Nous suivre Info chimie

Pétrochimie/Les effets des hausses de prix ne se font pas encore sentir

Sujets relatifs :


Les marges de la pétrochimie se sont réduites par rapport à l'année dernière, car le coût des matières premières a augmenté plus vite que les prix des produits. Cependant, plusieurs signes indiquent que l'augmentation des prix des produits chimiques va continuer, et avec elle la récupération des marges. Mais ces augmentations ne se font pas encore sentir dans les résultats du troisième trimestre. Les pétrochimistes connaissent au mieux une stagnation de leurs bénéfices, lorsqu'ils ont pu compenser l'érosion des marges par la hausse de la production (Shell, Exxon). D'autres enregistrent une diminution de leurs bénéfices (BP Amoco, Borealis). Les bénéfices de la chimie de Royal Dutch Shell au troisième trimestre se sont élevés à 163 M$, contre 27 M$ au troisième trimestre 1998 (+500 %). Les bénéfices 1998 avaient en effet été affectés par des éléments exceptionnels. Sur les neuf premiers mois, les bénéfices ont augmenté de 3 %, à 506 M$ Les ventes ont progressé de 5 % malgré le transfert de l'activité additifs dans le joint-venture Infineum et la cession d'autres activités. Cette hausse du chiffre d'affaires reflète l'augmentation de la demande et la meilleure utilisation des capacités. Les marges ont chuté de 13 %, et cette chute est particulièrement sensible dans les produits les plus aval. Ce trimestre, les bénéfices net de la chimie d'Exxon ont légèrement progressé de 1 % par rapport au troisième trimestre 1998, à 303 M$. Le chiffre d'affaires de ce secteur a augmenté de 8 %, à 3,1 Mrds $. " Les volumes record de ventes et des dépenses opérationnelles en baisse ont compensé l'impact des coûts plus élevés des matières premières qui ont réduit les marges ", observe Exxon. Les ventes de produits chimiques de base ont atteint un volume de 4,7 Mt, en hausse de 6 % par rapport à la même période l'année dernière. Si BP Amoco a enregistré un bénéfice record ce trimestre dans son activité pétrole, il n'en est pas de même pour sa chimie, qui a connu une chute de son bénéfice opérationnel de 46 %, à 193 M$, après des charges exceptionnelles de 50 M$ pour les coûts d'intégration. Ce résultat est dû à la conjoncture générale, mais aussi à des fermetures d'unités, juste compensées par des capacités supplémentaires. La production chimique a été similaire à celle du deuxième trimestre 1999, à 5,5 Mt, et légèrement supérieure à celle du troisième trimestre 1998 (5,2 Mt). Quant à Borealis, il a enregistré un bénéfice opérationnel de 63 M d'euros (66 M$), en légère baisse de 2 % par rapport au premier trimestre 1998. Le chiffre d'affaires a chuté de 33 %, à 712 M d'euros (747 M$). Cependant, les chiffres 1999 ne sont pas directement comparables aux chiffres 1998, à cause de l'acquisition de PCD en 1998. Le volume des ventes de polyoléfines a augmenté de 8 % au troisième trimestre, comparé à la moyenne des trois premiers mois 1998. Malgré ces résultats en demi-teinte, la plupart des pétrochimistes restent optimistes, prévoyant un retour des marges lorsque les hausses de prix auront suivi l'augmentation du coût des matières premières. D'autre part, la reprise de la consommation en Asie-Pacifique est également un bon signe pour l'industrie pétrochimique.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

En fusionnant leurs activités dans le domaine des styréniques, BASF et Ineos font émerger le nouveau numéro 1 mondial. Il évoluera sous le nom de Styrolution.On ne voit pas tous les jours émerger un « player » de plus de 5 milliards d'euros de[…]

01/12/2010 | Pétrochimie
Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Plus d'articles