Nous suivre Info chimie

Quand le métal se fait spécial

Sujets relatifs :

,
Des bâtiments de l'usine savoyarde de la société Métaux Spéciaux sortent chaque année des centaines de tonnes de sodium métal et de chlore qui partent aux quatre coins du monde. Avec un défi pour l'entreprise : rester compétitive depuis sa région natale.
METAUX SPECIAUX À POMBLIÈRE Une chaussure vieillie par les années, un flacon rempli d'une poudre noire - du cobalt - et un drapeau jaune défraîchi marqué du sceau de Pechiney. Trois objets déposés derrière une vitrine qui résument à eux seuls une partie de l'histoire de l'usine de Pomblière. Située à flanc de montagne à Saint-Marcel en Savoie, elle côtoie les 686 habitants de cette commune localisée à 80 kilomètres de Chambéry, entre Moûtiers et Bourg-Saint-Maurice. Un endroit a priori plus réputé pour ses stations de ski que pour ses usines. Pourtant, des centaines de pieds d'ouvriers savoyards ont martelé les lieux depuis la création de l'usine en 1898. A cette époque le site porte le nom de La Volta et se lance dans la production de chlore et de soude caustique. Après plusieurs changements de propriétaires, l'usine entre en 1971 dans le giron de Pechiney et en devient une filiale indépendante un an plus tard. Le site de Pomblière répond alors au nom de Métaux Spéciaux. En 1997, la société quitte Pechiney par LBO (Leveraged Buy Out) et prend sa définition juridique sociale, autre nom sous lequel elle est aussi connue : MSSA. Depuis 2001, son capital est détenu en majorité par la Royal Bank of Scotland (94 %), le reste appartenant aux dirigeants de l'entreprise. De santé fragile, l'usine abandonne, dans les années 80, ses activités de production de cobalt vieilles de cinquante ans et devenues peu compétitives. Mais elle conservera l'activité qui font aujourd'hui sa renommée : le sodium. « Au fil des années, nous nous sommes concentrés sur des produits de niche avec pour objectif de devenir le seul acteur de ces marchés », explique Bruno Gastinne, président de l'entreprise. D'où l'importance de ses activités à l'export ; 90 % des produits fabriqués à flanc de montagne partent ainsi aux quatre coins du monde pour rejoindre la Finlande, le Royaume-Uni, la République tchèque, l'Italie, l'Inde, le Japon, la Chine, la Thaïlande, le Brésil et les Etats-Unis. Si la première activité de Métaux Spéciaux reste le sodium métal (80 % du chiffre d'affaires), dont elle propose différents grades, la société commercialise également 30 000 tonnes de chlore par an (12,5 % de son chiffre d'affaires), des chlorures de vanadium (VOCl3, VCl4, VCl3, 200 tonnes par an) - des catalyseurs pour la fabrication du polyéthylène et du caoutchouc EPDM (éthylène propylène diène monomères) - , mais aussi des oxydes de sodium utilisés comme réactifs de laboratoire, un peu de potassium métal et d'hypochlorite de sodium. Une tendance vers des marchés de niche qui devrait encore se poursuivre, la société visant dans l'avenir les marchés encore plus restreints du sodium et du chlore purifié. Ce dernier entre par exemple dans la fabrication de semi-conducteurs. Pour devenir le seul acteur européen du marché du sodium métal, la société n'a pas lésiné. D'une part, en 1998, les dirigeants décident de doubler les capacités de production du produit. Une tâche réalisée en quelques mois et portant les capacités de 12 000 à 28 000 tonnes par an. Coût de l'opération : 35 millions d'euros. Un investissement conséquent à la lumière des 48 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel réalisés par la société. D'autre part, Métaux Spéciaux signe, dans le même temps, un contrat de fourniture avec son principal concurrent de l'époque, le Britannique Octel. Ce dernier abandonnera ses activités de fabrication de sodium pour être approvisionné par l'usine de Pomblière. Grâce à ces deux décisions, la PME de 250 salariés prend ainsi la place de numéro un du marché. « Le sodium est un métal très mou et léger, sa densité étant inférieure à un, réputé pour ses propriétés réductrices »explique Christian Le Mouëllic, directeur technique du site. Il est ainsi utilisé dans de nombreuses applications (voir encadré). Selon la société, son marché mondial est estimé à 80 000 tonnes. Il se répartit à raison d'un quart aux Etats-Unis, d'un quart en Europe et de la moitié en Asie. Métaux Spéciaux en produit, quant à lui, 20 000 tonnes par an (dont 6 000 tonnes purifiées), et se retrouve en compétition avec l'Américain DuPont et quatre compagnie chinoises. « Si le marché asiatique est en plein essor, le marché européen se réduit en raison de l'abandon du plomb tétraéthyle comme additif pour les essences plombées [le sodium métal est utilisé pour sa synthèse, ndlr]. Du coup nos clients ferment ou délocalisent », constate Bruno Gastinne. Sur le marché