Nous suivre Info chimie

PTT Global Chemical cherche à acquérir les parts de Perstorp dans Vencorex

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
PTT Global Chemical cherche à acquérir les parts de Perstorp dans Vencorex

Unité de HDI de Vencorex à Pont-de-Claix

Détenue à 51 % par PTT Global Chemical et à 49 % par Perstorp, la société Vencorex pourrait passer sous la seule coupe du chimiste thaïlandais. Une enquête de la Commission européenne a été ouverte. Le projet intervient à un moment délicat pour Vencorex qui engage depuis plusieurs mois une restructuration complexe sur son site français de Pont-de-Claix.

Le 11 juillet dernier, le Journal Officiel de l'Union européenne a publié une notification préalable d'une concentration au sujet de la société Vencorex, détenue depuis 2012 à 51 % par le Thaïlandais PTT Global Chemical (PTTGC) et à 49 % par le Suédois Perstorp. Une notification d'un projet de concentration a été reçue par la Commission européenne le 2 juillet, mentionnant le projet de la société PTTGC International BV, filiale néerlandaise du géant chimique thaïlandais, d'acquérir le « contrôle exclusif de l'ensemble de l'entreprise Vencorex Holding S.A.S. (« Vencorex », France), par achat d'actions », précise l'UE. Laquelle ajoute que « la Commission européenne estime que l'opération notifiée pourrait entrer dans le champ d'application du règlement sur les concentrations ». Les tiers intéressés par le projet pouvaient déposer jusqu'au 21 juillet des observations auprès de la Commission européenne. La direction de Vencorex n'a pas été en mesure de commenter ce sujet en fin de semaine dernière.

En 2012, PTTGC avait acquis 51 % des parts de la division Coating Additives de Perstorp, pour un montant évoqué à l'époque de 114,8 millions d'euros, formant avec son partenaire suédois ce qui est aujourd'hui Vencorex. La coentreprise, qui recense 650 salariés dans le monde, dispose de deux sites industriels en activité. Le principal est l'usine de Pont-de-Claix (Isère) qui produit du chlore, du diisocyanate de toluène (TDI) et des isocyanates aliphatiques (1,6-di-isocyanate d'hexaméthylène (HDI), diisocyanate d'isophorone (IPDI) et les dérivés), et celle, plus petite, basée à Freeport, au Texas (États-Unis, dérivés HDI et IPDI). Fin 2013, Vencorex avait également annoncé la construction d'une usine de dérivés de HDI en Thaïlande, projet qui devrait se concrétiser en 2015.

Le projet de PTTGC de devenir seul maître à bord de Vencorex survient à un moment sensible sur le site de Pont-de-Claix. Actuellement en pleine restructuration, l'usine iséroise se recentre sur les isocyanates de spécialités et se détourne notamment de la production de TDI. Elle est également engagée dans un vaste projet de conversion de son électrolyse dans le cadre du Plan de prévention des risques technologiques (PPRT). Une restructuration qui nécessite des investissements et qui prévoit en parallèle des coupes sur le site, suscitant inquiétudes et tensions ces derniers mois entre les représentants du personnel et la direction.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Les hôpitaux de l’AP-HP (assistance publique hôpitaux de Paris) Saint-Antoine, Necker-Enfants malades et Rothschild ont décidé de trouver une solution pour recycler les masques chirurgicaux. En effet,[…]

11/05/2021 | RecyclageActualités
Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Plus d'articles