Nous suivre Info chimie

Raffinage/Nouvel espoir pour la Compagnie rhénane de raffinage

Sujets relatifs :


La Compagnie rhénane de raffinage (CRR), située au nord de Strasbourg, mobilise son personnel pour survivre. Ses dirigeants considèrent en effet que son avenir, toujours incertain, est mieux assuré aujourd'hui qu'en 1998, moment où la raffinerie avait renoncé à la construction d'une unité permettant d'abaisser la teneur en benzène des essences de 5 % à 1 %. La mise en place de nouvelles normes de carburants plus "propres", les surcapacités de raffinage en Europe, la faiblesse des marges dans cette activité : tous ces éléments conduisaient alors à craindre une fermeture prochaine de la seule raffinerie alsacienne. La décision d'investir dans le "grand arrêt" de 1999, opération périodique coûteuse et d'organiser le transfert par barges, via le Rhin, de demi-produits (300 000 tonnes par an) vers la raffinerie de Godorf, en Allemagne, qui possède une unité de dé-benzénisation, a cependant été prise en 1999. Cette décision donnait à l'usine alsacienne un sursis, dans l'attente de plus grandes certitudes sur la mise en place des nouvelles normes européennes sur les carburants "Auto Oil II". La poursuite d'une activité pétrolière sous la forme d'un simple dépôt représente en effet, pour les élus, la pire des hypothèses puisqu'elle rendrait très difficile toute réindustrialisation du site avec des activités nouvelles et ferait perdre d'importantes recettes fiscales. Aidé par deux consultants privés et une université strasbourgeoise, le comité de pilotage mis rapidement en place avait pour mission d'offrir à chaque salarié une appréciation plus précise et individualisée de son devenir professionnel. Compte tenu des résultats de son plan 1998-2000, la direction lançait un nouveau programme de compétitivité sur trois ans. L'ensemble du raffinage français a connu une bonne année 2000, avec une amélioration de ses marges. La raffinerie alsacienne aussi. Après les 40 millions de francs d'économies dégagés au terme du plan 98-2000, son objectif est d'atteindre une économie supplémentaire de 40 millions par an en 2002. Sur le plan de l'emploi, l'effectif de la raffinerie devrait être ramené de 250 à 220 postes à la fin de 2001. Michèle Herzberg

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

K+S acquiert Potash One

K+S acquiert Potash One

K+S fait l'acquisition du producteur canadien Potash One. A 4,50 dollars canadiens par action, l'offre valorise la société à 434 millions de dollars canadiens (311 M€ ). Soit une prime de 24 % par rapport au cours de l'action, la veille de[…]

01/12/2010 | ENGRAIS
Fin du feuilleton BHP Billiton/PotashCorp

Fin du feuilleton BHP Billiton/PotashCorp

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Plus d'articles