Nous suivre Info chimie

Polymères : Bayer envisage la vente de ses élastomères pour pneus et de ses ABS

Sujets relatifs :

Bayer envisage une vente partielle de sa division Polymères, selon le Financial Times Deutschland (FTD) qui s'appuie sur un document interne de l'entreprise. Bayer songe ainsi à se séparer ou à créer une société commune pour deux de ses activités déficitaires regroupées dans la division polymères : le caoutchouc pour les pneus et l'ABS, indique le quotidien. Le groupe souhaiterait ainsi améliorer ses résultats financiers, selon des sources proches de la société. Une décision définitive pourrait être prise lors d'une réunion du directoire prévue pour le 7 novembre.
Ces deux activités représentent environ un cinquième du chiffre d'affaires annuel de la division polymères, soit environ 2 milliards d'euros. L'activité polymères, la plus importante des quatre divisions du groupe, a généré l'an dernier un chiffre d'affaires de 10,8 milliards d'euros. Les élastomères représentent un chiffre d'affaires global de 1,4 milliard d'euros, dont environ 800 millions d'euros dans les élastomères butadiène (BR) et styrène-butadiène (SBR), essentiellement destinés à la fabrication de pneus, le reste du chiffre d'affaires étant essentiellement réalisé dans des élastomères spéciaux, qui ne seraient pas concernés par une éventuelle cession. Les résines ABS (acrylonitrile-butadiène-styrène) représentent un chiffre d'affaires d'un peu plus de 1 milliard d'euros. Bayer s'est refusé à commenter les informations du FTD, indiquant que le groupe « examinait les options possibles pour certains segments de produits bien définis, y compris des coopérations avec des partenaires extérieurs ». Selon des sources internes au groupe, citées par le FTD « une décision formelle n'est pas encore tombée. La direction cherche néanmoins une solution hors du groupe », y compris une cession ou un management-buy-out (reprise de l'activité par les cadres, associés à des investisseurs). Concernant l'activité élastomères BR et SBR, Bayer détient une part de marché importante (environ 8 %) et est en concurrence essentiellement avec Dow Chemical et Goodyear. Ce marché est devenu difficile en raison de la concentration des producteurs de butadiène en amont, et des producteurs de pneus, en aval. La France est devenue depuis quelques années le principal pays producteur d'élastomères pour Bayer, avec une capacité globale de production de 240 000 t/an, soit 25 % de la production du groupe. A Port-Jerôme (Normandie), des investissements (50 millions d'euros) lancés à la fin des années 90 et qui ont abouti en 2001, ont permis à ce site de devenir le plus grand centre européen de production de BR et de SBR avec une capacité de 120 000 t/an. Ce site serait entièrement touché par une opération de désinvestissement, si celle-ci se confirme. Par ailleurs, Bayer a investi sur son site alsacien de la Wantzenau, un des plus importants sites d'élastomères au monde (entre 150 000 et 190 000 t/an). Ce site a été spécialisé dans les élastomères nitriles (NBR) qui ne seraient pas concernés par les projets de cession de Bayer, mais produit également des élastomères SBR en émulsions, une gamme qui pourrait être abandonnée par Bayer. Dans les ABS, Bayer ne compte aucun site de production en France. Bayer avait lancé en 2002 un plan de restructuration de ses activités ABS aux Etats-Unis. Bayer a ainsi réduit ses effectifs de 200 personnes, soit plus de 10 % de l'effectif global de ses activités nord-américaines dans les résines ABS, fermé les unités des sites de Muscatine dans l'Indiana et La Salle dans l'Illinois et, parallèlement, investi afin de moderniser et d'augmenter la production du site d'Addyston dans l'Ohio. Une restructuration motivée par des prix de l'ABS en chute, des surcapacités et une croissance très faible du marché américain. Dans ce secteur, Bayer se positionne en troisième position mondiale, avec une capacité de production d'environ 650 000 t/an, derrière le taïwanais ChiMei (capacité d'environ 1 Mt/an) et GE Plastics (570 000). Bayer dispose d'une capacité de production d'ABS de 250 000 t/an en Allemagne, de 320 000 t/an aux Etats-Unis, de 60 000 t/an en Espagne et de 25 000 t/an au Mexique. Le groupe allemand a par ailleurs lancé la construction d'une unité d'une capacité de 200 000 t/an d'ABS à Caojing (Chine). Une fois cette unité mise en service, Bayer devrait disposer d'une capacité d'ABS de plus de 800 000 t/an. La principale concurrence sur ce marché provient d'Asie, avec la présence de ChiMei et du groupe coréen LG Chemical, en croissance rapide sur ce marché. Ce groupe a annoncé qu'il pourrait porter ses capacités d'ABS à 1 million de tonnes par an en 2005. *

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

En fusionnant leurs activités dans le domaine des styréniques, BASF et Ineos font émerger le nouveau numéro 1 mondial. Il évoluera sous le nom de Styrolution.On ne voit pas tous les jours émerger un « player » de plus de 5 milliards d'euros de[…]

01/12/2010 | Pétrochimie
Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Plus d'articles