Nous suivre Info chimie

POLLUTEC 2010 Industrie et recherche relèvent les défis environnementaux

Jacques Haas
POLLUTEC 2010 Industrie et recherche relèvent les défis environnementaux

Pollutec Lyon affiche une présence internationale en hausse de 10 % par rapport à 2008.

© © Pollutec Lyon

Avec une offre internationale renforcée, le salon lyonnais des équipements, des technologies et des services de l'environnement attend 75 000 visiteurs. Un pôle consacré à la recherche, à l'innovation et au financement fait son apparition.

A Pollutec Lyon, « les industries comme les collectivités locales feront leur marché en équipements, technologies et services » dans les domaines du recyclage, du traitement des déchets, de l'eau, de l'air, des sites et sols pollués, des risques et du management environnemental, de l'énergie. Sylvie Fourn, la directrice de la division Industrie et Environnement de Reed Expositions, la société qui organise le salon Pollutec, attend cette année près de 75 000 visiteurs du 30 novembre au 3 décembre au parc des expositions Eurexpo. L'offre environnementale y sera présentée sur 2 400 stands tenus par 47 pays.

Cette année, deux secteurs concentrent à eux seuls presque les deux tiers des exposants : le pôle eau/eaux usées, ainsi que le secteur déchets/recyclage/nettoyage.

Le secteur consacré à l'eau et aux eaux usées proposera notamment l'espace « pompes, robinetterie, compteurs », où seront exposés les équipements fluidiques et les technologies dédiées aux process industriels. Les acteurs de la gestion et de l'exploitation seront présents dans l'espace « traitement et gestion eau et eaux usées et réutilisation ».

Dans le secteur déchets/recyclage/nettoyage, un gros plan sera fait sur le recyclage des VHU (véhicules hors d'usage). L'accent sera également mis sur la filière bois avec la présence des professionnels de la collecte et du broyage (déchets verts et bois). Dans le domaine de la valorisation énergétique des déchets, les avancées concernant le biogaz et les combustibles de substitution seront présentées.

Cette année, un nouvel espace sera consacré à la recherche, aux innovations et à leur financement. « Le but de cet espace est de donner plus de visibilité à l'innovation technologique », explique Sylvie Fourn. Ce sont 17 pôles de compétitivité et 11 clusters qui seront présents, ainsi que des laboratoires et des organismes de financement publiques et privés. L'espace, pour la première fois, organisera aussi des rencontres entre des start-up spécialisées dans les cleantech ou les biotechnologies et des capital-risqueurs.

L'organisation du salon même adopte aussi des solutions environnementales. La moquette des installations sera recyclée en billes pour l'industrie automobile et les exposants peuvent opter pour des stands écoconçus. Pour la première fois, les organisateurs présenteront le bilan carbone du salon et les visiteurs pourront évaluer l'empreinte carbone liée à leur venue. La collecte généralisée des déchets papier fera l'objet d'une animation pour le Téléthon et d'un don de 25 000 euros.

En 2010, l'offre internationale affiche une augmentation de 10 % par rapport à la précédente édition lyonnaise. « Le marché français est particulièrement intéressant pour les États-Unis et le Japon comme pour l'Europe. Notre pays possède des géants de l'environnement comme Veolia ou Suez qui attire les clients étrangers », analyse Sylvie Fourn. La progression internationale s'explique aussi par la notoriété grandissante du salon. « Nous consacrons nos focus techniques à des pays en mouvement, comme les États-Unis cette année. La Chine fera l'objet du focus technique de l'année prochaine, lors de l'édition parisienne, plus axée sur les nouveaux marchés, et qui alterne avec celle de Lyon » dévoile Sylvie Fourn.

Les Américains se tournent vers le durable

Les États-Unis entendent développer une économie des énergies propres, capable d'attirer les investisseurs et de créer des emplois. « C'est un pays qui possède une politique forte de préparation aux changements environnementaux. Autres atouts : ses plans de recherche et son dispositif de respect des lois », détaille Sylvie Fourn.

Le pays mis à l'honneur, lors de cette édition, est le Chili. Un pays d'autant plus préparé au changement climatique qu'il se fait déjà sentir dans certaines régions, avec la fonte des glaces dans les Andes, par exemple. « Le Chili possède déjà des lois complètes sur l'environnement, accompagnées d'un programme d'investissements lourds, analyse Sylvie Fourn. Le pays dispose de réserves de devises et d'une stabilité politique et économique bien gérée ». Une délégation de la ministre chilienne de l'environnement Maria Ignacia Benitez accompagnera 15 maires et 40 entreprises sur le salon.

Sylvie Fourn ajoute qu'avec les législations européennes qui évoluent en permanence, le rôle de Pollutec comme mode d'emploi pratique de ces changements est renforcé.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Nolwenn Coppalle, chargée de mission RSE chez Sederma et Crodarom

entretien

Nolwenn Coppalle, chargée de mission RSE chez Sederma et Crodarom

« Sederma et Crodarom ont une vraie volonté d'intégrer les jeunes » Vous avez été recrutée après deux ans d'alternance. Quel a été votre parcours ? Diplômée[…]

Témoignage de Jean-Claude Rehs, responsable des ressources humaines du Osiris GIE Osiris

Témoignage de Jean-Claude Rehs, responsable des ressources humaines du Osiris GIE Osiris

 Témoignage d'Antoine Pams, directeur du site Solvay de Lyon Étoile Part-Dieu

Témoignage d'Antoine Pams, directeur du site Solvay de Lyon Étoile Part-Dieu

Témoignage de Clémence Riotte, manager associée Talent Supply & Learning & Development du site Procter&Gamble de Blois

Témoignage de Clémence Riotte, manager associée Talent Supply & Learning & Development du site Procter&Gamble de Blois

Plus d'articles