Nous suivre Info chimie

PPG finalise l'acquisition des revêtements nord-américains d'AkzoNobel

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Le géant américain des peintures et revêtements a finalisé la reprise de la division Peintures décoratives de son concurrent AkzoNobel en Amérique du Nord. Cette opération de plus de 1 milliard de dollars le positionne comme n°1 mondial des revêtements et conforte son focus sur ce segment.

Ce n'est pas un poisson. L'Américain PPG a finalisé le 1er avril l'acquisition de la division Peintures décoratives en Amérique du Nord d'AkzoNobel. Cette opération de 1,05 milliard de dollars (environ 820 M€) avait été annoncée en décembre 2012. En 2012, selon le dernier rapport annuel d'AkzoNobel, cette activité avait généré un chiffre d'affaires total de 1,19 Mrd € (1,5 Mrd $) et un Ebitda de 19 M€. Soit des résultats bien meilleurs qu'en 2011 (1,09 Mrd € de ventes et surtout un Ebitda de - 69 M€). Le géant néerlandais des revêtements avait fortement restructuré cette division ces derniers mois. Au total, le nombre de 5 220 salariés à fin 2011 était tombé à 4 670 fin 2012. Pour PPG, cette très stratégique opération est bénéfique à plusieurs niveaux. Elle a surtout continué de remodeler le profil du groupe. En 2006, le chimiste de Pittsburgh avait généré 57 % de ses ventes totales (11 Mrds $) dans le domaine des revêtements. En 2012, la part de cette division a atteint 85 % du chiffre d'affaires total de 15,2 Mrds $. Contre 7 % et 8 % respectivement pour les divisions Verre, et Optiques et matériaux de spécialité, qui comptaient pour 20 % et 9 % des ventes en 2006. Quand à la division Chimie de commodités (14 % du CA en 2006, 12 % en 2011), elle a été cédée à Georgia Gulf l'an passé. Sur le plan industriel, PPG a mis la main sur un vaste réseau nord-américain : 23 unités de distribution et usines (4 aux États-Unis, 3 au Canada, et 1 à Porto Rico), ainsi que 600 points de vente en propre supplémentaires, contre seulement 400 avant l'acquisition. Actuellement, PPG se pose ainsi comme n°2 américain des revêtements décoratifs, et n°1 au Canada et dans les Caraïbes sur ce segment. Globalement, le chimiste américain a succédé à AkzoNobel à la place de n°1 mondial des revêtements, et accroît un peu plus son avance sur son compatriote Sherwin-Williams, n°3 mondial des revêtements et n°1 des peintures décoratives en Amérique du Nord. Il estime par ailleurs qu'il se positionne comme n°1 et n°2 pour l'ensemble des marchés des revêtements dans le monde (voir tableau). Au sein de sa division Revêtements, le segment décoration représente par ailleurs 40 % des ventes désormais, contre 30 % avant l'opération. Et les ventes de ses revêtements décoratifs ont passé la barre des 50 % en en Amérique du Nord contre un peu plus de 25 % avant l'opération.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

BASF augmente ses capacités d’esters synthétiques en Chine

BASF augmente ses capacités d’esters synthétiques en Chine

Le géant allemand de la chimie BASF a fait part de son intention d’augmenter ses capacités de production d’esters synthétiques pour lubrifiants sur son site de Jinshan, en Chine. Afin de faire face à la[…]

12/10/2020 | EstersChimie
BASF réaligne sa division Global Business Services

BASF réaligne sa division Global Business Services

Recyclage chimique : BASF investit dans Pyrum

Recyclage chimique : BASF investit dans Pyrum

Urée : BFI respecte son calendrier pour la construction de son usine

Urée : BFI respecte son calendrier pour la construction de son usine

Plus d'articles