Nous suivre Info chimie

PIGM'Azur fabrique des pigments écologiques et ultra-résistants

Dinhill On

Sujets relatifs :

, ,
PIGM'Azur fabrique des pigments écologiques et ultra-résistants

La start-up niçoise a mis au point une large palette couleurs de pigments naturels de haute stabilité et respectueux de l'environnement. Une découverte qui lui ouvre des perspectives dans le domaine des peintures et de la cosmétique.

Et si la véritable alternative écologique aux pigments synthétiques nous provenait des Mayas ? C'est en tout cas ce que croit la jeune société innovante PIGM'Azur créée en 2013. La start-up basée à l'université de Nice Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes) est parvenue à fabriquer des pigments naturels, recyclables, non toxiques et très résistants aux conditions extérieures. « L'histoire de PIGM'Azur commence en 2007 avec des travaux de thèse menés conjointement par l'université de Nice, celle de Mexico et MinesParis Tech. Ils cherchaient à redécouvrir la méthode de fabrication des pigments bleus mayas, réputés pour leur haute résistance », raconte Nicolas Volle, président de PIGM'Azur.

Les travaux ont ainsi permis de déterminer qu'il était possible de reproduire et élargir la gamme de couleur des pigments mayas en combinant une argile (sépiolite) et des colorants naturels issus de plantes. En outre, cette thèse a permis de mettre au point un procédé éco-compatible de production. Il consiste d'abord en une étape de mélange entre l'argile et les colorants. Le mélange obtenu est alors soumis à une étape de traitement thermique. « Les molécules organiques ainsi protégées peuvent être d'origine 100 % naturelle ou de synthèse selon les besoins de l'application visée », indique Nicolas Volle. La méthode de fabrication mise au point, Nicolas Volle a étudié au cours de sa thèse « l'applicabilité industrielle » de ces substances colorées, en particulier dans le secteur de la plasturgie et des peintures. « C'est alors qu'avec quatre chercheurs (Sonia Ovarlez, Anne-Marie Chaze, Françoise Giulieri et Alain Burr), nous avons décidé de fonder la société PIGM'Azur en 2013 dans le but d'exploiter le fruit de ces recherches », se souvient Nicolas Volle.
 

La structure particulière des pigments commercialisés par PIGM'Azur offre différents avantages. Elle procure en particulier une meilleure résistance à l'environnement extérieur par rapport à d'autres pigments naturels : lumière du soleil, milieux acido-basiques, etc. « Outre cette stabilité, il s'agit de pigments pouvant être dispersés aussi bien dans milieux organiques ou aqueux », indique le président de la société. Avant d'ajouter : « Ces pigments sont également respectueux de l'environnement et de la santé : ils ne nécessitent aucun solvant pour leur fabrication et sont recyclables ». De plus, les pigments de Pigm'Azur couvrent une large palette de couleurs : jaune, vert rouge, bleu violet, etc. « Les matières premières végétales que nous utilisons sont un secret de fabrication de l'entreprise. Néanmoins, nous pouvons indiquer que la molécule d'indigo permettant de faire du bleu turquoise est issue de feuilles d'indigotier (Indigofera suffruticosa) », précise Nicolas Volle. Actuellement, PIGM'Azur propose deux gammes de pigments naturels : l'une à destination du secteur de la cosmétique et une autre destinée aux peintures pour l'industrie. « Nous prévoyons de lancer prochainement une gamme de pigments naturels pour les applications des peintures d'art décoratif et une gamme de pigments ultra-résistants pour les matériaux de construction de type bétons et chaux », précise Nicolas Volle. Autour de cette synergie d'actifs, l'ensemble du coeur de métier technologique est concentrée dans un bureau d'études couplé à un département de R&D. PIGM'Azur offre ainsi un savoir-faire clef en main, depuis la demande client jusqu'au produit final coloré.

 

Une stratégie de croissance ambitieuse

 

Dans les années à venir, l'entreprise PIGM'Azur se montre ambitieuse en termes de perspectives de croissance. « L'objectif d'ici à trois ans est de devenir le leader français et européen des pigments naturels. À l'horizon 2018, nous avons prévu de générer un chiffre d'affaires d'environ 5 millions d'euros et de disposer d'une production de plus de 500 tonnes par an », détaille Nicolas Volle. Avant d'ajouter : « Nos seuls véritables concurrents sur le marché pourraient être les fabricants d'ocres. Mais les ocres ne couvrent pas l'ensemble de la palette de couleurs contrairement à nos pigments naturels ». Pour parvenir à son but, la start-up va investir dans son outil de production, et a prévu de lever des fonds en 2015 afin de porter sa capacité de production à 60 tonnes par an. En outre, ces fonds serviront au recrutement de trois salariés supplémentaires : un ingénieur de recherche, un opérateur de production et un commercial. Les pigments naturels commercialisés par PIGM'Azur sont destinés dans un premier temps aux clients du marché européen. À moyen et long termes, la société envisage se développer vers des marchés internationaux. « Si notre plan de croissance avance comme prévu, nous envisagerons alors peut-être d'exporter nos produits en Asie, en Amérique du Nord ou du Sud. », explique Nicolas Volle.

PIGM'Azur en bref

Création en 2013 Effectif : 2 salariés + 3 recrutements à venir en 2015 Capacités actuelles de production : 60 tonnes par an Chiffre d'affaires envisagé d'ici à 2018 : 5 M€ Capacités de production en 2018 : > 500 tonnes par an Partenaires : Laboratoire de Physique de la Matière Condensée (LPMC) de l'Université Nice Sophia Antipolis, Centre de Mise en Forme des Matériaux (Cemef) des Mines Paris Tech, Incubateur Paca-Est, Bpifrance

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Metron contribue à « l'intelligence énergétique » des industriels

Metron contribue à « l'intelligence énergétique » des industriels

L'entreprise technologique Metron a développé une solution d'intelligence artificielle au service de la performance énergétique. Elle permet à l'industriel de s'inscrire dans l'usine 4.0[…]

25/02/2019 | Génie des procédésZoom
Les coraux digèrent mal l'octocrylène

Les coraux digèrent mal l'octocrylène

Axelera en route pour la phase IV

Axelera en route pour la phase IV

Les micro-organismes d'Agrauxine améliorent la santé des plantes

Les micro-organismes d'Agrauxine améliorent la santé des plantes

Plus d'articles