Nous suivre Info chimie

PPC veut se déployer dans la chimie fine

Juliette Badina

Sujets relatifs :

,
PPC veut se déployer dans la chimie fine

Le site de Thann a fêté en 2008 son bicentenaire.

© © PPC

Après deux siècles successifs de chimie sur le site de Thann, PPC Potasse et Produits Chimiques passe aujourd'hui en phase de modernisation pour rendre plus compétitive son activité de chimie de base et se développer dans la chimie fine.

«Symbole d'un nouvel élan, nous allons concrétiser aujourd'hui notre premier gros investissement sur notre site industriel de Thann (Haut-Rhin) depuis la reprise par l'Allemand ICIG en 2006 », se réjouit Jean-Pierre Soufflet, qui a repris les rênes de PPC Potasse et Produits Chimiques à l'automne 2008. Un investissement de 5 millions d'euros a permis la mise en place d'une unité d'oxydation thermique, inaugurée le 30 septembre. Cet outil permet de brûler les COVs (composés organiques volatils) issus de l'activité chimie fine à plus de 1 000 °C.

« Outre son avantage environnemental, cet outil nous permet de produire de nouveaux produits et intermédiaires bromés à destination de nos clients des industries agrochimiques et pharmaceutiques, précise le p-dg.

Sans augmentation de capacités, ni impact sur l'effectif, cet investissement va nous permettre de développer notre activité chimie fine, qui était tombée à un niveau très bas en 2006 ». Aujourd'hui, cette activité représente 25 à 30 M$ de ventes, sur un chiffre d'affaires global d'une centaine de millions d'euros. Le restant étant dédié à l'activité chimie de base du groupe. Ce premier investissement conséquent est donc le signe de la volonté des actionnaires de se battre pour l'avenir de ce site, le plus vieux de France, qui fêtait en 2008 son bicentenaire.

Toujours pour assurer la pérennité du site, la société PPC Potasse et Produits Chimiques s'apprête à affronter de nouveaux challenges. « Nous sommes en train de monter le dossier de financement pour la conversion de notre outil de fabrication de chlore du procédé actuel de cellules à mercure vers un procédé de cellules à membranes », confie Jean-Pierre Soufflet. Le projet représente un investissement de 25 M€ qui nécessite des subventions et des prêts. Le chlore produit permet, en partie, d'approvisionner la société Millenium (du groupe saoudien Cris tal) qui produit des oxydes de titane, notamment du tétrachlorure de titane (TiCl4, très consommateur de chlore), sur le site de Thann. A eux deux, les sociétés Millenium et PPC emploient 550 personnes. Malgré ces efforts visant à renforcer la compétitivité des outils de production, un plan social est inévitable pour assurer la pérennité du site. « Nous sommes actuellement en concertation avec les différents partenaires sociaux pour la mise en place d'un plan visant à supprimer 40 postes au cours des deux prochaines années », précise Jean-Pierre Soufflet.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Lonza multiplie les accords  en Amérique du Nord

Lonza multiplie les accords en Amérique du Nord

Le sous-traitant continue de tisser son réseau mondial. L'idée est de s'associer à des producteurs de petits lots pour ensuite remplir ses plus grosses installations.Le groupe suisse a signé deux partenariats avec des acteurs nord-américains.[…]

01/12/2010 | StratégieChimie fine
Johnson Matthey finalise  un projet chinois

Johnson Matthey finalise un projet chinois

Lubrizol inaugure  un centre technique en Inde

Lubrizol inaugure un centre technique en Inde

Isochem transfère son siège social

Isochem transfère son siège social

Plus d'articles