Nous suivre Info chimie

PPG tente l'aventure Comex

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

À l'inverse de la pharmacie, les acquisitions d'envergure ne secouent pas la chimie mondiale tous les quatre matins. Et les montants avancés sont bien moins dithyrambiques. Reste que la dernière notable porte sur une transaction de 2,3 milliards de dollars (environ 1,7 Mrd €), ce qui est loin d'être négligeable. Elle émane de PPG Industries, l'un des géants mondiaux des peintures et revêtements, avec pour cible Comex, le leader mexicain des revêtements. Le groupe américain a annoncé le 30 juin avoir signé un accord définitif avec la maison-mère Consorcio Comex. Fondé en 1952, et recensant 3 900 salariés, Comex a généré en 2013 des ventes estimées à environ 1 Mrd $, réparties entre revêtements industriels et revêtements et matériaux de spécialités (35 %), et revêtements décoratifs et architecturaux (65 %). Son périmètre industriel est aujourd'hui cantonné au Mexique. Le groupe y dispose de huit usines de production et de six centres de distribution. En plus du Mexique où il domine le marché, c'est aussi un acteur majeur des revêtements dans toute l'Amérique centrale avec plus de 3 600 magasins indépendants distribuant ses produits. « Cette acquisition est très complémentaire pour PPG car il ajoute à notre périmètre une activité de revêtements de décorations leader au Mexique et en Amérique centrale, une région où nous avons une présence négligeable dans le domaine », commente Charles Bunch, président et p-dg du groupe américain. Avec Comex, PPG verrait ses ventes globales mieux réparties. En Amérique latine, elles passeraient ainsi de 5 % en 2013 à 11 %, rabotant seulement de 1 à 2 % les autres chiffres d'affaires régionaux. En 2013 la zone États-Unis-Canada comptait pour 45 % des ventes de PPG, loin devant l'Europe de l'Ouest (25 %), l'Asie (17 %) et l'Europe de l'Est (8 %).
 

« Focalisation sur les revêtements »

 

L'intégration de Comex s'inscrit dans la stratégie de focalisation de PPG sur les revêtements. Entre 2004 et 2013, le chiffre d'affaires du groupe est passé de 9,5 à 15,3 Mrds $ (Comex compris). La part des revêtements est passée sur cette même période de 56 à 93 %, en partie grâce à de multiples acquisitions, parfois d'envergure comme la reprise des revêtements décoratifs nord-américains d'AkzoNobel l'an dernier (CPH n°629). En parallèle, la part de l'activité Verre et fibres de verre dans les ventes de PPG a fondu de 23 % à 7 %. Quant à celle de la division Chimie (21 % en 2004), elle a tout bonnement disparu, soldée pour la plus grande partie lors de la cession des commodités chimiques à l'Américain Georgia Gulf, devenu aujourd'hui Axiall.

L'accord définitif devrait être accueilli avec prudence. Il ne faut pas oublier que l'Américain Sherwin-Williams, l'un des plus farouches concurrents de PPG dans le domaine des revêtements, s'est cassé les dents sur Comex. Fin 2012, il avait proposé 2,34 Mrds $ pour acquérir le groupe mexicain. Mais l'opération avait alerté les autorités mexicaines de la concurrence, qui craignaient une situation de monopole sur le territoire. La situation s'était alors embourbée. Les autorités mexicaines avaient d'abord rejeté la transaction à l'été 2013. Ce qui avait entraîné des tractations, soldées par le retrait de l'offre de Sherwin-Williams au printemps dernier et l'enclenchement de procédures judiciaires, Comex et l'Américain se rejetant la responsabilité de l'échec. Au final, seules les activités de Comex aux États-Unis et au Canada ont rejoint le périmètre de Sherwin-Williams. Il faudra donc voir si PPG obtient le feu vert mexicain pour boucler ce dossier.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Quand l’industrie chimique craint un Reach bis…

[Édito] : Quand l’industrie chimique craint un Reach bis…

C’est un document important qui vient d’être publié par la Commission européenne : « The Chemicals Strategy for Sustainability Towards a Toxic-Free Environment ». Largement[…]

16/10/2020 | Edito HebdoRéglementation
[Édito] : La génomique célébrée chez les autres

[Édito] : La génomique célébrée chez les autres

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

Chimie européenne : Amélioration possible en fin d’année

[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

[Édito Plan de relance] : la chimie et la pharma aux aguets

Plus d'articles