américain, relativement stable, la société a adopté une autre stratégie : la vente et la distribution de produits. Pour cela, elle a implanté au Texas en 2004, pour 4 millions d'euros, un terminal logistique de sodium liquide. « Pour pénétrer le marché américain, il fallait livrer le sodium en wagons, explique Bruno Gastinne, par ailleurs nous ne voulions pas fabriquer de sodium sur place, l'activité de production étant plus compétitive en France. En deux ans, nous avons pu prendre près de 30 % du marché du sodium aux Etats-Unis ». En 2001, pour répondre à une autre demande du marché américain, la société a également mis en route en Savoie un atelier de fabrication de sodium purifié (« qualité Sopure ») contenant une très basse teneur en calcium (200 ppm). « Rester compétitif et servir des clients situés à l'autre bout de la planète implique de diminuer les coûts de production et d'optimiser ceux de transport », poursuit le dirigeant. Combiner un positionnement géographique difficile, notamment l'absence de port à proximité, et un statut de site électrointensif - la production de sodium et de chlore étant très gourmande en électricité - , n'est pas forcément un avantage. L'usine consomme en effet entre 200 et 250 GWh (gigawattheure) d'électricité par an. « L'électricité représente 30 % du prix de revient du sodium, un chiffre qui ne fait qu'augmenter », s'indigne Bruno Gastinne. Pour tenter d'inverser la tendance, la société souhaite s'associer au groupement d'achat Exeltium. Ce consortium formé par les sept entreprises les plus consommatrices d'électricité en France vise à bénéficier de prix de l'électricité plus favorables auprès des producteurs. Il doit à terme regrouper une soixantaine d'entreprises (voir notre enquête). Par ailleurs, Métaux Spéciaux milite pour obtenir un prix préférentiel sur le transport de l'électricité. Dans la partie haute de l'usine trône en effet une centrale hydroélectrique, vestige d'une époque où elle appartenait à l'usine. Nationalisée en 1946, cette centrale appartient depuis à EDF. D'où un certain agacement. « La centrale est située sur le site, or nous payons le transport de l'électricité au tarif en vigueur à savoir 7 euros le mégawattheure. C'est scandaleux », s'insurge le dirigeant. Une autre voie empruntée par la société pour grignoter des chiffres sur la facture énergétique consiste à améliorer la productivité des cellules d'électrolyse, un travail effectué par les équipes de R&D. Le rendement actuel restera secret. Par ailleurs, la société s'est lancée depuis deux ans dans des activités de services. Elle assure ainsi l'entretien d'isoconteneurs et de wagons pour le compte de tiers, voire de clients ou de concurrents. Et un nouveau projet de taille l'attend. Pour Bruno Gastinne et Christian Le Mouëllic, les allers-retours en Chine s'enchaînent en effet. Les deux hommes sont en train d'étudier un projet d'usine d'une capacité de 16 000 tonnes par an de sodium à Hohhot en Mongolie intérieure, un endroit choisi pour des coûts attractifs de sel et d'électricité. L'installation devrait pourrait être opérationnelle fin 2007 et coûterait la somme de 25 millions d'euros. Alors que sa part de marché dans cette région du monde s'élève aujourd'hui à 5 %, la société espère atteindre les 15 % à l'horizon 2010. « Dans tous les cas, il n'y aura pas de transfert de machines ou d'équipements vers la Chine, ni de fermeture du site de Pomblière », assure Bruno Gastinne. Accrochée à sa montagne depuis plus de cent ans, Métaux Spéciaux espère se tailler une place de choix depuis les steppes herbeuses de Chine. Camille ChandèsLES APPLICATIONS DU SODIUM METAL - Blue jean : le sodium sert à la fabrication de l'indigo synthétique. - Fabrication du borohydrure de sodium. Ce dernier est utilisé pour le blanchiment de la pâte à papier. - Historiquement utilisé pour la synthèse du PTE (plomb tétraétyle), ancien additif pour les essences plombées. Aujourd'hui cette application a été abandonnée. - Fabrication d'herbicides, de vitamines et d'intermédiaires pharmaceutiques. - Pneus verts. - Pigments organiques rouges sans cadmium. - Batteries. - Raffinage de certains métaux nobles.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Roquette surfe sur la vague « verte »

Roquette surfe sur la vague « verte »

Spécialisé dans la production de matériaux « biosourcés », le groupe français profite aujourd'hui de l'engouement pour le développement durable pour valoriser son offre dans la chimie.BIORAFFINERIE DE LESTREM Chaque jour, 6 000 tonnes de[…]

Des procédés et produits toujours renouvelés

Des procédés et produits toujours renouvelés

Middelburg, haut lieu de la production de résines hydrogénées

Middelburg, haut lieu de la production de résines hydrogénées

2006, une année charnière

2006, une année charnière

Plus d'articles