Nous suivre Info chimie

Polyoléfines : Gazéification du charbon: Gail veut mettre sur pied un complexe en Chine

Sujets relatifs :

, ,

Le groupe indien Gail vient de révéler un projet de construction d'un complexe chimique faisant appel à la technologie CTM (Coal-to-methanol, production de méthanol à partir de la gazéification du charbon). La société prévoit d'implanter ce complexe dans la province du Shaanxi - dont le sous-sol est particulièrement riche en charbon- et de former à cette fin une co-entreprise avec la compagnie locale Shaanxi Huashan Chemical Industry (SHCI). Les partenaires vont, dans un premier temps, conduire une étude de faisabilité pour évaluer les différents aspects de ce projet, qui produira notamment des polyoléfines. Le choix de SHCI comme partenaire découle principalement de l'expérience que ce dernier a développé autour de la production de produits chimiques à partir du charbon. La compagnie détient déjà une usine d'engrais, basée sur une technologie obsolète de gazéification du charbon. Or, le complexe que veut construire Gail utilisera la technologie développée par Shell, à laquelle font appel douze unités de gazéification actuellement en construction en Chine. Outre SHCI, Gail est également entré en contact avec Sinopec pour construire d'autres complexes Coal-to-chemicals (CTC), alors que le groupe chinois a massivement investi dans ce domaine. D'autres acteurs chinois font de même, à l'instar de Shenhua, qui doit finaliser en fin d'année des études de projets de grande ampleur avec Dow. De son côté, Haohua Chemical Industrial avait repris en juillet dernier la société d'extraction de charbon Junma Chemical, avec l'intention de construire un complexe CTC de 540 M? dans la province du Henan. Outre la Chine, Gail veut aussi développer ce procédé en Inde, afin de remplacer des unités existantes obsolètes du point de vue environnemental et économique. Dans ce cadre, le groupe indien étudie plusieurs implantations possibles dans l'Est du pays, dont Haldia, Durgapur et Talcher. Et ce, toujours en collaboration avec Shell. Concernant ce projet, axé sur une unité de gazéification de 3,4 millions de mètres cube par jour, le pétrolier a déjà conduit une étude d'évaluation primaire, et une étude détaillée confiée à Udhe devrait être finalisée en octobre prochain. De nombreux projets en Chine Hormis Shell, les autres acteurs majeurs du CTC sont Eastman et surtout le Sud-Africain Sasol. Preuve de son intérêt pour cette technologie, Sasol a récemment décidé de se séparer de ses oléfines et surfactants produits à partir de naphta pour se concentrer sur le développement des filières CTL (Coal-to-liquids) et GTL (Gas-to-liquids). Le groupe doit lui aussi finaliser des études de faisabilité pour un projet chinois devant être mené avec les compagnies chinoises China Shenhua Coal Liquefaction, Ningxia Luneng Energy et High Chemistry Investment Group. Il comporte deux unités de gazéification qui pourraient démarrer en 2010 ou 2011. Total Petrochemicals travaille également sur la question. Une unité pilote Methanol-to-olefins est en construction à Feluy (Belgique), devant être opérationnelle d'ici peu. François Cornélis, vice-président et directeur général Chimie du groupe, est convaincu de l'avenir de cette technologie à moyen terme, en complément de la filière Éthane, dans laquelle le groupe investit largement au Qatar. Et ce, principalement pour la production de polypropylène. François Cornélis estime que le passage à l'échelle industrielle pour Total devrait intervenir « dans les trois à cinq prochaines années » et privilégier des implantations en Asie. Selon une étude du cabinet de conseil américain Childress Associates, les capacités installées d'unités de gazéification (à partir de charbon et de gaz naturel) destinées à la production de produits chimiques s'élevaient à 16000 mégawatts thermiques (MWth) en 2004. Ce chiffre devrait atteindre 25 MWth en 2010, les projets de ce type se concentrant en Chine et en Inde. Toutes applications confondues (énergie, carburants, chimie…), c'est le charbon qui devrait s'imposer à cet horizon comme matière première, avec une capacité de 33000 MWth, contre 20000 MWth pour le pétrole et 18000 MWth pour le gaz naturel.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Hydrogène : Air Liquide et Siemens créent un écosystème européen

Hydrogène : Air Liquide et Siemens créent un écosystème européen

Le spécialiste français des gaz industriels Air Liquide et l’Allemand Siemens Energy ont signé, le 8 février 2021, un protocole d’accord visant à unir leurs expertises dans la technologie de[…]

08/02/2021 | HydrogèneChimie
Enerkem recycle les déchets en carburants

Enerkem recycle les déchets en carburants

Galvanoplastie : Atotech lance son entrée en Bourse

Galvanoplastie : Atotech lance son entrée en Bourse

Hydrogène vert : Linde construit un électrolyseur PEM

Hydrogène vert : Linde construit un électrolyseur PEM

Plus d'articles