Nous suivre Info chimie

Phytopharmaceutiques: baisse des ventes sur un an via Ecophyto

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Le comité d'orientation stratégique et de suivi du plan Ecophyto, lancé en 2008, a présenté le 30 janvier les derniers développements de ce programme. Il en ressort que, selon l'indicateur de suivi privilégié, en l'occurrence le nombre de doses unités (Nodu), les ventes de produits phytopharmaceutiques ont fléchi de 2,7 % en France entre 2014 et 2015. Toutefois, elles ont augmenté de 4,2 % en valeur moyenne triennale, entre les périodes 2012-2014 et 2013-2015. Dans le cadre du plan, 2 000 fermes estampillées « Dephy », soit des exploitations agricoles engagées dans une démarche volontaire de réduction de l'usage de pesticides, ont atteint une baisse moyenne de leur indice de fréquence de traitement de 18 % par rapport à la moyenne des années 2013 à 2015. Et ce, sans diminuer ni leur productivité ni leur marge. Selon le ministère de l'Agriculture, le réseau Dephy recensait 3 000 fermes en 2016. Le rapport note encore que 575 000 professionnels détiennent le certificat Certiphyto, réservé aux utilisateurs de produits phytopharmaceutiques, dont 375 000 agriculteurs et salariés agricoles. Du côté du financement, le plan Ecophyto est soutenu à hauteur de 41 millions d'euros par an au niveau national, et dispose d'un financement complémentaire de 30 M€ en région depuis 2016 pour un meilleur accompagnement des agriculteurs et des investissements en exploitation. Les objectifs sont une réduction de 25 % le recours aux produits phytopharmaceutiques à l'horizon 2020, puis de 25 % à l'horizon 2025.

L'Union des industries de la protection des plantes (UIPP) a plutôt salué ce bilan tout en émettant quelques remarques. L'organisme reste convaincu que « la réduction des impacts environnementaux et sanitaires des produits doit constituer l'indicateur de suivi prioritaire », et qu'il faut « compléter le plan Ecophyto par des indicateurs qualitatifs plus larges et significatifs que le Nodu, basés sur le contexte de pression sanitaire des récoltes ». L'UIPP estime aussi que la tenue d'un seul comité national d'orientation et de suivi par an n'est pas suffisante pour mettre en oeuvre Ecophyto ni pour mesurer son efficacité. L'UIPP appelle ainsi « le ministère à définir un nouveau mode de gouvernance pour associer toutes les parties prenantes dans des discussions plus régulières et plus transversales. Cela permettrait à l'UIPP de participer au déploiement régional du plan ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Covid-19 : La filière cosmétique résiliente face à la crise

Covid-19 : La filière cosmétique résiliente face à la crise

L’association professionnelle représentative de la filière cosmétique en France Cosmed a réalisé une enquête nationale auprès de ses adhérents concernant l’impact de la crise de[…]

30/09/2020 | PanoramaCoronavirus
Gaz à effet de serre : La Commission européenne veut réduire ses émissions de 55 %

Gaz à effet de serre : La Commission européenne veut réduire ses émissions de 55 %

Euro Chlor lance son plan pour 2050

Euro Chlor lance son plan pour 2050

Glyphosate : Bayer fait appel du verdict concernant le RoundUp

Glyphosate : Bayer fait appel du verdict concernant le RoundUp

Plus d'articles