Nous suivre Info chimie

PolymerExpert se tourne vers la cosmétique

Par Alexane Roupioz

Sujets relatifs :

, ,

L'entreprise girondine développe des polymères aux propriétés diverses pour attirer des clients issus de différents secteurs. Après la création de sa filiale Innolens consacrée aux dispositifs médicaux, PolymerExpert augmente ses capacités de production pour répondre à la demande d'un nouveau marché, celui de la cosmétique.

Quelques années après sa thèse en chimie des polymères, Marc Dolatkhani a réintégré, en 1997, les murs de l'École de chimie de Bordeaux (Gironde) pour y créer un centre de transfert technologique dans le domaine des polymères. « Trois ans plus tard, nous avons eu besoin de faire de la production pour notre client, un fabricant d'implants oculaires à la recherche de nouvelles matières premières », se rappelle le p-dg fondateur de PolymerExpert. À sa création en 2000, la société implantée à Pessac (Gironde) conserve l'activité de services R&D dans le domaine médical du centre de transfert technologique. Et elle développe aussi sa propre R&D en interne. En dix-sept ans, elle a déjà déposé 59 brevets dont 90 % dans le domaine médical qui représente aujourd'hui 70 % du chiffre d'affaires de l'entreprise. Nul doute que PolymerExpert est devenu un acteur clé dans le secteur des dispositifs médicaux. « Nous développons de nombreuses technologies, notamment dans le domaine de l'ophtalmologie, mais certaines n'arrivent jamais sur les marchés car les entreprises ne prennent pas toujours le risque de l'innovation », constate cependant Marc Dolatkhani. Pour combler ce manque, PolymerExpert a investi 5 millions d'euros dans la création de sa filiale Innolens dédiée à la conception et à la commercialisation de dispositifs médicaux pour la chirurgie de l'oeil. L'entreprise entend accélérer la mise sur le marché de ses technologies pour répondre à la progression du marché des implants oculaires. Parallèlement à cette activité historique dans le secteur du médical, l'entreprise girondine a toujours adopté une stratégie destinée à la diversification de son activité dans des secteurs à haute valeur ajoutée avec en ligne de mire : la cosmétique et l'industrie.

ExpertGel, polymère thermogélifiant

Auto-réparant, à mémoire de forme, thermogélifiant, photochromique... Le catalogue de produits de l'entreprise regroupe des polymères avec de nombreuses propriétés susceptibles d'attirer des clients issus de différents secteurs. « Nous avons réfléchi et développé toutes nos technologies pour qu'elles puissent être utilisées dans des secteurs qui investissent dans l'innovation », confie Marc Dolatkhani. Ainsi, sur l'ensemble des brevets de PolymerExpert, 59 % sont des licences de technologies et 27 % des brevets d'application. Dans le portefeuille technologique de l'entreprise, il y a, par exemple, un polymère thermogélifiant capable de changer d'état en fonction de la température : l'ExpertGel. Développé à l'origine pour le secteur médical, ce produit est utilisé dans la formulation de collyres. « Liquide à température ambiante, la goutte de collyre déposée se gélifie au contact de l'oeil, ce qui évite qu'elle coule », détaille Marc Dolatkhani. Les propriétés de l'ExpertGel ont permis à PolymerExpert de développer d'autres applications pour ce produit, notamment dans la cosmétique où il peut être utilisé dans les produits en spray à appliquer sur la peau, comme les crèmes solaires. Avec ses technologies, l'entreprise girondine espère, depuis plusieurs années, pouvoir s'imposer sur le marché international de la cosmétique comme elle l'a fait dans le médical. Alors pour pénétrer ce nouveau marché, elle a adopté une stratégie en trois étapes. Dans un premier temps, l'entreprise a signé, en 2011, un accord de distribution couvrant le Japon, la Chine, la Corée du sud, les États-Unis et l'Europe avec DKSH, un groupe qui propose des services d'aide à l'expansion de marchés. Puis en 2016, la société girondine a investi dans un laboratoire interne en formulation cosmétique. « Nous nous sommes rendu compte que certaines PME n'ont pas le savoir-faire nécessaire pour formuler nos polymères, alors nous avons créé notre propre laboratoire de formulation », détaille le p-dg de l'entreprise qui commercialise désormais des produits formulés pour l'industrie cosmétique. Ces deux premières étapes commencent à porter leurs fruits. « Dans les années à venir, notre chiffre d'affaires dans la cosmétique va nettement augmenter grâce à la pénétration de marchés à l'international », confie avec assurance Marc Dolatkhani.

