Nous suivre Info chimie

PPG finalise l'acquisition des revêtements nord-américains d'AkzoNobel

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Le géant américain des peintures et revêtements a finalisé la reprise de la division Peintures décoratives de son concurrent AkzoNobel en Amérique du Nord. Cette opération de plus de 1 milliard de dollars le positionne comme n°1 mondial des revêtements et conforte son focus sur ce segment.

Ce n'est pas un poisson. L'Américain PPG a finalisé le 1er avril l'acquisition de la division Peintures décoratives en Amérique du Nord d'AkzoNobel. Cette opération de 1,05 milliard de dollars (environ 820 M€) avait été annoncée en décembre 2012. En 2012, selon le dernier rapport annuel d'AkzoNobel, cette activité avait généré un chiffre d'affaires total de 1,19 Mrd € (1,5 Mrd $) et un Ebitda de 19 M€. Soit des résultats bien meilleurs qu'en 2011 (1,09 Mrd € de ventes et surtout un Ebitda de - 69 M€). Le géant néerlandais des revêtements avait fortement restructuré cette division ces derniers mois. Au total, le nombre de 5 220 salariés à fin 2011 était tombé à 4 670 fin 2012. Pour PPG, cette très stratégique opération est bénéfique à plusieurs niveaux. Elle a surtout continué de remodeler le profil du groupe. En 2006, le chimiste de Pittsburgh avait généré 57 % de ses ventes totales (11 Mrds $) dans le domaine des revêtements. En 2012, la part de cette division a atteint 85 % du chiffre d'affaires total de 15,2 Mrds $. Contre 7 % et 8 % respectivement pour les divisions Verre, et Optiques et matériaux de spécialité, qui comptaient pour 20 % et 9 % des ventes en 2006. Quand à la division Chimie de commodités (14 % du CA en 2006, 12 % en 2011), elle a été cédée à Georgia Gulf l'an passé. Sur le plan industriel, PPG a mis la main sur un vaste réseau nord-américain : 23 unités de distribution et usines (4 aux États-Unis, 3 au Canada, et 1 à Porto Rico), ainsi que 600 points de vente en propre supplémentaires, contre seulement 400 avant l'acquisition. Actuellement, PPG se pose ainsi comme n°2 américain des revêtements décoratifs, et n°1 au Canada et dans les Caraïbes sur ce segment. Globalement, le chimiste américain a succédé à AkzoNobel à la place de n°1 mondial des revêtements, et accroît un peu plus son avance sur son compatriote Sherwin-Williams, n°3 mondial des revêtements et n°1 des peintures décoratives en Amérique du Nord. Il estime par ailleurs qu'il se positionne comme n°1 et n°2 pour l'ensemble des marchés des revêtements dans le monde (voir tableau). Au sein de sa division Revêtements, le segment décoration représente par ailleurs 40 % des ventes désormais, contre 30 % avant l'opération. Et les ventes de ses revêtements décoratifs ont passé la barre des 50 % en en Amérique du Nord contre un peu plus de 25 % avant l'opération.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Commerce chimique : « Nos entreprises se sont préparées à un éventuel Brexit »

Commerce chimique : « Nos entreprises se sont préparées à un éventuel Brexit »

L'année 2018 a été marquée par de lourds investissements dans le cadre de la troisième échéance de Reach et de nombreuses démarches administratives en prévision d'un[…]

01/06/2019 | ChimieENTRETIEN
Le rôle crucial de l'industrie chimique quantifié aux quatre coins du monde

Le rôle crucial de l'industrie chimique quantifié aux quatre coins du monde

Signature d'un nouveau contrat de filière chimie et matériaux

Signature d'un nouveau contrat de filière chimie et matériaux

La chimie allemande au ralenti

La chimie allemande au ralenti

Plus d'articles