Nous suivre Info chimie

Polypropylène : EPPC lance son complexe de Port Said

Sujets relatifs :

,
Polypropylène : EPPC lance son complexe de Port Said

Egyptian Propylene & Polypropylene Company (EPPC) lance son projet de construction d'un nouveau complexe pétrochimique à Port Said, près du Caire. Au total, près de 680 millions de dollars (525 M€) seront investis dans ces installations, qui devraient être finalisées fin 2009.
Il comprendra principalement deux lignes de production de propylène et polypropylène (PP), qui auront chacune une capacité de 350000 t/an. Pour l'unité de propylène, alimentée en propane provenant des réserves de gaz naturel domestiques, c'est la technologie Star d'Uhde (Thyssenkrupp) qui vient d'être choisie par EPPC. C'est également cette société d'ingénierie qui supervisera la construction du complexe dans son intégralité. La ligne de PP sera, quant à elle, dotée de la technologie Spheripol de Basell. La production, destinée au marché domestique et à l'export, sera utilisée « dans le textile, les emballages souples et rigides, les biens de consommation et l'automobile ». EPPC est une co-entreprise d'Oriental Weavers Group – une multinationale égyptienne – et d'Egyptian Petrochemicals Holding Company (Echem), la branche du ministère du Pétrole en charge de la gestion des activités pétrochimiques du pays. Un programme d'investissements pharaonique pour la pétrochimie égyptienne L'industrie pétrochimique égyptienne accuse un retard important de développement, alors que les ressources du pays en matières premières et en énergie ne manquent pas. Un retard notamment lié au manque de financements et de personnels qualifiés. La pétrochimie, qui représentait 3 % du PIB du pays en 2005, est en plein essor. Malgré ses efforts, l'Égypte reste ainsi encore fortement dépendante de ses importations dans ce domaine. Le ministère a donc lancé en 2002 un “Master plan” sur 20 ans, visant notamment à porter les investissements dans ce domaine à 4,5 Mrds $ (7,7 Mrds €) jusqu'en 2022. Il a notamment pour objectif de réduire les importations et les exportations des produits pétrochimiques de 3 Mrds $ par an, de créer environ 10000 emplois dans le secteur et surtout de porter ses capacités de production à 15 millions de tonnes par an, tous produits confondus, pour une valeur marchande de 7 Mrds $ (5,4 Mrds €) par an. Cinq grands projets de complexes pétrochimiques dans le Golfe de Suez, supervisés par Echem, seront nécessaires pour atteindre cet objectif. Selon le ministère du Pétrole, les capacités d'éthylène domestiques devraient atteindre 600000 t/an en 2008, celles de polyéthylène grimperaient à 525000 t/an et celles de PP à 570000 t/an. Parmi les projets pour lesquels le gouvernement cherche des partenaires se trouve une usine de méthanol de 1,3 Mt/an devrait être finalisé en 2009. Les capacités de production de PVC d'EPC (Egyptian Petrochemical Company) à Alexandrie, doivent également être augmentées. Elles s'élèvent actuellement à 80000 t/an. Enfin, une unité de polystyrène de 200000 t/an doit être érigée à Alexandrie, avec un démarrage programmé pour 2008. La demande locale était évaluée à 2005 à 150000 t/an de PVC et 80000 t/an de polystyrène.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

En fusionnant leurs activités dans le domaine des styréniques, BASF et Ineos font émerger le nouveau numéro 1 mondial. Il évoluera sous le nom de Styrolution.On ne voit pas tous les jours émerger un « player » de plus de 5 milliards d'euros de[…]

01/12/2010 | Pétrochimie
Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Plus d'articles