chemicals et Amoco Chemicals avaient déjà tenté, il y a quelques années, un rapprochement qui n'avait pu être concrétisé. Présidé par Bryan Sanderson, chief executive de BP Chemicals, et dirigé depuis Chicago par Enrique Sosa, l'actuel patron de la chimie d'Amoco, le nouvel ensemble pétrochimique et chimique BP-Amoco, avec environ 11 Mrds $ de CA (12,8 Mrds $ avec les joint-ventures), soit en gros le double de celui de chacun des protagonistes, se situe d'emblée dans le peloton de tête de la pétrochimie mondiale aux côtés de Shell Chemicals (CA 97 : 14,8 Mrds $), Exxon Chemical (14 Mrds $, ventes au groupe incluses), BASF (12,8 Mrds $) et Dow (11,5 Mrds $). Difficiles à classer en raison des différences de leurs portefeuilles d'activités et du poids plus ou moins grand des activités aval et des joint-ventures, ces cinq groupes ont tous en commun une intégration poussée entre la pétrochimie de base (production d'oléfines et d'aromatiques) et les grands dérivés de première génération, monomères et grandes matières plastiques, ainsi qu'une volonté de leadership mondial à la fois technologique et industriel dans les secteurs considérés comme stratégiques. Leur implantation est également de plus en plus globale, avec une présence à la fois industrielle et commerciale sur tous les marchés importants en termes de volumes et de perspectives de croissance. Les activités de BP Chemicals et d'Amoco sont très complémentaires. Le groupe britannique se concentre sur trois familles de produits : l'acide acétique et ses dérivés de première génération (principalement l'acétate de vinyle) dont il est le co-leader mondial avec Celanese ; l'acrylonitrile (n°1 mondial) ; et le polyéthylène où BP n'est que neuvième mondial, mais avec une position technologique très forte grâce à son procédé Innovene haute productivité. Un domaine où, après l'échec de son rapprochement avec Hoechst, il est à la recherche de partenariats ou d'acquisitions pour renforcer ses positions. De plus, BP Chemicals fait partie des grands producteurs européens de styréniques et de polybutènes. Amoco apporte, de son côté, des positions de leader mondial dans le para-xylène et son dérivé l'acide téréphtalique purifié (PTA), matière première des résines PET dont le marché est en forte croissance, dans le meta-xylène et son dérivé l'acide isophtalique, dans le polybutène et les poly-alphaoléfines et leur matière première, les alphaoléfines (n°2 mondial). Dans les matières plastiques, Amoco est numéro deux mondial du polypropylène, avec un leadership sur les produits pour tapis. Un domaine où la fusion BP-Amoco débouche directement sur un conflit possible avec Elf Atochem, actionnaire à 51% d'Appryl. A ces grands produits il faut ajouter des activités dans les plastiques techniques où Amoco est numéro un mondial pour le NDC (diméthyl-2,6 naphtalène dicarboxylate), matière première des résines PET spéciales résistantes à la chaleur ainsi que dans les polysulfones (marque Udel). Amoco est également un important producteur de polyesters insaturés et de résines pour peintures et revêtements. Enfin, malgré la faiblesse actuelle des prix du PET, l'ensemble BP-Amoco reste l'un des pétroliers chimistes les plus rentables, se classant devant Shell, en deuxième position derrière Exxon. n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Quelques 420 millions de dollars, c'est le montant que va verser le Thaïlandais Indorama Ventures pour l'acquisition de deux unités de production de polyéthylène téréphtalate et des résines PET associées auprès d'Invista. L'une est située à[…]

01/12/2010 | Pétrochimie
Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Plus d'articles