Un laboratoire de formulation cosmétique

Avec ce développement d'activité, PolymerExpert entre désormais dans la troisième étape de sa stratégie : l'augmentation de sa capacité de production. Actuellement en cours de construction, grâce à plus d'un million d'euros d'investissement, un bâtiment équipé de réacteurs chimiques et d'autres systèmes de mise en oeuvre devrait sortir de terre, d'ici à fin 2018. Il sera dédié aux agents de viscosité en phase aqueuse et en phase grasse, une activité aujourd'hui liée à 95 % à la cosmétique. Parallèlement, PolymerExpert a besoin de nouveaux talents à court terme pour augmenter ses effectifs. « Nous ouvrons une dizaine de postes pour recruter notamment un chef de projet en chimie des polymères, un responsable analyse et un technicien R&D », détaille le p-dg. À plus long terme, l'entreprise espère s'appuyer sur cette même stratégie pour conquérir un marché supplémentaire : l'industrie. Et les premières pierres sont déjà posées. En plus du médical et de la cosmétique, l'ExpertGel pourrait trouver de nombreuses applications dans l'industrie. « Ce polymère peut stabiliser les peintures qui conservent alors la même viscosité quelle que soit la température », illustre le Docteur en chimie des polymères. Cette innovation transversale à tous les secteurs d'activité à haute valeur ajoutée ciblés par PolymerExpert a été récompensée pour son application en cosmétique par le prix Sepawa en Allemagne, en 2016 et le Ringier Trade Technology Innovation Awards en Chine, en 2017. Entre renommée et visibilité, ces deux distinctions renforcent la légitimité internationale de la société girondine. ?

UN VIRAGE VERS LE BIOSOURCÉ AVEC ESTOGEL

Dans le portefeuille de brevets de PolymerExpert, la plupart des technologies sont développées pour le médical avant de trouver des applications dans la cosmétique ou l'industrie. Mais ce n'est pas le cas de l'Estogel, un polymère gélifiant d'huile permettant d'obtenir des gels transparents à faible concentration. Lancé en 2018, ce produit a été développé spécifiquement pour la cosmétique et l'industrie. Et pour répondre au mieux aux exigences de ces marchés, PolymerExpert a collaboré avec l'Institut des Corps Gras (Iterg) basé à Pessac et le Laboratoire de chimie des polymères organiques de l'Université de Bordeaux pour développer un produit biosourcé à plus de 90 % : l'Estogel est fabriqué à partir d'un dérivé de l'huile de ricin. « Dans la cosmétique et l'industrie, on parle en tonnes voire milliers de tonnes de production. Avec de tels volumes, l'impact environnemental est important. Sur ces marchés, le biosourcé est une tendance incontournable des attentes clients et consommateurs », analyse Marc Dolatkhani. Avec l'Estogel, PolymerExpert met sur le marché son premier produit d'origine naturelle pour amorcer le développement d'une gamme d'innovation biosourcée. ?

POLYMEREXPERT EN BREF

Création : Octobre 2000 Implantation : Pessac (Gironde) Effectif : 21 personnes (PolymerExpert + Innolens) Chiffres d'affaires : 3,5 millions d'euros (2018) Secteurs d'activité : 70 % dans le médical, 15 % dans la cosmétique et 15 % dans l'industrie

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

La construction de l’usine de Wacker en Corée est complétée

La construction de l’usine de Wacker en Corée est complétée

La production d’un nouveau spray dryer permettant la fabrication de poudres de polymères dispersibles a commencé sur la nouvelle usine de Wacker à Ulsan, en Corée du Sud. D’une capacité de[…]

06/09/2019 | Corée du SudSpécialités
Ineos finalise l'acquisition des composites d’Ashland

Ineos finalise l'acquisition des composites d’Ashland

BASF construit une usine en Chine sous la marque Chemetall

BASF construit une usine en Chine sous la marque Chemetall

Biocontrôle : le Français M2i lève 60 M€

Biocontrôle : le Français M2i lève 60 M€

Plus d'articles